Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 févr. 2014

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ariane Walter: ABCD: Big Brother est QQ.

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je me suis demandé pourquoi j’étais violemment opposée à cette histoire de cours ABCD.

Ayant travaillé dans la  maison mère, je suis bien placée pour savoir que leurs réformes ne sont que des foutaises promises à un bref avenir. Ils changent les dates des vacances, les noms des sections, « modernisent » les programmes et les manuels. Chaque nouveau ministre se donne l’illusion d’exister. Je me doutais bien que leur ABCD était surtout l’ABCD de l’illusion, la vérité dans ce domaine étant impossible à dire : Il faut que l’éducation coûte le moins cher possible, que le public cède au privé et que l’on fasse miroiter au bout du chemin ce fameux bac qui conduit au Pôle Emploi.

Bref.

J’ai analysé les raisons de ma grogne.

-Premier point : tout ce que proposent le PS et les Européistes, au nom de la démocratie et de l’égalité et du respect, eux qui balancent leurs citoyens dans un monde d’irrespect, d’inégalité, petite dictature crapuleuse qui se fait les dents, me paraît plus que suspect.

-Second point : leur manie de faire éclore  en période pré-électorale des sujets clivants dont ils ont le secret. Il faut reconnaître qu’ils sont très inventifs en la matière. Là, on assiste à la résistible ascension de Franco Valls. Après s’être pris un bide relatif avec Dieudonné , puisqu’il a perdu 10 points de popularité, il vient de prouver aux manifestants de droite qu’il était des leurs, qu’il dirigeait la France sur les sujets essentiels pendant  que Hollande voyage, comme ça on ne le voit pas en Vespa dans Paris, et fait mumuse avec le cancer.

-Troisièmement : Les pieux mensonges qui ont entouré cette affaire. Non. Il n’était pas question du « genre »  dans la méthode ABCD. Vraiment ? Il n’est pas question dans la méthode ABCD, présentée par Belkacem et Peillon, de dire qu’une fille peut avoir envie de jouets de garçons et vice-versa ? N’est-ce pas la base de la théorie du genre ? Que le sexe de naissance est un hasard mais que le genre seul est déterminant et peut être contraire au sexe ? ( Facilitons la vie des gosses : « Tu es une fille…Mais si tu n’étais pas une fille ????…) Autre exemple : Pour l’année scolaire 2012/2013, le MAG Jeunes LGBT est intervenu dans 122 classes dans des établissements d’Ile-de-France sur la base d’interventions de 2 heures menées au total par une quinzaine de bénévoles qui ont suivi une formation. «C’est assez dingue que tout soit remis en cause en 2014, surtout qu’un de nos rapports montre que 85% des élèves qui ont assisté à nos interventions comprennent la différence entre orientation sexuelle et genre», réagit la jeune femme.

Il y a eu aussi grande rumeur sur ces cours de masturbation donnés dès la maternelle. Non, ce n’est pas la méthode ABCD ! On en parle dans un document de l’OMS qui propose que ce soient   les cours d’éducation sexuelle, demain, en Europe. Mais paraît-il que ce n’est pas à l’ordre du jour. Pas plus que les peluches qui ont été distribuées en Suisse, mais pas chez nous et qui sont du matériel qui « est donné au professeur et seulement, qui s’en sert s’il veut et qu’il ne donne pas aux enfants !! » Et chaque jour on découvre, des textes officiels, des manuels scolaires, des documents qui prouvent bien que cette réflexion sur le genre est au cœur  du débat. Et depuis longtemps. Ca occupe les Américains  mais aussi, nous dit-on pour nous rassurer, Simone de Beauvoir. Ce qui rassure moins c’est que cette thèse du genre a été proposée en Norvège où on a évité les couvertures roses pour filles dans les maternités,( !!!!!)  et où on vient d’arrêter les frais. Le genre est mauvais genre.  

Ajoutons une citation de Peillon. On  s’assied pour lire  : « L’école a un rôle fondamental, puisque l’école doit dépouiller l’enfant de toutes ses attaches pré-républicaines, pour l’élever jusqu’à devenir citoyen. Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi. »

Et finissons par le rapport  Lunacek :  « le texte incite  "inclure l'identité de genre parmi les motifs de discrimination interdits dans le cadre de toute future disposition législative en matière d'égalité, y compris toute refonte législative".

Ainsi commenté sur un forum :

«  Cette notion subjective ne peut servir de fondement à un énoncé juridique objectif. Le droit européen ne peut se référer à ce concept, dont la définition ne fait pas consensus mais qui sert à la diffusion de l’idéologie du genre, fondée sur l’orientation sexuelle. Le droit européen ne peut se fonder que sur la réalité objective des sexes : homme et femme. »

Bon. ABCD n’a rien à voir avec le « genre » ? Mais quel manque de respect ! Au moment où l’on efface ce nom de tous les textes officiels et où la ligne Azur est supprimée !

-Quatrièmement : je note tristement que ce débat, encore un, transforme les deux groupes de la société qui soutiennent ou refusent cette évolution en ennemis violents et irréductibles. Ou bien   vous êtes pour l’égalité hommes-femmes et la lutte contre l’homophobie, et vous êtes des êtres supérieurs . Ou bien vous êtes contre et vous êtes fachos, cathos, intégristes, homophobes. Pas de demi -mesure.

Un posteur de gauche écrit: « La Manif pour Tous & co représentent cette France raciste, homophobe et antisémite qui se replie chaque jour un peu plus sur elle-même. Un sursaut républicain serait bienvenue, histoire de remettre les points sur les i et rappeler les valeurs de la république. »

Cette république-là me fout un peu les chocottes…

-Cinquièmement : Les grandes manœuvres électorales du PS.

1-    En ce qui concerne les voix de droite, Valls avec les Roumains, les antisémites et sa mise au placard de la GMA PMA  pense se faire un joli petit oreiller.

2-    En ce qui concerne les voix de gauche, celles du FDG étant le butin à récupérer, Le PS s’est payé un transfuge remarqué , le dit Pierre Laurent, récupérant ainsi censément les voix des PC pour qui la voix du maître ne se discute pas. Mais des Mélenchoniens se rebiffant,  l’affaire Dieudonné, et l’affaire ABCD ont regroupé les moutons. Le « Front républicain »  se prépare.  Ou tu votes PS « contre la droite et l’extrême-droite » ou tu es un nazi. 

Tout ceci peut certes expliquer une envie de ne pas monter dans le camion pour aller faire une promenade du côté des abattoirs où, on nous rassure, il n’est question que du bien général. Mais deux  points me paraissent  encore plus critiquables. Le premier peut paraître léger :

-Après le fond, la forme.

Comment voulez-vous dire intelligemment que des filles veulent jouer avec des camions et des garçons à a poupée ?  Alors le fond étant totalement creux , la forme va être  niaise. Donc on emploie le rose pour les filles et il ne faut pas !  Et les garçons mettent des robes : par exemple « Louis XIV » !!!!  Alors la même semaine Louis XIV disparaît des problèmes d’histoire et réapparaît dans les programmes ABCD en tant que mec qui s’habillait comme une fille ! Mac do rédige les textes éducatifs ? On a droit aussi à de petites chansons ;

« Ya pas de zizi à mes outils

Y a pas de zézette à ma poussette

Que l’on soit fille ou bien garçon

 On peut shooter d’s le même ballon

On peut chanter la même chnason

Que l’on soit fille ou bien garçon. »

Signé Ronsard, je suppose...

Mais venons-en au point ultime qui me gêne le plus : c’est que BIG Brother se promène désormais autour de nos enfants en leur demandant , aujourd’hui pour commencer, sur cette fameuse ligne Azur, quelle est leur orientation sexuelle. S’ils ont recours à la fellation ou à la sodomie… Mais où va-t-on ? Ils veulent faire des listes ?

 Un  enfant de onze ans à qui on pose ces questions ne va-t-il pas penser que désormais il faut répondre à toute voix au téléphone qui en pose d’autres ?

Non, non, tout ça c’est au sujet de l’égalité…

Je ne doute pas que le garçon que l’on forme à l’ABCD de l’égalité,  une fois devenu patron, proposera à ses employées le même salaire que lui en souvenir de ces cours émouvants !

Quelle égalité M. Peillon quand votre fille Salomé obtient  un poste à de conseillère audiovisuelle à l’ambassade d’Israël qui n’est dû qu’à son talent, comme le fils de je ne sais quel ministre, très méritant lui aussi, et quand le mari de Mme Belkacem, est nommé directeur de cabinet d’Arnaud Montebourg.  On voit le genre d’égalité que vous pratiquez quand vous êtes rentrés des petites écoles.

Bouffonnerie.

Et vous ? Vous vous masturbez comment ? Vous sucez ? Vous vous faites sodomiser ?

Parce que pour sodomiser les autres on a la réponse…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze