COVID 19: Christiane Taubira chute sur le vaccin

Pourtant tout avait bien commencé.

Interrogée jeudi 23 septembre sur RTL, Chrisitane Taubira a fait une première réponse digne, courageuse et intelligente. 

"Je suis un responsable politique qui n'est pas en exercice et qui, par conséquent, ne dispose pas des éléments d'information qui lui permettraient formellement soit de donner consigne, soit de considérer qu'au vu de ces éléments d'information je considère que je tiens un propos responsable"

Voilà une femme politique qui a le courage de dire qu'elle n'a pas en sa possession les éléments nécessaires pour trancher une question délicate.

Christiane Taubira serait elle la seule femme politique française, honnête et responsable, dans un pays où les hommes politiques, les journalistes, les personnalités médiatiques, nous ont habitué à trancher sur tout, spécialement sur les questions où ils sont notoirement incompétents?

Elle va même plus loin:

"La question du poids, de la légitimité, de la crédibilité de la parole publique est une vraie question... parce que manifestement, il n'y a plus de capacité d'entente entre la parole officielle, les autorités sur place". On peut dire la même chose sur tout le territoire français.

Elle ajoute que "les Guyanais prennent au sérieux la question de la santé". Comme tous les peuples d'ailleurs.

A entendre cette déclaration, il y a donc un vrai problème qui ne sera pas résolu par des déclarations à l'emporte pièce de n'importe qui pour dire n'importe quoi. 

Malheureusement, l'histoire ne s'arrête pas là. Christiane Taubira vient de briser un tabou, qui pourrait briser sa carrière politique. Elle a franchi, sans le savoir, une ligne rouge qui la disqualifie au sein de la caste des politiciens. 

Et la meute politico médiatique de se déchaîner! Gros titres.

Christiane Taubira refuse d'appeler les guyanais à se faire vacciner. 

Crime impardonnable de lèse Pfizer. C'est que dans ce pays où le blasphème n'existe pas, il n'est pas question de résister aux volontés des 4 labos. Une journaliste zélée de Mediapart, était déjà allé chercher des poux dans la tête de Mélenchon, parce qu'il ne montrait pas assez de zèle pour promouvoir les potions magiques. Et oui, mon petit Jean Luc, comme Caton l'Ancien concluait tous ses discours à Rome par Cartago delenda est , tu dois commencer et terminer toutes tes prises de paroles par le mantra "Vaccinez vous, d'ailleurs je suis vacciné et tellement heureux de l'être!" Le vaccin est notre nouvelle ligne Maginot.

Voilà une femme politique qui ose refuser de se faire commis voyageur de Pfizer & co en Guyane. Haro, sur la sorcière!

Mais il n'a pas fallu une demi journée pour que notre héroïne capitule par un tweet lamentable. Sans doute un conseiller en communication est passé par là pour lui ouvrir les yeux ou bien quelques coup de fils de ses "amis politiques" "Mais tu es folle, tu nous grilles!" L'honnêteté dans ce milieu là ne paie pas. 

Et patatrac: " les arguments antivax sont un tissu d’imbécillités. Je suis moi-même vaccinée, EN GUYANE, depuis 4 mois,"

Notons la précisions "Je suis moi-même vaccinée"  C'est devenue le sésame indispensable pour avoir accès à la parole publique dans ce pays. Le seul qui  a eu le courage de refuser de répondre à cette question en invoquant le secret médical, c'est Didier Raoult qui pourtant est favorable à la vaccination des soignants qui sont en présence des malades du covid. Il est vrai que celui là n'a plus rien à perdre. 

Nous savions que l'actuel gouvernement avait pris la responsabilité de renvoyer le secret médical aux oubliettes et voilà une ancienne ministre de la justice qui abonde dans ce sens. Oui, oui je suis bien vaccinée. Et pour dormir vous prenez quoi? Vous consultez souvent chez le médecin? Que pensez vous des cures thermales? Vous êtes plutôt Mylan on Sandoz...Il n'y a que le premier pas qui coûte.

Nous avons eu le tabou de l'Euro, du libre marché, de l'UE... Mais là c'est un fait nouveau, car ce n'est pas un acte de foi que l'on exige de vous "Credo in unum deum...", c'est une scarification que vous êtes priés d'arborer. Nous ne sommes plus dans le domaine de la parole, mais du biologique. Pour avoir le droit à la parole dans la tribu, il faut en passer par la scarification pour prouver son appartenance, sa fidélité, son obéissance au dieu tout puissant de la médecine. Ethnologues régalez vous!

Et puis bien sûr, il faut cracher sur Satan. "Je renonce à Satan, à ses pompes, à ses oeuvres" oui "les arguments antivax sont un tissu d’imbécillités." Ouf, on avait eu peur. Mme Taubira ne sera pas brûlée vive, on va prendre le temps de réfléchir à son cas. 

En une matinée l'accusée commence par reconnaître qu'il faut discuter sérieusement avec les guyanais qui ne veulent pas se faire vacciner, position raisonnable et démocratique. Oui, on discute avec les gens pour les convaincre ou bien pour être convaincu par eux. Et sans transition elle traite les "antivax" d'imbéciles. On ne veut pas traiter les guyanais qui refusent de se faire vacciner d'imbéciles, on invente donc une catégorie les "antivax" que l'on peut copieusement insulter. Voilà un biais commode! Comme les sorcières d'antan, l'antivax est le support de tous les fantasmes. Il est complotiste, trumpiste, adepte de Qanon, se promène avec des pancartes QUI?...on peut le charger de tous les maux. Lorsque vous croisez un antivax, crachez par terre! Mais à quoi on reconnait un antivax? Demandez aux journalistes scientifiques de Mediapart. 

Le biais pour échapper au débat nécessaire est limpide. On ne va pas discuter avec des parents qui refusent de faire vacciner leurs enfants. On ne va pas discuter avec le jeune sportif ou la femme enceinte qui pensent qu'ils courent plus de risque en se faisant vacciner qu'en ne le faisant pas. On ne va pas discuter avec celui qui sait que le vaccin n'empêche pas la contagion, ni avec celui qui préfère se faire soigner à l'ivermectine ou à l'hydroxychloroquine ou à l'azythromycine, parce qu'il connait un médecin ou un service hospitalier près de chez lui  qui soigne. Foin de cette démarche respectueuse et démocratique, on crache sur les antivax et le tour est joué. 

Et c'est ainsi qu'en une demi journée Mme Taubira aura regagné le clan peu glorieux des politiciens. Malheureusement pour elle, ces congénères ne lui pardonneront pas cet éclair de lucidité. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.