Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 janv. 2014

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ariane Walter: Mélenchon-Laurent: l'union fait la farce.

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La petite chèvre de M. Seguin est morte. Après s’être vaillamment battue pendant  plusieurs  mois. Mais toute résistance a ses limites dans le monde supérieur des VIP de la politique.

Mélenchon a baissé pavillon. Après avoir boudé, maugréé, insulté, traité de traître le dit Pierre  Laurent, après même, récemment, avoir menacé de se casser s’il était le seul à « vider la mer avec ses mains » il a fait un double salto arrière pour décréter lors d’une réunion avec le PC qu’il fallait être « raisonnable « 

Je ne sais quel sens vous donnez au mot « raisonnable ».  En ce qui me concerne,  au nom de la sainte Raison que je révère,  il ne pouvait  s’agir, suite à la conférence de Hollande que d’un retrait du PC de toute liste avec le PS. Voilà ce qui aurait eu de la gueule ! Là, la vraie gauche, elle aurait été constituée tout de suite ! Mais non. Ils ne sont pas intelligents au PC. Car s’ils avaient fait ça, ils étaient  tous élus demain ! Le courage ça paie. Oui, ça aurait eu de la gueule ! On en aurait parlé partout ! Quel espoir ! Quelle joie ! Quels feux d’artifices  plus immenses que ceux de Dubaï ! Tous les faibles, tous les malheureux se seraient dit : « Il y en a qui ne mégotent pas ! Il y en a qui sont des vrais ! Et ce sont les nôtres ! » (J’imagine cette scène dans un film, chacun textotant, facebookant, téléphonant : « Ils quittent le PS ! »

Oui, ça aurait eu de la gueule. Mais ils n’ont que de la bouche.

Reste cette histoire de logo. Donc Mélenchon avait tracé une ligne rouge. Pas question d’utiliser le logo. Tu peux baiser la planète entière si tu veux, mais pas avec le logo. Ca fait plusieurs mois que le PG dit : « Pas le logo »  et que les cocos le mettent partout. Il paraît même qu’Hidalgo l’a mis sur son soutif…Là, gros effort de Laurent, il va demander aux militants parisiens ce qu’ils en pensent. Ahahahahahahaha !! On les a déjà interrogés les militants parisiens au sujet de l’alliance avec Hidalgo et on connaît leur réponse .

Tout ceci est tellement bas, minable.

Décidément…La politique française entre Sarkozy, Copé, Fillon, Pécresse, Hollande, Valls, Moscovici, Borloo, Bayrou, Laurent, Mélenchon et sa raison et la bonne madame Le Pen qui est autant pour le peuple que moi pour Valls. (Pour donner une échelle de grandeur).  

Pour qui voter  si ce n’est pour Monsieur Blanc ?????

Alors, on est mal.

On survit de petites jouissances.

Voir Laurent, avec son ventre de sénateur,  à ONPC face à Polony et Caron était un moment délicat . Le voir se dépatouiller avec ses histoires d’alliance auxquelles personne ne comprend rien ou au contraire comprend trop bien, faisait vraiment pitié. Polony est plus à gauche que lui. Il nous a ressorti le grand argument : les mairies communistes aident les peuples à mieux vivre. Elles ont même construit des théâtres ! J’ai beaucoup aimé cet exemple car cela montre que Laurent vit encore du temps de Vilar. Il faudra  lui construire une machine à atterrir dans l’actualité. En 2014.

 Je voudrais leur poser une question, aux communistes. Vous les avez, là, en ce moment, vos villes et vos maires. Cela a-t-il empêché, l’Ani, la casse des retraites et tout ce qui se prépare, et le GMT ? Vous ne comprenez pas que toutes vos mairies n’auront strictement aucun pouvoir avec ce qui vient, que ce pays a besoin d’un electro-choc et que vous aviez l’occasion de montrer que vous êtes vraiment communistes ! Vous ne l’êtes plus. OK. Et depuis un moment. OK. Pas plus que les socialistes ne sont socialistes. Ok.

Le lendemain sur France 3, Mélenchon.

Evidemment entendre Mélenchon après avoir entendu Laurent c’est passer d’un unijambiste à Carl lewis . La magie du verbe et de l’énergie. Jusqu’à ce fameux moment où entre deux exposés il explique qu’il a  été « raisonnable »,  comme si on allait lui donner une médaille pour ça. Il y avait au FDG un homme qui tenait bon contre le PS Sioniste. Il n’y en a plus. Officiellement. Laurent ayant été reçu par le CRIF dès son amitié avec Hidalgo, Mélenchon va-t-il y passer aussi ? Il a quand même été impeccable quand il a soutenu Cohen et déclaré que Dieudonné faisait profession d’antisémite…

On nous donne aussi comme une bonne nouvelle que Communistes et PG vont faire des listes communes pour les Européennes.

 Parlons-en des listes communes soit municipales, soit européennes entre le PC et le PG. C’est la baston entre ceux qui veulent être avant les autres et se soucient avant tout de leur rang . J’en ai des échos directs pour le grand Est où hier soir un coco déclarait que si on continuait à dénigrer leur saint patron, il n’irait pas coller pour le PG Amard. Sans compter les villes du Nord où on me dit que les cocos veulent les meilleures places, les PG intelligents faisant des listes à part !

La voilà la réalité de l’union PC/PG. Un gueguerre pour les places, un rapport de forces qui glisse vers le père François.

Du moins, à présent, les nostalgiques du poing levé , du célèbre « Résistance » , quand on ne résiste à rien, de la célèbre autonomie conquérante quand on ne conquiert rien et quand on est dans une autonomie ficelée au PS, vont pouvoir recommencer leurs meetings d’antan avec Laurent, Mélenchon , Piquet  qui s’est cassé chez l’ennemi et autres « Ensemble » , nouveau groupe dont le titre exact est « Ensemble  avec le PS et le PC pour avoir nous aussi des postes ».

Pour résumer tout ceci, je dirai que le FDG appartient  malheureusement à la vieille gauche, comme il y a une vieille droite. Ils ne sont pas branchés modernité. Pour eux, la fasciste c’est Le Pen, tellement inoffensive à côté de Valls. Pour eux l’Europe, c’est l’Europe des peuples, joli  rêve, irréalisable au moment où se referme le piège à loups de la racaille libérale.

La vraie gauche…Contre Hollande mais avec Hollande aux municipales…

Amen…

Mélenchon, vous aviez une occasion de représenter ceux, et ils sont nombreux, qui ne voteront plus jamais PS. Vous avez préféré protéger les élus. Vous avez abandonné les militants. Vous avez fait le pire, vous qui voulez lutter contre le Pen et l’abstention : livrer à l’abstention et à le Pen une partie de votre électorat.

Et tout le reste n’est que paroles…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal
Pénurie de places en lycée technologique : des élèves « oubliés » ou forcés de redoubler
Des centaines d’élèves se sont retrouvés sans affectation à la rentrée, en particulier dans les classes STMG, filière négligée par les autorités depuis des années. Alors que des lycéens n’ont toujours pas d’établissement, le mutisme du rectorat nourrit un sentiment d’abandon.
par Névil Gagnepain (Bondy Blog)
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac