les abeilles

beeezzzz, beezz, bez, be b, ....

Comme une abeille

 

 

 

Oui comme une abeille, je cherche la faille à cette fleur nauséabonde.

Comme cet hyménoptère (3 paires de pattes) je cherche le moyen d'entrer.

Étant pourvu d'un sixième sens, je me dirige cette fois ci vers l'envers du décor

N'y comprenant cette fois plus rien, je souffle un peu sur une branche voisine.

Mais alors comment vais je pouvoir me nourrir si cette fleur ne veut pas s'ouvrir à moi.

Je branche alors mon collimateur à la recherche d'une autre fleur.

Il y en a bien une, mais ses sucs sont tellement enivrants que je demande conseil.

De retour à la maison j'explique mon problème.

Une vieille copine me dit qu'il ne faut surtout pas se laisser tenter par cette orchidées aux parfums

si attrayant, si je ne veux pas risquer la vie de toute la colonie.

Me désaltérant au passage d'une flaque, je constate que tous mes pots sont dans un état pitoyable.

L'araignée d'eau est à l'envers, la larve du moustique aussi et les hirondelles ont éteint leurs turbines.

Un silence de mort me surprend alors. Plus aucune communication n'est possible.

Je reprends mon vol et cette recherche de l’inaccessible étoile, et me sentant soudain prise dans un tourbillon me rapproche du sol.

J'ai perdu ma boussole en plein vol !

La suite vous la connaissez et mon retour à la ruche fut compromis.

Les réservoirs vides, je continue mais sans boussole à quoi bon.

Voyant le jour se contracter, j'intensifie mes recherches mais en vain.

Et comme un oiseau à bout de souffle au dessus d'une mer démontée,

j'en arrive à faire ce constat très affligent.

Les hommes nous tuent et par milliers.

La seule chose que je peux vous dire, c'est que je croyais que ma vie serait plus longue

et surtout que la fin serait moins tragique.

Beeeeezzzzzz

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.