Dessines moi un Macron

Le tigre.

Dis, dessines moi un Macron

 

Et bien le voilà ton Macron. L'électeur incrédule se demande si je ne me moque pas de lui. Alors me reposant la question, il me regarde fixement et dit. Tu es sûr qu'il est dedans ? Pour le rassurer

je rajoute des évents afin qu'il puisse respirer et ainsi redire à cet électeur que oui, ton Macron est dans ce tigre. Je dis ce tigre car oui j'ai dessiné ce char d’assaut du 3ème Reich pesant plus de 50 tonnes, qui fût redoutable avec son canon de 88mm, pouvant tenir tête a un bataillon de Sherman.

L'électeur encore incrédule, commence à imaginer son Macron à l'intérieur.

Ce char d’assauts si puissant et si blindé que même les T34 Russe étaient des petits joueurs à coté. Mais il était lourd et consommait plus de 300 litres à l'heure. Oui son principale handicap était son poids et il manquait aussi de fiabilité.

Alors oui notre Macron installé dans ce char se sent invulnérable avec son blindage immunitaire, mais il a oublié quelque chose. C'est que nous ne sommes plus en 1940 et que le terrain sur lequel il arrive est cette fois ci découvert. Détecté depuis longtemps par les radars les plus sensibles, il est démasqué par le plus grand nombre maintenant. Seuls quelques collaborateurs voient encore en lui le messie qu'il n'a jamais été et qu'il ne deviendra sûrement pas. Propulsé par la finance débridée, il se retrouve en terrain découvert et les attaques des mouches qui lui tourne autour, car il faut dire que tout ça pue un peu, commencent à se faire de plus en plus pressente. Il a tellement d'inertie que la moindre amorce de virage n'est envisageable. Se sentant prit, c'est avec l'énergie du désespoir qu'il commence à se débattre et envoie des leurres de partout, jusqu'à l'assemblée nationale et la création de ce faux groupe dissident à la mord moi le nœud. Oui il est aux abois et enfermé dans ce tigre obsolète et n'a plus assez d'essence pour faire la route dans l'autre sens.

Il y a aussi un autre problème pour lui, c'est que le blindage est corrodé, et qu'il risque d'éclater au moindre impact, mais il peu compter sur son équipage décérébré, qui n'a même pas prit conscience

que c'est son dernier combat et que ce moteur peu fiable commence sérieusement à chauffer et à fumer. Ne nous fessons pas trop d'illusions quand même, car oui il faudra bien arraisonné ce tigre devenu fout avec ces réservoirs pleins de cette essence de synthèse frelatée qui a intoxiqué tout son entourage.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.