COVID 19: complotisme et comploteurs

Quand agiter le spectre du complotisme sert à cacher de vrais comploteurs.

Depuis le début de l'épidémie provoquée par le SarsCov2, la grande affaire des media et des pouvoirs publics a été de traquer les complotistes et les fake news, comprenez les nouvelles qui ne vont pas dans le sens de la doxa officielle. Lorsque le gouvernement dit qu'il ne faut pas porter de masque, c'est qu'il est inutile et même dangereux de porter un masque. Lorsque le gouvernement dit qu'il est obligatoire de porter un masque, il devient irresponsable de demander à quoi sert le masque. Quand le gouvernement dit qu'il ne faut tester que les grands malades, c'est être complotiste de prétendre qu'il n'y a pas assez de tests en France. Quand le gouvernement dit qu'il faut tester tout le monde, on doit se précipiter chez le pharmacien. Quand le gouvernement dit que les enfants ne sont pas porteurs du virus, c'est forcément la vérité vraie. Puis quand le gouvernement ferme les écoles, on est prié de ne pas demander pourquoi. Quand le gouvernement dit qu'il n'y a pas de traitement contre la covid19, on court acheter du doliprane au cas où. Et quand le gouvernement dit d'aller se faire vacciner, on se précipite dans un vaccinodrome, sinon on se fait traiter d'assassin. Et si le gouvernement décide de faire vacciner les ados à partir de 12 ans, on ne demande surtout pas pourquoi vacciner des ados qui ne sont quasiment jamais malades de la covid.

Bref, c'est ce que j'ai appelé la nef des fous.

Mais derrière cette agitation ubuesque, il y a probablement une logique cachée. Et il y a des décideurs qui sont responsables de ces décisions incompréhensibles. Mais notre système est devenu aussi opaque que l'URSS de Brejnev et il est bien difficile de mettre en évidence les responsables et leurs motivations. C'est pour cela que l'état français s'appelle République et qu'il se dit Démocratique!

Les USA ne sont pas non plus un modèle de démocratie, mais...

Mais il existe une loi de 1967 le Freedom of Information Act (FOIA) qui permet à n'importe quel citoyen de se faire communiquer les documents de n'importe quelle agence fédérale. C'est un peu comme si nous avions le droit de connaître les délibérations du Conseil Scientifique présidé par M. Delfraissy ou bien de la Haute Autorité de Santé. Inimaginable! Et bien, aux USA 3000 mails d'Anthony Fauci se sont retrouvés sur la place publique. Incroyable, mais vrai. Anthony Fauci, c'est le boss de la santé publique aux USA. Celui qui a la haute main sur la lutte contre la covid19 de Trump à Biden. Et plus fort que Trump. Trump dit c'est le virus chinois, Fauci dit circulez y a rien à voir. Trump dit la chloroquine c'est bon pour la santé. Fauci dit la chloroquine c'est un poison, rien ne vaut le remdésivir. Et qui c'est qui gagne? C'est Fauci. 

Donc, si j'étais journaliste d'investigation, je me serais précipité sur les mails de ce Big Boss, mais j'attends toujours une info de Mediapart sur la question. J'ai donc du me contenter d'aller fouiller dans les corbeilles à papier de la Dépêche, les brèves de France Info, ce qui ne m'a pas permis d'avoir une vue d'ensemble du dossier, mais de récolter quelques détails troublants. 

On comprend vite que le bon docteur Fauci n'aime pas l'hydroxychloroquine. Deux chercheurs californiens l'informent le 29/02 que d'après leur étude l'hydroxychloroquine donne de bons résultats. Pas de réponse. Il les calcule même pas le mec! Par contre, il fait adopter le remdésivir pour soigner la covid19. Et pour cela, il n'a pas besoin d'étude positive. D'ailleurs d'études positives pour le remdésivir, il n'y en a pas. Ce truc est toxique, couteux et ne sert à rien contre la covid19, mais Gilead en a quand même vendu pour des milliards. C'est pas beau la science désintéressée?

Vous allez me dire, les délires de l'Oncle Sam, on a l'habitude. Chez eux y a que le fric qui compte. Nous nous avons un Conseil Scientifique, indépendant de Fauci. Et c'est là où les informations US commencent à nous concerner de près. Parmi les correspondants de Fauci, il y a Delfraissy et ses mails se retrouvent dans le public. Allez-y les journalistes réveillez vous!

A quel titre Delfraissy écrit-il à Fauci? Comme collègues scientifiques? Ils ne parlent pas de science, mais de gestion de l'épidémie. Il annonce deux bonnes nouvelles. Il est lui Delfraissy, président du Conseil Scientifique et leur collègue Yazdan Yazdanpanah est lui président du  Comité analyse recherche et expertise (CARE). Quel rapport entre ces trois personnages? Gilead, tout simplement.

Delfraissy annonce donc à Fauci que la France a décidé de confiner et que les jours à venir vont être durs. Pourquoi?  Réponse cash: pas assez de tests, donc impossible de traquer le virus. Pas assez de lits de réanimation. Deux réponses qui n'ont jamais été données publiquement aux citoyens français.

On y a apprend aussi que le pôvre Delfraissy et ses amis ont toutes les peines du monde à maintenir l'interdiction de l'hydroxychloroquine, vu le nombre de gens qui se sont fait soignés de cette façon, en particulier chez les élus. Conclusion implicite, si la gestion de l'épidémie avait été un tout petit peu plus démocratique, l'interdiction aurait été levée et bien des gens auraient été sauvés. La démocratie c'est toujours utile, même face à une épidémie. 

Dans la suite du mail, on apprend que pour contrer cet engouement pour l'hydroxychloroquine Delfraissy et ses amis ont proposé la mise en place d'études randomisées. Manoeuvre dilatoire qui va permettre d'évacuer la question des traitements de la covid19. En effet, les études seront abandonnées par décision de Véran le lendemain de la publication d'un faux grossier dans le Lancet et jamais plus reprises. Les auteurs du faux ne sont toujours pas inquiétés, ni ceux qui ont fait semblant de les croire. 

Petit à petit, on découvre les ressorts cachés de cet absurdistan meurtrier que constitue la politique sanitaire des états face à la pandémie. Les ressorts et ceux qui les actionnent. Sans surprise on retrouve toujours en arrière fond les grands labos pharmaceutiques, particulièrement anglo saxons. Ceux qui profitent de l'épidémie pour faire des gains monstrueux. Et nous ne sommes qu'au début de nos découvertes. Macron a dit "nous sommes en guerre". En tout cas, une guerre qui génère des profiteurs de guerre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.