Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2021

Le petit texte du jour - AUTEUR/AUTEURE

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les meilleures intentions sont parfois calamiteuses.

Au nom de l’égalité des sexes, des féministes ont féminisé certains vocables insolemment masculins. Vaugelas, nous voilà !

C’est ainsi qu’ « auteur » est devenu « auteure ».

Pauvres femmes.

 Déjà qu’il leur était très difficile de devenir auteur, les voilà désormais condamnées à ne plus jamais l’être.

 Imaginons une fille qui ait plus de talent que Mme de La Fayette et Colette réunies, elle ne sera pas « auteur », nom noble s’il en est, mais « auteure ». Pleurons.

Les doctes qui ont féminisé ce nom semblent ignorer que, depuis le moyen-âge, le e muet final ne se prononce plus en Français.

Ainsi une auteure est tout au plus « une auteur ». « Une hauteur », venant tout de suite à l’esprit pour faire regretter cette bassesse.

En fait ce mot, « auteure », ne peut s’entendre que dans un contexte particulier :

On est sur le Vieux Port. Une dame vient d’acheter une rascasse et une autre demande à la poissonnière :

-Ma, Mireilleu, qu’esse qu’elle fait cetteu dameu qui vient de te prendreu la rascasseu ?

-Cette dameu, Germaineu ? Mais c’est une auteureu !

            Tout autre emploi est redhibitoirement ridicule et les journalistes qui se tordent la langue pour montrer qu’ils obéissent aux diktats du féminisme : « Oui, vous êtes auteure… », ne sont que les pauvres victimes d’une aberration bien-pensante.

Vous allez me dire, peu importe. Un auteur n’est ni un homme, ni une femme.

 Un auteur est un mort.

Seuls le temps et les louanges le consacrent.

Une réalité me frappe. Nos grands auteurs, eux-mêmes, n’ont jamais su qu’ils l’étaient. Ainsi Rimbaud n’a jamais entendu son nom comme nous l’entendons : « Rimbaud » dans un bouquet de vers, d’insolence, d’audace, de beauté, d’absinthe, de folie, de passion, d’admiration, de têtes hantées par la splendeur inaltérables de ses vers !

 Quand il entendait son nom, c’était dans des phrases du type :

-Hé ! M’sieur Rimbaud ! Oubliez pas d’sortir vot poubelle ! Qué crado cui-là !

-Il s’appelle comment, madame Merlu ? Rateau ? Rideau ?

Même Hugo, pourtant déifié de son vivant, n’a jamais été notre Hugo, le Hugo du Lagarde et Michard, de la Comédie Française, le délicieux monsieur vintage aux yeux si doux qui appuie son menton sur sa main.

Seul le temps donne au talent sa patine et aux têtes leurs lauriers.

« Auteur » est une carte de visite qui ne vaut qu’au paradis.

Comment donc appeler une femme qui écrit. ?

On peut s’en tenir aux genres qu’elle pratique.

Ainsi, pour le théâtre, inutile de se fatiguer, le mot existe avec un « e », ouf : une dramaturge.

Je propose que pour les hommes on enlève le « e ». Un « dramaturg » me paraît plus viril.  Hugh !

Je propose même que l’on supprime le « e » de Molière et Racine, Molier et Racin étant, ainsi dénudés, tels, après tout, qu’on les prononce. De grandes réformes s’imposent, nous le savons. N’hésitons pas à tailler dans l’Art.

Écrit-elle des romans ? Romancière évite toute contestation. Si féminin « romancière » !

Je dirai même que romancière me paraît plus beau, plus excitant que romancier, plus sec.

Ainsi je dirais que Robbe-Grillet est un romancier et Balzac une romancière. Plus bavard, plus attaché aux détails d’une maison, couleur des rideaux, nature de l’argenterie, velours des vêtements et autres courtepointes. Rien ne lui échappe. 

Mais la vraie romancière est une femme.

Je l’imagine qui descend de l’Orient-Express. Dans une gare enfumée, comme autrefois Anna Karénine. Elle porte une mallette de cuir dans laquelle les feuilles qu’elle vient de composer reposent. Elle se dirige vers la ville puissante qui dort dans la nuit aux yeux de lune ! Elle traverse le parking de la gare de Lyon et là, soudain, se tord. Comme une mère qui va enfanter ! Ses personnages la pressent ! Elle se précipite dans un café, s’attable, sort sa mallette, et, telle Simone de Beauvoir, cette auteure bien connue, se livre à l’accouchement de ses monstres ! Femme !

Pour les femmes poètes, la question est réglée. Ce sont des poétesses.

Poétesse, on a compris.

Marcelline Desbordes-Valmore.

Je crois qu’il n’y a pas de façon plus cruelle de signaler aux femmes que cet art leur est étranger en les baptisant « poétesse ».

Poétesse rime avec fesse ce qui est une manière de les renvoyer à leurs fondamentaux.

Certes, ne nous chagrinons pas de cette incompétence : les femmes ne sont pas poètes car elles sont la poésie.

Elles ne sont pas là pour l’écrire, elles sont là pour l’inspirer.

On ne peut pas être au four et au moulin. Au lit et à la cuisine suffit à leur vocation.

Laissons donc aux vocables leur liberté et si un masculin désire honorer un féminin de sa désinence virile, celle qui s’en offusque, à mon avis, est une idiote.

Chaque mot a son charme propre. Parfois le masculin l’emporte parfois le féminin atteint au sublime. Ainsi le féminin de doge : dogaresse. On s’y voit. Des dogues et des caresses.

-Monseigneur ! Une missive pour vous !

-Que me dis-tu Pipo ? Une missive ? Dans une enveloppe rose avec des étoiles d’or ? Mais d’où vient-elle ?

-Comment ! Monseigneur ne le sait pas ? Ce sont les couleurs de la dogaresse ! Vous lui plaisiez ! Elle vous le fait savoir.

-La dogaresse !!!

            Ah ! L’instant où cet homme glisse dans les venelles obscures de Venise, pénètre dans la Ca’ d’Amore, échappe aux morsures des dogues  et soudain s’abîme dans le taffetas d’une robe, illuminée de beaux yeux verts et d’une main diaphane qui le caresse…Ah ! Dogaresse !!!

En fait, pour nommer une femme qui écrit, je crois que le mot que je préfère est « Écrivaillonne. »

J’imagine la scène suivante. Un père est auteur et il a une fille, petite, qui gribouille. Il ne sait pas ce qu’elle fait. Mais un jour, par curiosité, il lit. Et là, il sourit dans le ravissement de sa découverte. Elle entre, le regarde, n’ose poser aucune question. Alors il lui passe la main sur la tête, lui chiffonne les cheveux et lui dit : « Ma petite écrivaillonne ! »

Litote.

Ce n’est pas un mot qui rabaisse. C’est un mot qui transmet dans un jeu d’amour, de complicité, d’héritage, de joie de savoir que tout se poursuit.

Ecrivaillonne qui rime avec sauvageonne.

Celle qui est près de la Nature.

Et je signe ce post d’un nom féminin, ouf ! Je ne me ferai pas gronder :

« La postière » !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa