Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 déc. 2013

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ariane Walter: Stop le PS! Stop l'UE! Vous voulez notre peau! Qu'est-ce qu'on fait?

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’était lundi  soir à « Mots Croisés ».

Il avait fallu se taper une clique d’Eurolâtres bien pensants. Avec en particulier Cosse, la nouvelle patronne des Verts, dont on sait à présent pourquoi elle a été choisie. Elle fait   partie de la section d’assaut des Européistes. Fédéraliste à fond. Comme les autres.  La Nation ils en font du PQ. Il ne faut surtout pas de citoyens avec un « esprit de clocher ». Il ne faut surtout pas de clocher.(Métaphore, ici sans connotation religieuse.)  Rien que des cloches. Pour partir à Bruxelles et n’ en jamais revenir.

Il y avait là l’inénarrable Todd qui est contre l’Europe après avoir été pour Hollande. Hollande avait dû lui promettre un poste, une situation quelconque. Ca ne s’est pas fait et il l’a mal digéré. Il défendait la sortie de l’Europe, après avoir pris je ne sais combien de cafés, et cela nuisait  à l’intérêt de ses propos. Et il y avait enfin, le seul posé et audible, oui, je sais, je vais dire une énormité, une monstruosité, une horreur inadmissible, bref le seul clair et intéressant pour qui veut sortir de l’Europe : Philippot du FN. (Avec les idées de Lordon, ceci expliquant cela.)

 Certes, le Fn dit qu’il veut sortir de l’Europe et il n’en sortira pas, car il est à droite et que la droite fait ses choux gras à Bruxelles. Hier la sainte Trinité FN, Le père, la fille et l’esprit de Gollnisch ont voté pour qu’on laisse les chaluts exploser les fonds marins fragiles. Très écolo la bande à le Pen. (Mais évidemment, ils ne sont pas seuls car si on prend la liste de ceux qui s’accommodent de ce carnage, on a envie de monter à Bruxelles avec des fourches.)

 Ceci dit, même si Philipot est un  horrible facho  in petto qui cache sous des dehors doucereux son âme noire et nazillonne, on ne l’a pas encore vu sur des quais de gare donner des coups de sifflet. Tandis que sur  le plateau de Calvi ,made in Goldman Sachs, il y avait de  vrais fachos, vivants, en action, qui ne cachent rien et se pavanent en se servant des oripeaux de nos vies, comme on se partage des cakes à cinq heures, il y en avait plein le plateau. Des fachos soft. Ils tuent en laissant vendre des produits contaminés ou en empêchant de manger . (D’après ma boulangère, les œufs  viennent d’augmenter de 35% !  Mais c’est peut-être pour éviter l’obésité…)

Il y avait donc ce soir-là  l’inénarrable, l’insupportable, et celle-là, on va la voir souvent  avec ses airs proprets : Karine Berger. La star. La star de notre Enfer à venir si on ne la chope pas aux prochaines élections pour lui dire qu’elle aille se faire voir aux US. Où elle veut mais pas chez nous.  C’est une taupe du Système.  

L’émission s’achevait. On avait essayé de nous convaincre que l’Europe était mal aimée. Qu’elle  était vraiment à l’origine de notre richesse et de notre bonheur. (Du vôtre, les rigolos, du vôtre, ne confondons pas ! De cette Bruxelles qui est le pays où les lobbys arrosent !) Qu’elle était même le garant de la paix, ce qui était assez culotté le jour où en Italie des centaines de villes avaient  participé à une manifestation nationale, celle de Turin donnant lieu à une énorme baston où la police avait fini par poser ses casques…  http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/12/09/en-italie-des-incidents-emaillent-les-manifestations-anti-gouvernementales_3528152_3214.html

Donc ils étaient dans un déni de réalité qui rappelle celui de ces femmes enceintes qui, la veille d’accoucher, affirment qu’elles ont du mal à digérer leur couscous .

C’est alors que Berger  lance, in coda venenum, au moment où personne ne peut répondre, sa révélation d’une pétition d’initiative citoyenne pour « sortir l’éducation des déficits publics. » Calvi laisse échapper « Vous lâchez une bombe ! » Et en bombes libérales il s’y connaît. C’est son atelier perso.

  Kesaco ? Ce qui caractérise ces gens-là, c’est leur sens de la formule. Leur objectif : que du caca ressemble à de la crème au chocolat. Donc déjà « sortir l’école de… » paraît une opération de sauvetage… « des déficits publics » une bonne action puisqu’il y aura moins de dettes et donc moins d’impôts… Que l’école soit  sponsorisée  par Elf ou Monsanto qui attendront quand même du retour sur investissement, on n’en parle pas encore. L’écolier OGM, on fera le bilan plus tard. 

