L'Union Européenne forteresse inhumaine

La vague de migrants qui tentent au péril de leur vie de rejoindre l'Europe n'est pas une crise européenne, mais bel et bien une crise mondiale. Ces millions de désespérés jetés sur les routes et les mers des cinq continents, qui fuient quotidiennement leur villes et leurs villages pour essayer d'échapper à la guerre, à la famine, à la misère, aux épidémies, aux dictatures, aux persécutions nous disent à quel point le monde est devenu invivable. Des zones entières de la planète sont dévastées par la guerre, par les crises climatiques et par un néolibéralisme meurtrier. Les souffrances et le désespoir de ceux qui parviennent à s'enfuir sont tels qu'ils prennent tous les risques et d'abord celui d'y perdre la vie. Encore ne sont-ils qu'une minorité à pouvoir partir. Pas une région du globe qui ne soit épargnée. En Europe même, pensons aux dizaines de milliers de jeunes grecs, espagnols, roumains, portuguais, bulgares, ukrainiens contraints de fuir leur pays, dans des conditions peut-être moins dramatiques, mais certainement pas de leur libre choix. Pour tous ceux là l'effondrement de leur univers a déjà commencé.

Si cette crise n'est pas européenne, elle nous en apprend beaucoup sur la réalité de l'Union Européenne. Mesquinerie, hypocrisie, inhumanité. Voilà le tryptique qui qualifie la réaction des gouvernants et des institutions européennes. Non, la barbarie n'est pas à nos frontières, elle est parmi nous. Elle se prélasse sous les ors des palais nationaux, elle se répand dans les media, elle se confortent dans les institutions. C'est elle qui organise et justifie les drames et les humiliations que subissent les migrants en route vers l'Europe. Non assistance à peuples en danger. L'union européenne la zone la plus riche et la moins peuplée de la planète est celle qui accueille le moins de réfugiés. Et dans quelle conditions! Certes si on a essayé de nous faire croire à une Europe sociale, personne n'a essayé de nous faire croire à une Europe solidaire du reste du monde. Mais ce qui se passe actuellement relève de la même inhumanité que les crimes de la traite et du colonialisme.

Mais nous voyons chaque jour que ce refus farouche d'accueillir une petite partie de la misère du monde, cette volonté de s'abriter derrière des barrières infranchissables, cet entêtement à ne pas entendre, à ne pas voir est parfaitement vain. Même en multipliant les crimes à nos frontières, rien n'empêchera les vagues de migrants d'arriver toujours plus nombreux. Le monde est déstabilisé, la maison commune brûle et nous ne nous sauverons pas seul dans notre coffre fort. Les politiques sécuritaires, égoïstes, isolationnistes ne font que rajouter du désordre, de la violence et des crimes. Si nous n'y prenons garde, c'est cette barbarie là qui nous emportera.

Heureusement, partout en Europe des secteurs de la population s'engagent activement dans le soutien des migrants. Les mensonges des media, la passivité des soit-disant élites, les crimes des gouvernants, n'empêchent pas les actions de solidarité, les manifestations, les prises de positions de se multiplier. Devant l'ampleur du drame l'opinion est entrain de basculer. Il n'y a pas une minute à perdre pour ceux qui se pressent aux frontières, ceux qui se lancent à travers la Méditerranée, ceux qui sont chassés de toute part et espèrent trouver en Europe, un refuge et une vie normale. Il n'y a pas une minute à perdre pour sauver notre propre humanité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.