Gloria est en prison

Gloria avait cru que la France leur offrirait un asile, à elle et à ses deux petites. Elle ne demandait pas grand chose, Gloria, juste ça, un droit à souffler et revivre un peu, après la vie devenue impossible en Tchetchénie.

La préfecture de Nice, toute à ses chiffres et aux quotas réclamés tout là haut par celui qui a fait de cette politique de chasse à l'étranger ( n'oubliez pas les enfants) tout un emblème, en a décidé autrement. Au terme d'une arrestation infâmante, au terme d'un triste enfermement au centre de la honte, cette femme et ses deux petites filles ont été extraites de nuit, de cette prison pour étrangers, et expédiées comme des colis en Pologne.

Depuis son arrivée en Pologne, Gloria est de nouveau enfermée. Les Polonais n'ont pas nos pudeurs. Là bas, un centre de rétention administrative ( le terme officiel ici pour désigner ce qui est en réalité des camps d'enfermement) ça s'appelle une prison.

Gloria est en prison.

Pour trois mois.

Je ne sais pas où sont les petites filles.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.