Quand l'Education ( meme plus nationale) coupe les têtes qui dépassent

Quand Darcos et ses sbires se mettent en tête de faire du ménage dans la Maison Education qui autrefois était nationale et qui peu à peu devient terrain d'expérimentation pour une éducation marchandisée, aseptisée, normalisée, ça donne ceci : mon camarade Resfien Erwan Redon est menacé de radiation ! et pourquoi s'il vous plait ? parce qu'il marche en dehors des clous, parce qu'il refuse la schlague, parce qu'il met des étoiles dans les yeux des mômes qui n'aimaient plus l'école. Parce qu'il pratique réellement la pédagogie Freinet, parce qu'il fait aimer l'école et le savoir, il faut radier le soldat Redon.

Et que passe un bel idéal immolé sur l'autel de la rentabilité, de la gestion comptable et du grand retour de l'autorité ....

En d'autres temps, Marie Pape Carpentier dut se battre pour faire admettre que l'école aux petits ça n'était pas les coups de règle sur les doigts et les coups tout court, aujourd'hui il faut reprendre le combat et soutenir Erwan

c'est ici :

Pétition à signer ici : http://www.soutienerwanredon.org/

 

 

 

SDEN-CGT / SGEN – CFDT / CNT Education / SUD éducation
Les syndicats de l’enseignement s’inquiètent de la multiplication des procédures disciplinaires depuis ces derniers mois. On ne compte plus les retraits sur salaire et les intimidations pour faire cesser tout mouvement contestant les réformes en cours .
Dorénavant, l’administration n’hésite plus à menacer de licenciement des enseignants qui n’ont pas commis de faute grave. C’est le cas de deux collègues convoqués en commission disciplinaire pour insuffisance professionnelle le 24 juin et le 7 juillet prochains.
Danielle Tosi, a un dossier qui se limite à des rapports d’inpection. de plus en plus défavorables depuis qu’elle s’est confrontée à un directeur de son école, et indirectement à l’IEN. Elle est proche de la retraite et finalement, l’administration voudrait bien l’y mettre d’office, histoire aussi sans doute de créer quelques précédents. C’est une méthode bien connue dans le privé pour réaliser des économies en se débarrassant des personnels ayant de l’ancienneté.
Erwan Redon, syndicaliste, est un membre actif de RESF et du mouvement des désobéisseurs qui rassemble plus de 3000 enseignants (à ce titre il est d’ailleurs déjà sanctionné par des retraits sur salaire importants). Il refuse également l’inspection telle qu’elle est aujourd’hui pratiquée (comme la loi l’autorise), et participe à des groupes de recherche pédagogique. C’est dans le cadre de ses engagements qu’il a déjà eu maille à partir avec l’administration, s’est retrouvé privé de classe de neige, suspendu puis muté pour avoir été soutenu par les parents d’élèves en 2006. Il se retrouve aujourd’hui pour les mêmes raisons menacé de licenciement.
Nous ne pouvons pas laisser passer cela ! Si nous laissons faire cette injustice, nous autorisons l’Inspection Académique à se débarrasser de ceux qui s’opposent et osent contester la régression des conditions de travail et de la liberté pédagogique. Si nous laissons faire, la politique de l’Education Nationale se limitera à une poltique de restrictions budgétaires, de précarisation et de privatisation que nous voyons d’ores et déjà se profiler.

Les organisations syndicales signataires appellent donc les enseignants à un rassemblement devant l’Inspection Académique Mardi 23 juin entre 11h30 et 13h00 en solidarité avec leurs collègues passant en commission disciplinaire.


Les organisations syndicales ont déposé un préavis de grève pour permettre aux personnels de se rendre au rassemblement.

Pétition à signer ici : http://www.soutienerwanredon.org/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.