mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart ven. 30 sept. 2016 30/9/2016 Dernière édition

Ariane Walter: Malaysia Airlines: 20 ingénieurs liés à la défense US à bord.

 

 Il y avait donc vingt employés du groupe Freescale à bord du Boeing 777 de la Malaysia Airlines. Ils étaient en route pour une réunion d’affaire à Pékin. C’est le PDG du groupe, Greg Loewe, qui l’a annoncé dans un communiqué précisant que douze d’entre eux étaient  de nationalité malaisienne, huit de nationalité chinoise

Freescale Semiconductor est  une firme basée à Austin.  Elle dispose d'une équipe de spécialistes dédiée à l'appui aux forces de défense.
Les produits commerciaux de Freescale couvrent divers secteurs :
    -Les Communications sur le champ de bataille
    -L'avionique
    -Les bandes radar HF par L et  S
    -Le guidage des missiles
    -La guerre électronique
    -L'identification, ami ou ennemi (IFF )

OK…

Personne n’en parle dans les media mainstream. Est-on là au cœur  des raisons de cette disparition ? il paraît évident que ce ne sont pas des laveurs de vitres  qui faisaient  ce voyage mais des ingénieurs de haut niveau.

Alors ?

Les chroniques de Rorschach approfondissent ainsi le sujet :

« Concernant le mystère du vol MH370, deux informations importantes n’ont pas été diffusées.

1)- A l’aide de l’armement électronique d’aujourd’hui, un avion peut sembler disparaître.

2) Les vingt passagers de Freesacle sont liés à des contractants US de la Défense dans le domaine de l’armement électronique hugh tech.

Les capacités de la guerre électronique comprennent des armes qui permettent de cacher des avions. Cet armement électronique est non seulement disponible, il est d’ores et déjà en cours de déploiement. A-t-il été utilisé pour masquer ou camoufler l’avion disparu ? »

Mais voyons ce que sont ces nouvelles techniques : « De nouvelles armes électroniques permettent le brouillage , l'aveuglement , l'assourdissement et plus encore, de sorte qu'un avion pourrait disparaître des radars de détection tandis que les systèmes de sécurité ne seraient pas activés . Au niveau du radar les stratégies de contre-mesures électroniques basiques utilisées dans la guerre électronique sont :
1 ) les interférences radar
2 ) la modification des cibles
3 ) la modification des propriétés électriques de l'air .

Par exemple, un rapport d'évaluation du renseignement américain a conclu qu'une attaque israélienne contre l'Iran irait bien au-delà des frappes aériennes avec des avions de combat et verrait probablement le déploiement d'armes électroniques contre le réseau électrique, l'Internet, les réseaux de téléphonie mobile ainsi que les fréquences d'urgence utilisées par les premiers secours en Iran.

Autre exemple, Israël a développé une arme capable d'imiter un signal de maintenance qui commande au réseau des portables de " se mettre en veille " stoppant ainsi efficacement les transmissions.
En 2007, l'armée syrienne a obtenu un avant-goût de cette guerre quand  les radars de défense aérienne du pays ont étés leurrés par les forces Israéliennes. Dans un premier temps, elles ont fait en sorte qu'ils ne montrent aucun avion dans le ciel puis l'instant d'après, elles ont fait en sorte que les radars montrent des centaines d'avions.
L'année dernière, il a été annoncé que la nouvelle technologie de la furtivité des avions les rend invisible non seulement au radar mais également à l'œil humain à la manière d'une cape d'invisibilité.

 A-t-on à faire à un détournement fait pour éliminer ou capturer ces cerveaux ?

Ce matin un nouvel élement, révélé par le Nouvel Obs, rend cette thèse   possible :

 Deux sources proches de l'enquête ont indiqué à Reuters que des données radar suggèrent que le vol MH370, qui a disparu samedi sans laisser de traces, a été délibérément orienté vers les îles Andaman,.

Un avion non identifié qui pourrait être le Boeing 777 en question suivait un cap défini par des "waypoints", ce qui suppose que quelqu'un ayant des compétences en matière de pilotage se trouvait aux commandes lorsqu'il a été repéré pour la dernière fois par des radars militaires au large de la côte nord-ouest de la Malaisie, dit-on de mêmes sources.

Tout ceci n’est-il pas su depuis longtemps par les différents gouvernements. ? Pourquoi perdre du temps à chercher des débris qui n’existent pas ? Y-a-t-il des négociations secrètes ?  

A-t-on sacrifié 219 passagers pour éliminer 20 savants ? Ou a-t-on enlevé 20 cerveaux pour utiliser leurs connaissances ?

Que sont devenus les autres passagers ?

Un simple épisode de la grande guerre technologique ?

Qui est à la manœuvre ?

Est-ce une manière, après l’attentat de la gare de Kunming qui avait fait 30 morts et 133 blessés, de dire à la Chine de se tenir à l’écart du conflit US-Russie ? Sous-entendu : « On a les possibilités de vous empoisonner la vie à peu de frais… »

 

Interrogeons-nous puisqu’on a demandé aux internautes de chercher des débris sur la mer.

Mais pas que sur la mer…Sur le grand flot d’internet, bien des indices aussi posent question.

   

 

http://www.electronique.biz/index.php/economie/vie-de-la-profession/item/50219-20-employes-de-freescale-parmi-les-passagers-du-boeing-de-malaysia-airlines-disparu-depuis-le-8-mars

http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2014/03/lavion-disparu-de-malaisie-pourrait.html

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

 

Thursday, March 27th, 2014 | Posted by Gordon Duff
Flight 370 The CIA Hoax: Gordon Duffhttp://www.veteranstoday.com/2014/03/27/flight-370-the-cia-hoax-gordon-duff…

By Gordon Duff and Press TV
(This is the most read article in the world for 2014 thus far)
Share | Email | Print

Today we are told that the fate of Flight 370 is known, not yet identified debris has been spotted in what is called “the Southern Indian Ocean,” perhaps more appropriately described as “north of Antarctica.”

We also know that the 777/200 is a “fly by wire” aircraft with controls in place that allow the CIA to remotely pilot the plane “in case of emergency.”  We were able to verify the design and implementation of this system through Boeing, Raytheon and commercial pilots.


“BAD NEWS”


The descriptions today in the New York Times and other publications are purposefully inaccurate and contradictory.  Their explanations of how commercial aircraft communicate and are tracked are fanciful at best, at worst “criminal.”


CIA CONTROLS COMMERCIAL AIRCRAFT



When Malaysian Airlines Flight 370 was reported as having crashed in the South China Sea, a massive cover up began yet no one will speak of it, nothing is written of it and its broad consequences are a subject of no investigation.
While people around the world were told the plane was “lost” or “crashed,” it was being monitored by NORAD (North American Aerospace Defense Command) and its regional defense partners through secret systems installed in the plane.
In 2006, Boeing announced the following, from a John Croft article in Flight Global:

Citation:



Boeing last week received a US patent for a system that, once activated, removes all controls from pilots to automatically return a commercial airliner to a predetermined landing location.
The “uninterruptible” autopilot would be activated – either by pilots, by onboard sensors or even remotely via radio or satellite links by government agencies like the Central Intelligence Agency, if terrorists attempt to gain control of a flight deck.
 
Boeing says: “We are constantly studying ways we can enhance the safety, security and efficiency of the world’s airline fleet.”



Similarly, Raytheon Corporation was awarded a contract by the Federal Aviation Administration 8 years ago to implement an “Advanced Route Evaluation System” (ARES) to work in concert with the system operated by the Central Intelligence Agency.


.../...

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Ariane Walter

Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.

Le blog

suivi par 55 abonnés

Le blog de Ariane Walter