Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 août 2018

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Du consentement des enfants face au viol

On oublie trop souvent que la pédophilie existe car elle est pour l’adulte une facilité. Il est plus facile de « se payer un gosse », engoncé dans sa timidité, qu’un adulte qui va t’envoyer paître. L’adulte, qui représente l’autorité, impressionne l’enfant qui ne sait comment se conduire. Je n’en veux pour preuve qu’une aventure qui m’est arrivée.

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’avais douze ans et je partais tous les jours dans un centre aéré à Carnon, organisé pour le personnel des enfants de la préfecture.

Or, ne voilà-t-il pas qu’un jour, un moniteur me prend dans ses bras et m’embrasse. C’était le premier baiser de ma vie et je pense que j’ai dû être fière d’avoir été remarquée par un « grand ».

Il s’est serré fortement contre moi et j’ai senti quelque chose de dur contre mon ventre. Comme nous jouions avec d’autres à plante-couteau dans le sable, j’ai cru qu’il avait gardé son couteau dans sa poche !!!

Là-dessus, il me demande si ça m’intéresse de le retrouver dans les dunes derrière les préfabriqués du centre. Pour parler un peu.

J’avais déjà, deux fois, été victime de gestes déplacés de la part d’adultes. Vers l’âge de six ans mon professeur de piano avait soulevé ma robe pour battre le rythme au sommet de ma cuisse. J’en avais aussitôt parlé à ma mère et je lui avais dit que je ne voulais plus le voir. La réaction pour moi, même si en ce temps-là la sexualité était un domaine très lointain, avait été immédiate liée au dégoût de cette main déformée par l’arthrite sur ma jambe.  

Une autre fois, au même âge, le fils d’une voisine qui la voyait rarement avait passé sa main sous moi au moment où je m’asseyais. Je m’étais relevée brutalement. Il avait disparu. Je ne l’avais plus revu.

Mais à Carnon, la situation était différente. J’avais douze ans et ce baiser était éminemment romanesque. Moi ! Avoir été choisie !

Nous nous sommes retrouvés derrière une dune. Il m’a montré son sexe et c’était la première fois que je voyais un si gros truc. J’en étais restée aux petits limaçons de mes cousins. J’ai été sauvée ce jour-là parce que j’avais mes règles. Quand il a voulu baisser ma culotte, j’ai été gênée de montrer ma serviette hygiénique et je lui ai dit « Non ». En lui en expliquant la raison. Ce qui au demeurant, ouf, a eu l’air de le dégoûter aussi net.

Qu’aurais-je fait en d’autres circonstances ?

Peut-on considérer que j’aurais été consentante ? Aurais-je eu honte de dire « non » puisque j’avais accepté ce rendez-vous ?

Voilà le problème du consentement du mineur face au viol.

De nombreuses raisons expliquent qu’il se laisse faire.

Plus jeune, il sera tétanisé par la peur de l’adulte.

Mais aussi, il ne faut pas oublier qu’un enfant est fasciné par le monde des grands et que ce qui lui arrive, tout à coup, lui montre qu’un adulte, cette classe supérieure, s’intéresse à lui.

Pour une fille, savoir qu’elle plaît peut l’entraîner, très jeune, à dire « oui », sans le vouloir vraiment, sans savoir quoi vraiment, sans juger des conséquences.

Un autre enfant mineur peut avoir aussi une influence sur sa timidité, sa crainte de paraître idiote. Tant de pressions peuvent exister.

Voilà pourquoi sans réfléchir une seconde, TOUTE PENETRATION D’UN MINEUR EST UN VIOL. LE CONSENTEMENT EST UN LEURRE QUI PERMET L’ABUS DE POUVOIR ET LA PÉDOPHILIE.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André