Grèce: le parlement vote le rétablissement de la radio-télévision publique

Le vote a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi 29 avril. La fermeture de l'ERT, Ellinikí Radiofonía Tileórasi, le 11 juin 2013, par le gouvernement Samaras avait provoqué un choc dans le pays et un émoi international. Le vote de cette nuit est donc une bonne nouvelle qui mérite un large écho. Pour le droit à l'information, bien sûr, mais aussi parce que cette mesure prouve que le gouvernement Tsipras tient bon et persiste, pas à pas, à honnorer ses engagements de campagne, ce qui suffit dans l'Europe de 2015 à en faire un phénomène politique unique.

1550 anciens employés de l'ERT, qui avaient été licencié du jour au lendemain, seront réintégrés. C'est en tout 2300 personnes qui feront fonctionner le service public rétabli, pour un budget de 60 millions d'euro par an qui sera couvert par la redevance fixée à 3 euros par moi.

On attend les compte-rendus enthousiastes de la presse "libre" et des journalistes "qui sont tous Charlie". On attend bien sûr les félicitations de la Commission Européenne et des autres gouvernments de l'UE pour le rétablissement du service public d'information dans un pays de l'UE.

A propos de promesse tenue, les femmes de ménage du ministère grec des finances qui ont lutté courageusement contre leur licenciement, sont réintégrées par le nouveau ministre, la rock-star qui donne des boutons aux autres ministres de l'Eurogroupe. Deux d'entre elles,  Despinas Kostopoulou et Evangeli Giannaki seront à Marseille, en tête de la manifestation du premier Mai. Vous pouvez venir les accueillir aujourd'hui à 17h 30 à l'aéroport de Marignane.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.