Ariane Walter: Poutine: la coqueluche. Netanyahu: la peste. Obama: le choléra.

 

Comme nous sommes peu de choses. Qui aurait imaginé, qu’en un seul été, Usraël perde le bénéfice d’une domination des esprits qui avait coûté tant de mensonges et tant de propagande. Le temps n’est plus où l’Amérique était le sauveur et Israël le sauvé. A présent ils sont les coupables. Les masques sont tombés. Il est vrai que « Net », le sioniste barbare, n’y est pas allé de main morte, attaquant Gaza avec une violence qui a certes déjà existé, mais voilà les temps ont changé, les esprits ont changé. Face à Net, le NET. « Vox populi, vox dei. » Le Net qui s’émeut pour des chatons n’a pas supporté ces massacres d’enfants, au-delà de toute politique.

La planète entière est devenue antisioniste.  Pas antisémite, non. Même des Juifs sont antisionistes. Même des rescapés des camps de la mort défilent pour la paix en Palestine. Les défilés ont été immenses dans tous les pays. La Bolivie place Israël sur la liste des Etats terroristes !!

Quel incroyable changement ! Aucun communicant ne peut rattraper ça.

Personne ne dira assez à quel point un des vainqueurs de ce terrible été est Dieudonné. Ainsi non, quand même, il n’avait pas tout à fait tort de dénoncer ces sionistes qui l’empêchaient de s’exprimer. Il était la victime d’un clan qui frappe à Gaza et gouverne à paris.

Quant à Valls et Hollande qui ont pris le parti de Tel-Aviv qui les loge et qui les nourrit, leurs affaires, déjà au plus bas, sont actuellement en dessous de zéro. Ne sont-ils pas allés jusqu’à s’abstenir lors  du vote concernant une plainte accusant Israël de crimes de guerre ? Ne se sont-ils pas également abstenus  pour la création d’une commission d’enquête sur les crimes de guerre à Gaza ? Comme si le doute était permis avec plus de 1000 morts dont 80 % de civils, selon les décomptes de l’ONU.

L’arrivée des feuilles d’impôts va les propulser dans un trou noir dont ils ne pourront jamais sortir. Et surtout pas en vespa.

Ma foi, ils demanderont conseil à leurs parrains de Washington qui sont de si bon conseil quand on voit ce qui se passe dans le monde. Même dans leur pays, Obama passe pour un chancre qu’il faut dégommer. La dissidence augmente chaque jour. A ce sujet, un article signé Gordon Duff, éditeur en chef de « Veterans to day" est une bombe que l’on déguste avec stupéfaction. articlehttp://www.veteranstoday.com/2014/08/06/war-comes-home-to-america/

 

Il commence par une nouveauté :   

Le grand changement s’est opéré dans les médias de masse. Ils ne défendent plus Israël, ce qui est très troublant  

Un coup de griffe pour Obama :

Comme cela est souvent le cas, les présidents s’entourent de conseillers qui ne voient rien d’autre que ce qui leur est dit lors de gueuletons privés et de parties de golf avec les lobbyistes des intérêts spéciaux. Ainsi, lorsque le monde se retrouve le cul par dessus tête, et que les diffusions d’info officielles et des journaux, crues par la plupart des gens en Amérique être sous une forme stricte de contrôle, de gauche ou de droite, prennent des positions radicales, Obama n’a toujours aucune idée de quoi il retourne.

Aujourd’hui, le président le plus haï par le lobby pro-israélien (AIPAC) est en train de mourir politiquement, étiqueté comme criminel de guerre pour avoir fait des déclarations absolutistes sans précédent pour la présidence américaine et les faisant au mauvais moment. Il n’y a jamais eu un “pire moment” dans l’histoire.

 Un coup de griffe pour les Américains :

Ce qui fait le plus peur au sujet de l’Amérique, est que les gens semblent avoir besoin d’une permission pour penser ou ressentir. Assassiner des enfants est OK jusqu’à ce qu’un canard, propriété d’une entreprise étrangère ou d’un sous-traitant de la défense, décide de dire que le massacre systématique d’enfants innocents est mal.

Et un coup d’encensoir pour Poutine

L’Amérique manque totalement de leadership moral. Des millions d’Américains regardent le président russe Poutine et souhaite qu’il soit notre président. La droite aime ses prises de positions fortes, sa force physique et son amour des armes ; la gauche aime ce qu’elle voit comme sa capacité à être plus fin que ses ennemis, sa volonté extrême de ne pas plier sous la pression. Les politiciens américains quant à eux plient à la moindre petite brise.

Un rappel du 11septembre qui fait frissonner.

“L’adoration de Poutine” n’est pas saine. Les Américains connaissent très peu de la politique russe et même des affaires du monde. Les Américains ne savent pas grand chose en fait, car un grand nombre a simplement arrêté de s’intéresser il y a longtemps, certainement après le 11 Septembre 2001, lorsqu’il devint très évident pour la plupart des gens que quelque chose de catastrophique venait de se produire qui n’avait rien à voir avec des terroristes et des cutters.

Et un résumé de la médiocrité ambiante. Nous avons la même.

Il n’y a aucun membre du gouvernement américain qui est admiré d’une manière générale. Personne à Washington n’est vu comme ayant une aura politique, une solidité d’homme (ou de femme) d’état. Il n’y a aucun remplacement à John F. Kennedy. Il n’y a que de la petite bière politicienne, c’est tout ce que les Américains voient et rien d’autre. John McCain est l’archétype de ce genre, instable, fantasque, ayant des liens avec le crime organisé pour le plus clair de sa vie, hanté par les rumeurs de sa collaboration quand il était prisonnier de guerre au Vietnam.

Les médias américains avaient Walter Cronkite, Edward R. Murrow et beaucoup d’autres, des journalistes respectés, révérés, capables et volontaires pour prendre position, des hommes soutenus par des organisations d’information qui n’étaient redevables à aucun intérêt particulier.

Rien de tout cela n’existe plus en Amérique. Les médias américains ont maintenant des acteurs et des cracheurs de haine. Maintenant quelqu’un leur dit que c’est OK de haïr Israël. Certains d’entre nous se demandent pourquoi, que se passe t-il donc derrière le rideau ? Pourquoi de mauvaises personnes feraient-elles quelque chose juste parce que c’est bien ?

Les attentats du 11 Septembre 2001 ont brisé l’esprit de l’Amérique, infecté le pays avec la peur et le désespoir. Quiconque pense avoir vu Bush et Cheney, qui venaient juste de prendre leurs fonctions après une élection truquée, rassurer l’Amérique en parlant de la défendre, est totalement barjot.

 Et pour finir, quelques révélations au passage qui ne sont plus des révélations :

Rien en Ukraine, du moins de ce qui ressort de Kiev, est ce qu’il paraît être. Voulons-nous discuter de cet EIIL, état islamique en Irak ? De montre Rolex et de mutilation génitale féminine, de conversions religieuses forcées et de militants masqués implantés avec des militants de la CIA, du Mossad et du MI6, de djihadistes et de mercenaires occidentaux.

Même Zbigniew Brzezinski a été capable d’établir bien sûr, que l’enlèvement et le meurtre des trois Israéliens étaient une opération fausse-bannière montée de toute pièce.

Serons-nous capables de voir ce que quelques personnes ont ourdi il y a longtemps, que tout cela est écrit d’avance, que les participants ne sont que des acteurs sur une scène ?

Seuls les morts sont vrais.

 

Boum !

En France,  même le Figaro édite un article qui donne raison à Poutine !

Poutine !

Qui aurait cru que Poutine le dictateur, l’ex du KGB, le boucher de Beslan allait devenir la coqueluche de la planète entière. Les Américains, donc veulent voter pour lui, et à gauche et à droite. Les Anglais, d’après un sondage publié par  The Independant ont désigné « leur leader mondial préféré. » Voici les résultats :

David Cameron, 2%  ; Barack Obama, 4%  ; Angela Merkel, 8% ; François Hollande, 1% ; Vladimir Poutine, 82% .

Certains ayant trouvé ce sondage offensant l’ont fait recommencer en suite de quoi Poutine se retrouve avec 86 % de fans ! (Hollande : -3% ?)

Il est vrai que paraître intelligent et pondéré face aux drogués qui dirigent la finance et les armes, ce n’est sans doute pas difficile.

Tout le monde sait que ces foutus Zuniens, après avoir ruiné leur pays ont décidé de mettre la planète à feu et à sang pour faire du fric, c’est leur seule occupation, en détruisant et en construisant. En allant jusqu’au pire ! Dans quel bureau confortable a-t-on décidé froidement d’abattre 300 personnes et de les faire chuter, après les avoir poliment détourné de leur route, sur le théâtre de la guerre Ukrainienne. Cela dépasse l’entendement. Le sang-froid de Poutine, face à une telle provocation a été une nouvelle fois remarquable. Et cet homme finit par être jugé non sur sa réputation mais sur ses actes. Toujours à propos de cet avion, comment se fait-il que Washington soit soudain muet et cesse de semer sur les premières pages de sa presse propagandiste son « Poutine assassin » ? Alors qu’il s’avère que cet avion a été abattu par un autre avion, qu’il n’y a eu aucun missile sol-air et qu’il était nécessaire pour ce crime d’un pilote hautement entraîné. Un polonais ? Dans le cadre de l’OTAN ? Alors Obama ? Ce silence est un aveu.

Poutine , qui nous avait évité une guerre en Syrie, qui vient de dire non aux OGM et à Mac Donald, ce qui fait que toute la planète écologique est à ses pieds, essaie de nous éviter une troisième guerre mondiale . Il a empoché la Crimée dans un mouvement de prestidigitation qui en a laissé plus d’un pantois. L’intelligence de cet homme à laquelle tout à coup toute une planète s’accroche, comprenant qu’il est, curieusement, le seul rempart face aux folies meurtrières de l’agonie de l’empire américain, est la grande révélation de cet été meurtrier.

  

Et si simplement ce qui plaisait en Poutine, c’était son programme : la Paix ?

 

Ou encore plus simplement, si ce changement d’opinion sur Poutine était le fait des riches qui croyaient, à présent, que seuls les pauvres allaient paumer dans les guerres zuniennes et qui s’aperçoivent, suite à l’embargo de Poutine, remarquablement choisi, que leurs entreprises sont les premières bombardées ?

Un peu de pragmatisme ne fait jamais de mal.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.