Bon, vous allez me dire, tout ceci n’est pas nouveau… C’est comme dans un grenier, où l’on entend depuis un moment les rats qui bouffent le placoplâtre, jusqu’au jour où il vous tombe sur la tête.

Et là, on commence à voir le bout de leurs queues. Ils prennent de l’audace de jour en jour.

Qu’est-ce tout d’abord qu’une initiative citoyenne ?

Une invitation faite à la Commission européenne de présenter une proposition législative dans un domaine dans lequel l'UE est habilitée à légiférer. L'initiative doit être soutenue par au moins un million de citoyens européens issus d'au moins 7 pays sur les 28 que compte l'Union. Un nombre minimum de signataires est requis dans chacun de ces 7 États membres.

Ici, pour donner de la noblesse à la proposition, c’est la Grèce qui lance l’appel. Deux illustres Grecs : Helène Glykatzi Ahrweiler (professeur d’université et spécialiste de Byzance ,ce qui doit être utile quand on bosse pour l’EU) et un prix Nobel d’économie Sir Christopher Pissarides . Autre fois prix Nobel était un préjugé favorable. Depuis la nomination d’Obama et de l’UE au prix Nobel de la paix, on se demande quelle économie Lord Pissarides a bien dû promouvoir. Curieux que Calvi ne l’ait pas encore  invité.

Sur le site de l’UE, le projet dont parle Berger est décrit en Grec, en anglais et en trois autres langues mais pas en Français.

Voilà qui est gonflant avec l’Europe. Toutes ces langues ! Pour parler de l’avenir, de la vie, du monde, je veux parler Français !! En voyage, pourquoi pas. Pour lire du Shakespeare dans le texte, Oui !  Mais pour savoir comment on nous entube, je veux que ce soit en FRANÇAIS !!

Mélenchon n’a que trop parlé de ces propositions de lois qu’on ne communique même pas aux députés ou mieux sur 125 pages en anglais. Essaie de comprendre et de réfléchir.

Le premier piège est celui de cette tour de Babel .

Raccrochons-nous aux mythes anciens :  La tour de Babel  s’est effondrée foudroyée par  Dieu !! Et la tour de babel  de l’UE  s’effondrera foudroyée par la fureur du peuple !

Mais revenons à l’éducation.

Un article sur Rue-89 avait déjà montré les efforts de Total  pour mettre les pieds dans les écoles. http://www.rue89.com/2013/07/11/total-depense-millions-entrer-les-cartables-enfants-244117

  Un autre article  de Bastamag interrogeait Anne Fraisse, présidente de l’université Paul Valery, très inquiète des effets néfastes de la loi LRU de Sarko et bien suivie par Hollande . Le but numéro 1 de toutes ces manigances étant évidemment de réduire la masse salariale. Ou alors d’augmenter les droits d’inscription. Mais tout ceci n’est que la routine. Maintenant on tire au sort les étudiants qui peuvent s’inscrire. Il fallait que 80% des élèves aient  le bac. Mais il fallait préciser que ce serait pour faire chômeur ou être tiré au sort. 

Il faut donc  ouvrir à la concurrence le secteur de l’éducation.  En attendant la santé et tout le reste. Déjà,on le sait, le monopole de la sécu est interdit. Bien.

Mais que signifie « SORTIR L’ECOLE DES DEFICITS PUBLICS ? »

C’est à vous que je pose la question, chers lecteurs car, autour de moi, certains entendent qu’il s’agit de privatisation (moi) quand d’autres pensent qu’il ne s’agit que «  de sortir l’école de déficits publics » Hihihi. Mais qui paie ??? Car c’est quand même la question qui se cache au tournant avec une massue… De nouveaux impôts ???? L’UE admettrait un déficit public de 4% ????

Voyons le site de Berger pour nous renseigner . Ecrit en français. Une chance. Un jour, il sera imposé que tout soit écrit en anglais. Et on ne pourra parler Français que dans le privé ... Et encore.

Donc, grand titre :

L’éducation est un investissement ! Ne la prenons pas en compte dans le déficit !

Bien.  Qui va investir ?

En bonne technocrate, elle propose une explication qui clarifie le sujet :

« La proposition consiste à exclure du calcul des dépenses des administrations publiques la part des dépenses (rapportée aux PIB) dédiées à l’éducation qui est inférieure à la moyenne de la zone euro au cours des 5 dernières années. »

?????? Suit ensuite une belle envolée :

Les dépenses en éducation sont les premières sacrifiées par l’austérité libérale, alors même qu’elles sont le seul moteur de notre civilisation, de notre avenir, de notre progrès, de notre croissance de demain. Stoppons la saignée!

Là on meurt de rire. C’est Barbe-Bleue qui s’indigne des hommes qui tuent  leurs femmes et les mettent dans un placard ! L’austérité libérale, ce n’est pas Berger et sa clique fauxcialiste ! Non ! Quant  à l’expression « Stoppons la saignée » pour une élève de Diafoirus, chapeau ! On rigole, on rigole !!

 La suite est du même acabit : LES OBJECTIFS – L’ÉDUCATION EST UN INVESTISSEMENT

  • Lutter contre l’inégalité en offrant à tous les jeunes d’Europe des chances égales dans l’éducation et la formation. ( Pour l’instant, tous les jeunes d’Europe sont promis soit à un métier de kapo, soit  au chômage, soit à l’esclavage. Au  mieux des gagne-petit.)  
  • Assurer les infrastructures et moyens adéquats pour une éducation de qualité en Europe en temps de crise. (Qui assure, Minouchette, qui ? QUI ? Par ailleurs on voit que «  en temps de crise »   est  une constante. Ca va durer longtemps car ils se font un max de picaillons !)
  • Renforcer et sauvegarder la croissance ainsi que les institutions démocratiques et assurer l’emploi des jeunes générations par l’investissement dans l’éducation. ("Investissement dans l’Education" est un terme suffisamment flou qui ne précise rien  des noms des investisseurs. Mac Do ? « Mon fils va à l’école Mac do… Super ! Et il a des casse-croûte gratuits…Super ! Il pèse 200 kilos ! Super !!! » Un autre problème : « renforcer et sauvegarder la croissance »…En ne payant ni pour les écoles, ni pour les profs ? Tout sera dans le privé ? Un des grands textes à étudier sera : « Baudelaire : Harmonie de Monsanto. ») ???
  • Soutenir les politiques européennes Horizon 2020. (Tudieu ! ils seront encore là en 2020 ??? Non !!!)

Donc la question que je pose est la suivante. On retire l’école des déficits publics. Bien. Qui paie ?????

Comme le disait  un grand écrivain français : «  Faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages.

On nous baise déjà cette semaine avec une législation sur les travailleurs déplacés qui donne satisfaction à Sapin, et qui est , de l’avis général,   une escroquerie.

On nous a baisé la semaine dernière avec, en France, l’article 13 du projet de loi de la programmation militaire, qui est notre « patriot act », et autorise l’armée à nous espionner en direct.

Je voudrais poser une question. Dans les pires des situations une prostituée peut être baisée combien de fois par jour ? Y a-t-il une loi européenne à ce sujet ? Est-ce open bar   ?

Parce que nous, peuples Européens, on va finir par dépasser  tous les quotas de la rue St Denis !

Je ne suis pas la seule à le signaler puisque cette semaine un député européen a fait la déclaration suivante. Un peu libertarien , le Godfrey, mais bon, ça fait quand même du bien de l’écouter !

Godfrey Bloom MEP
(Yorkshire & North Lincolnshire)

Mr le Président,
Il me vient à l'esprit une citation du grand philosophe américain Murray Rothbard qui dit : «L'Etat est une institution de voleurs».

A l'extrême, l'imposition est simplement un système dans lequel les politiciens et les bureaucrates volent l'argent de leurs citoyens pour le dilapider de la plus honteuse façon.

Cet endroit n'est pas une exception. C'est fascinant et je me demande comment vous arrivez à garder votre sérieux tout en parlant d'évasion fiscale. La Commission dans son intégralité et les bureaucrates de la Commission ne paient pas d'impôts. Vous n'êtes pas assujettis à l'impôt au même titre que les citoyens. Vous avez toutes sortes d'avantages. Taux d'imposition convertis, plafond d'impôt sur la grande fortune, retraites non imposables... Vous êtes les champions de l'évasion fiscale en Europe et pourtant, vous êtes là, assis à donner des leçons. Mais bon, les gens de l'Union Européenne ont compris les message. Vous allez bientôt vous rendre compte que les eurosceptiques vont se faire de plus en plus nombreux, en juin prochain, et je vais vous dire, encore pire, quand les gens se seront vraiment rendu-compte de qui vous êtes, il ne leur faudra pas longtemps pour prendre cette Chambre d'assaut et vous pendre. Et ils auront raison.

 Il me plaît de rester sur cette conclusion…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal
Pénurie de places en lycée technologique : des élèves « oubliés » ou forcés de redoubler
Des centaines d’élèves se sont retrouvés sans affectation à la rentrée, en particulier dans les classes STMG, filière négligée par les autorités depuis des années. Alors que des lycéens n’ont toujours pas d’établissement, le mutisme du rectorat nourrit un sentiment d’abandon.
par Névil Gagnepain (Bondy Blog)
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière