Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 sept. 2014

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ariane Walter: Un ancien militaire algérien accuse les services secrets Français d’avoir monté l’enlèvement de Gourdel.

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voilà une accusation qui ne surprendra que ceux qui ne suivent pas les mauvais coups de l’Empire, lequel, pour créer une sainte Ligue prête à  dévaster le monde, manigance  mauvais coup sur mauvais coup. Là, où il y a du pétrole, on tue sans état d’âme. Il faut dire que ce Hollande au plus bas, à nouveau engagé dans une guerre où il est censé briller, on nous a déjà fait le coup avec le Mali. Nos troupes combattaient des djihadistes que le Qatar, notre allié, allait ravitailler en pétrole avec ses gros avions. Telle est la situation internationale . Une nouvelle affaire Gladio , qui nous est annoncée sur tous les tons, un nouvel 11 septembre pour clouer le bec à la dissidence internationale, voilà sans doute ce qu’ils mijotent.

Mais venons-en à l’interview de Ali Zaoui, ancien militaire, expert en questions sécuritaires et lutte antiterroriste. Félia Hamici l’interroge pour « Le temps d’Algérie ». Voici l’intégralité du document.http://www.letempsdz.com/content/view/131667/182/

 Ali Zaoui, ancien militaire, expert en questions sécuritaires et lutte antiterroriste, ne croit pas à la version donnée par les autorités françaises  sur l'enlèvement du touriste français en Algérie. Il a indiqué que le rapt  du ressortissant français Pierre Hervé Gourdel à Bouira est monté de toute pièce par les services secrets français afin d'entraîner l'Algérie dans la lutte contre Daech.

Le Temps d'Algérie : Quelle analyse faites-vous du rapt du ressortissant français Pierre Hervé Gourdel à Bouira ? 

Ali Zaoui : Pour moi, cet enlèvement est monté de toute pièce par les services secrets français. La France veut forcer l'Algérie à s'ingérer militairement dans la région et notamment en Libye. C'est le même scénario de Pierre Camatt. On se souvient encore de son affaire. Les Français veulent resserrer l'étau sur l'Algérie et lui forcer la main pour entrer dans ces conflits, surtout après la création de la coalition pour lutter contre l'Etat islamique (EI), et la participation de 10 pays arabes, comme déclaré par le président américain Barack Obama. L'Algérie est une puissance régionale à ne pas négliger. La France ainsi que d'autres pays ont besoin de cette force pour les aider à combattre le terrorisme qu’ils ont même soutenu et financé. Alors que l'un des principes indéfectibles du pays est celui de ne jamais s'ingérer dans les affaires internes des pays et encore loin de sortir son armée hors de ses frontières.

 Pourquoi vous pensez que ce rapt est un scénario monté par les parties citées ? Disposez-vous de preuves ? Tous les indices indiquent que ce rapt combien même revendiqué par le groupuscule «Djound al khilafa» a été déjà planifié. Comment se fait-il que Pierre Hervé Gourdel soit enlevé le lendemain de son arrivée en Algérie ?

 Pourquoi ne s'est-il pas conformé aux consignes de sécurité ? Le ressortissant français faisait de la randonnée dans cette région connue pour son insécurité. Pourquoi a-t-il donc choisi cet endroit ? Le kidnappé avait loué un chalet au nom de son ami algérien afin d'éviter d'être identifié par les services de sécurité algériens. Et puis, dans son dernier tweet, on pouvait lire «Quand je rentre d'Algérie après le premier octobre, si je rentre». Cela indique qu'il était certainement destiné à mener une mission précise en Algérie. Les deux premiers ressortissants français enlevés en Algérie ont déjà été identifiés comme étant des agents d'espionnage français. Pour moi, il n'y a pas de doute. Gourdel serait un agent français bien rusé.

 Mais le groupe dit «Djound el khilafa» a revendiqué ce rapt…

Le groupe terroriste activant dans cette région, baptisé «Djound el khilafa» qui a porté allégeance il y a quelques jours à l'organisation terroriste Daech, est composé de douze membres. Il serait vrai qu'ils ont pu enlever ce ressortissant français. Le chef de ce groupe, de son vrai nom Djamel Aissaoui (Abou Djahada), a cherché par cet acte un nouveau coup médiatique. Mais je pense que cet enlèvement est de la pure propagande médiatique dans la région et au niveau international. Les médias servent de trait d'union entre «Djound el khilafa» et Daech. En réalité, ce groupe terroriste n'a pas de contact direct avec cette organisation et utilise les médias pour atteindre ce but. Ces dissidences ne sont, dans le fond, qu'une guerre de leadership entre eux. Le but d'une telle annonce est d'attirer le plus grand nombre de jeunes et de les enrôler dans leurs rangs. Mais ce n'est pas sans compter sur la volonté de l'ANP qui est de combattre sans relâche le terrorisme et son financement. Qu'il s'agisse d'Aqmi ou de «Djound el khilafa», c'est juste les noms qui changent mais la détermination de l'armée reste la même.  

 Croyez-vous que les services de sécurité seraient en mesure de le sauver ?

L'ANP est capable de défendre et de protéger l'intégrité du territoire, du peuple et des ressortissants étrangers en Algérie. L'opération de ratissage menée hier aboutira. Les services de sécurité ont acquis une expérience en la matière. L'ultimatum de 24 heures fixé par ce groupe terroriste par la voix du kidnappé via la vidéo diffusée hier ne doit pas être une entrave dans les recherches menées par l'ANP.

 Entretien réalisé par Fella Hamici

 La suite de l’histoire montre que pour une fois, le but n’était pas de faire entrer du fric dans les caisses d’on ne sait qui, mais de frapper le esprits, de créer une sainte terreur chez les populations pour leur faire accepter n’importe quoi.

C’est en effet la première fois qu’un otage enlevé le mardi est égorgé le mercredi .

Ceci aura permis à tous les députés qui ont signé le patriote act à la française, le PCF en tête,  de dire « Vous voyez bien qu’on avait raison » et à Hollande, qui n’en est pas à un discours ridicule près, de clamer l’union sacrée des Français autour de lui. « Gourdel a été tué parce qu’il était Français…»

Bien sûr…Surtout parce que tu as entraîné la France dans une guerre où elle n’a rien à faire.

Il faut dire que le procédé est assez efficace. Il fallait voir hier soir sur Facebook le chœur des lamentations « écoeurées par cet acte horrible »…Les coulisses , à mon avis sont autrement gluantes de sang.

Mais ceci est encore, sans doute de la petite bière. N’oublions pas que ces inventifs démons de l’Internationale du crime ont pour but de récupérer la Syrie et de dégommer Poutine , tout en gardant l’UE au chaud. Vastes ambitions. Vaste programme.

On attend, au mieux, une nouvelle affaire Gladio, un nouvel inside job de l’OTAN, attentat qui ne surprendra que la foule des ignorants ou un nouvel 11 septembre  sur lequel bien des services secrets doivent plancher.

Il faut dire que dans ce grand jeu que nous observons sur internet, comme autrefois les dieux de l’Olympe, nous voyons nettement les mensonges, les combines, les avions qui s’abattent , disparaissent et dont on ne parle plus, les guerres qui écrasent en un été des populations innocentes puis passent à la quatrième page des journaux. Leurs guerres scénarisées, au coeur desquelles ils essaient de sauver la réputation de Hollande qui les remerciera  en votant TAFTA , de grande importance pour eux. Tout ceci est l’Histoire de notre temps.

Il n’y a plus que deux camps : Empire VS Résistance.

Un Empire moribond prêt à tout et une résistance qui chaque jour croît et ouvre d’autant plus les yeux que les manœuvres de l’ennemi universel  sont grossières.  Poutine  est de ce côté. Ainsi que les Brics. Ainsi que tous ceux en France qui veulent sortir de l’UE. Mais le fric sort des photocopieuses de l’Empire. C’est quand même un gros avantage, « le nerf de la guerre » comme on disait autrefois.

Les âmes sensibles vont encore nous dire : « Mais quoi, il y a eu un mort et dans d’horribles conditions ! »  (Bravo aux scénaristes qui se sont aperçus que « décapités »   frappait plus les esprits qu’une balle dans la tête ou pendu, qui n’était pas mal.)

Pauvres qu’ils sont… Dans ce monde là, un mort est un chamallow qu’on mastique en continuant ses petites affaires.

« Allo ? Où en est la Bourse ? Invente un truc, faut que ça monte… »

Car tout se manipule. Tout est stratégie. La stratégie du choc. Merci naomi.

Alors ? Que vont-ils inventer aujourd’hui, marchant sur des corps tièdes et des villes glacées ?  

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff