Terminator

Quand la réalité rejoint la fiction.

En 1984 j'avais 12 ans, j'étais en vacance à la Plagne (dans les alpes) au mois d’août. A cette époque on pouvait skier sur le glacier, et il n'était pas rare d'avoir la bonne surprise au réveil de découvrir que la nuit avait amenée une fine couche de neige, et avait drapée la montagne avec ce linceul si beau à regarder.

J'avais 12 ans et mon père m'avait emmené voir Terminator. J'ai toujours eu un goût très prononcé pour la science-fiction. Mais là, j'étais resté scotché. Les films, les romans de science-fiction et d’anticipation, quand ils sont de qualité, nous laissent toujours avec des questions plein la tête.Autant sur notre devenir que sur le plan éthique et j'en passe. Je n'ai jamais été un lecteur assidu, j'ai des difficultés pour aller à la ligne et, relis souvent deux fois la même phrase ce qui rend la lecture très inconfortable en plus d'augmenter considérablement le nombre de pages. Mais j'avais beaucoup plus dévoré la nuit des temps de Barjavel, que le vieil homme et la mer que je trouvait redondant.

J'avais 12 ans, et il n'étais pas rare d'avoir des hivers rigoureux. A cette même époque j'étais allé cherché un palet de hockey au milieu du lac de Cergy Pontoise. J'avais eu la frousse, mais avais estimé que l'épaisseur de glace était bien suffisante pour porter mon poids. En avançant vers ce palet qui semblait inaccessible mille questions me traversaient l'esprit. Dois-je allé jusqu'au bout, ne prenais je pas des risques insensés pour aller chercher ce bout de plastique au milieu du lac ?

J'avais 12 ans, mais déjà j'essayais d'imaginer la fin du pétrole. Déjà je m'étais remonté une mobylette, vous savez, les motobécanes bleues, oui celles là qui ont les sacoches pour aller à la pèche. Il y avait un stock de pièces détachées et j'avais réussi à les assembler en me fiant à mon instinct. Les questions qui me hantaient déjà à l'époque étaient par exemple le choix de ma future moto. A l'époque le 500xt semblait la seule qui pouvait rouler rien qu'en changeant une pièce au carburateur à l'éthanol. Vous allez me dire c'est impossible d'avoir si tôt des pensées pareil et de remonter une mobylette en partant de rien sans aide extérieure. C'est pourtant le vérité, et cette envie de réutiliser et réparer des choses ne m'a jamais quitté.

J'avais 12 ans, et c'est la lecture de Gaston Lagaffe qui m'avait sensibilisé au bricolage et à l'écologie. Il faut dire que son créateur Mr André Franquin avait du génie et c'est donc ce personnage qui va inspirer ma vie par la suite. C'est lui qui répare son vieux tacot toujours en panne et qui n'hésite pas à s'engager aux côté de Greenpeace pour sauver les baleines en s'attaquant aux pécheurs avec des bombes au chewing-gum.

Alors vous allez me dire, quel rapport avec Terminator ?

J'ai 48 ans, et sans faire de bruits ni en arrivant sur terre avec fracas, il est là. Déjà immiscé dans nos vies, de plus en plus à diriger notre façon de pensée, capable de même prévoir nos envies à venir. Mais il n'est pour le moment qu'au stade embryonnaire et par rapport au robot que James Cameron avait imaginé bien loin d'être aussi performant. Non pour l'instant, c'est comme s'il avait 2 de QI ou s'il avait fait un AVC. Il apprend tout juste à parler à voir et ne sait que faire des additions.

J'ai 48 ans, et suis navré de par la nature humaine coupée des possibilités que nous offre l'endroit où nous vivons. Cet endroit c'est la terre.

J'ai 48 ans, et l'homme, déjà esclave du rythme des machines depuis longtemps, comme l'avait pressenti Mr Charlie Chaplin dans les temps moderne, asservi à un modèle de société qui rend les gens esclaves et qui fini par en rendre fou un certain nombre.

J'ai 48 ans et il est là. Son nom n'est bien sûr pas terminator qui fait froid dans le dos, non, et l'homme a choisit de lui donner le nom plus acceptable d'intelligence artificielle ou plus scientifiquement algorithme, cela rassure. Cela rassure mais n'en fait pourtant pas un être pensant, capable de sentiments humains ou encore de réflexions philosophiques. Mais il est là, et comme ses créateurs n'a rien d'humain. Il influe silencieusement nos prises de décision. S'il se cantonnais à vouloir nous fourguer des produits qu'il pense être nécessaire pour nous, ce ne serait, bien déjà qu'impactant pour la planète, que de la responsabilité des personnes d'aller acheter ces merdes inutiles de mauvaise conception dont nous n'avons bien souvent pas besoin.

J'ai 48 ans et il est là ! Comme le ferait un chat qui s'approche de sa proie à pattes de velours. Il dirige déjà la planète à notre insu et comme son milieu de prédilection sont les chiffres car qui se ressemble s'assemble. Oui il dirige la finance et cet aspect beaucoup plus omniprésent dans nos vies qu'on pourrait bien le penser de prime abords, englobe toute la planète et sa capacité de calcul est sans égal. Mais il est avide, insensible, froid et n'a aucune conscience et donc à fortiori aucune bonne conscience.

J'ai 48 ans et je me demande comment on a pu croire en amenant au pouvoir notre très chère président, lui qui est un de ces pères. Croire à ce mensonge qui nous promettait un nouveau monde. Lors de mon service militaire, les petits sénégalais avaient trouvés une bonne expression nous étions à l'époque les « poulets de Mitterrand ». Mr Macron si vous m'entendez, avec tout l’irrespect que je vous dois, vous n'êtes que le poulet de black rock. Un pantin mal manipulé car vos gestes sont grossiers. Vous êtes au service de ce logiciel qui, non content d’amasser des fortunes, sans savoir pourquoi, est aussi capable d’affamer des populations , de créer des conflits et de consumer la planète. Au lieu de réduire les inégalités, vous vous efforcez à creuser les fossés.

J'ai 48 ans,ça fait bien longtemps que j'ai renoncé à la moto « plaisir faussement libre car il n'offre qu'une sensation de liberté, plaisir « en même temps »individuel et pollueur.

Bien qu'athée , je prie tout les jours pour que vous receviez la divine parole. S'il vous plaît arrêtez votre communication autour de l'écologie et l'humanité qui ne sont pas compatibles avec votre logiciel remplis de bugs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.