Lettre à mon député - état d'urgence

Vous allez dans les prochains jours devoir voter pour ou contre la nouvelle prolongation de cet état dégradé des droits et libertés de vos mandants. Aussi je me permets de vous inviter à entendre les voix qui s'élèvent en faveur d'un retour à l'état de droit, et qui clameront dans les rues samedi prochain.

Bonjour Monsieur Denaja,

L'état d'urgence a été décrété à la suite immédiate des crimes perpétrés le 13 novembre dernier.

Puis, alors que les services administratifs nous ont démontré leur inconséquence durant toute l'année 2015, vous avez décidé avec une grande majorité de vos pairs de leur donner tous pouvoirs pendant trois mois supplémentaires. Nous avons pu apprécier le résultat : perquisitions et assignations à résidence tous azimuts, dont un pourcentage insignifiant concernaient des terroristes présumés liés à Daesh.

Vous allez dans les prochains jours devoir voter pour ou contre la nouvelle prolongation de cet état dégradé des droits et libertés de vos mandants. Aussi je me permets de vous inviter à entendre les voix qui s'élèvent en faveur d'un retour à l'état de droit, et qui clameront dans les rues samedi prochain :

 

Non à la prolongation de l'état d'urgence

Non à sa constitutionnalisation

Non à son aménagement dans la procédure pénale

 

En bref, non à son instrumentalisation politique.

 

On compte sur vous,

Arnaud Cambon

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.