La gifle et les migrants

Macron se prend une claque, c'est le fascisme qui est en marche!

Sans doute, pour faire barrage à la menace fasciste, sitôt giflé le même Macron réclame d'accélérer l'expulsion des migrants en situation irrégulière. 

Les deux nouvelles n'ont pas du tout le même retentissement,  à croire que la face de notre président de la République est la garantie des droits de l'homme et de la démocratie. Quant aux migrants...

Soyons sérieux. 

Depuis son élection, le sieur Macron n'a cessé d'étaler son mépris pour ses concitoyens. Il n'a cessé d'imposer des mesures d'injustices sociales contre la volonté de la majorité du pays en usant de la plus grande violence contre celles et ceux qui osent protester. Il nous annonce déjà son intention de prendre encore quelques mesures bien impopulaires avant la fin de son mandat. 

Pour faire passer ces attaques massives contre le plus grand nombre, il utilise tout l'arsenal de l'extrême-droite, racisme institutionnel, autoritarisme, mobilisation de l'appareil policier, mépris de toute démarche démocratique en particulier dans la gestion de l'épidémie.

On essaie de nous faire passer une fois de plus ce sinistre individu pour un rempart de la République, alors qu'il fait tout pour transformer cette république déjà fort peu démocratique en totalitarisme achevé.

Que celui qui, dès son élection nous a fait part de sa nostalgie pour la royauté, se prenne une claque par un royaliste sorti droit du Puy du Fou, me semble un retour  ironique à l'envoyeur. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.