arnaud castaignet
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 août 2014

arnaud castaignet
Abonné·e de Mediapart

La gauche turque n'a plus le choix et doit changer

Comme prévu, Recep Tayyip Erdogan vient d'être élu Président de la République de Turquie au suffrage universel. Par son soutien (finalement moins élevé qu'annoncé par les sondages) à celui qui est premier ministre du pays depuis 2003 ou par son abstention, le peuple turc a montré à l'opposition que la dénonciation de l'autoritarisme d'Erdogan ne pouvait suffire pour déloger le chef incontesté de l'AKP du pouvoir.

arnaud castaignet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme prévu, Recep Tayyip Erdogan vient d'être élu Président de la République de Turquie au suffrage universel. Par son soutien (finalement moins élevé qu'annoncé par les sondages) à celui qui est premier ministre du pays depuis 2003 ou par son abstention, le peuple turc a montré à l'opposition que la dénonciation de l'autoritarisme d'Erdogan ne pouvait suffire pour déloger le chef incontesté de l'AKP du pouvoir. La gauche turque est à l'heure actuelle incapable d'offrir une alternative crédible à la "démocratie illibérale" qu'est en train de construire le premier ministre.

Il y a quelques semaines, lors d'un déplacement à Tusnad, en Roumanie, le premier ministre hongrois Viktor Orban s'est lancé dans une violente diatribe contre les démocraties libérales occidentales coupables, selon lui, d'être incapables de protéger l'intérêt national et les familles. L'autoritaire chef de l'Etat hongrois a ensuite expliqué son ambition de "construire une démocratie illibérale".

Ce terme de "démocratie illibérale" fait notamment référence aux thèses de Fareed Zakaria décrivant des régimes ayant recours à des élections mais sans pour autant avoir un Etat de droit ni le libéralisme politique. Ces Etats ont très souvent pour bases le nationalisme, le capitalisme de connivence et le contrôle des médias, un modèle vers lequel souhaite tendre Viktor Orban car c'est selon lui le seul système réussissant actuellement, prenant comme exemples Singapour, la Chine, la Russie et la Turquie.

Alors qu'il y a quelques années, la Turquie était vue comme un modèle de démocratie libérale du monde musulman (le fameux "modèle turc" vanté par les Etats-Unis comme alliant identité musulmane, démocratie et croissance économique), elle serait à présent à ranger aux côtés des régimes autoritaires que sont la Russie et la Chine. Certes, des élections libres sont organisées en Turquie mais elles ne peuvent être décrites comme étant équitables. Le Premier ministre turc disposait d'un "clair avantage" sur ses rivaux à cause de " l'utilisation par le Premier ministre de sa position officielle et la couverture partisane des médias", ont ainsi indiqué les observateurs de l'OSCE. Ainsi, la Télévision d'Etat turque (TRT) et ses chaînes-soeurs ont consacré six fois plus de temps à Erdoğan qu'à l'un de ses deux opposants, Selahattin Demirtaş, par exemple.

Des proches du nouveau président sont englués dans des scandales de corruption, ses liens avec des grandes entreprises du bâtiment sont régulièrement questionnés et sa rhétorique souvent agressive et incitant parfois à la haine s'accompagne de nombreuses restrictions en matière de libertés publiques. Lors des émeutes du parc Gezi, c'est cet autoritarisme et cette volonté de m'immiscer dans la vie des gens qui étaient dénoncées.

Cette aspiration aux libertés publiques est partagée par une grande partie de la population: sociaux-démocrates, écologistes, conservateurs (notamment ceux qui estiment que le développement de la Turquie a entraîné de nombreuses inégalités), jeunes, syndicalistes, minorités religieuses ou sexuelles, etc. Elles n'ont pour l'instant pas trouvé de débouché politique mais le score de Selahattin Demirtaş - qui a fait une campagne axée sur les "laissés pour compte" et qui a obtenu un score dépassant largement les électeurs kurdes qui représentent la cible traditionnelle de son parti, le HDP - pourrait peut-être montrer la voie pour l'opposition.

Le problème est que le principal parti de cette opposition, le Parti Républicain du Peuple (CHP), reste tiraillé entre les partisans d'un virage social-démocrate assumé et ceux d'un kémalisme pur et dur. Le CHP peut légitimement être fier d'être le parti qui a fondé la République laïque, accordé le droit de vote aux femmes et de nombreux droits sociaux aux travailleurs, signé un accord d'association avec l'Europe dès 1963. Néanmoins, il doit affirmer plus nettement sa volonté de défendre l'Etat de droit et les libertés publiques. De plus, le CHP reste marqué par son passé de parti unique ayant assumé plusieurs massacres de la jeune république turque, notamment celui de Dersin en 1937.

Le leader du CHP Kemal Kılıçdaroğlu a, ces dernières années, travaillé à modifier le logiciel du parti, l'éloignant de la laïcité rigide de son prédécesseur et du nationalisme de certains de ses membres. Il fait cependant face à une fronde interne de la part de plusieurs députés réclamant un retour aux valeurs historiques du CHP. Comme le relève le journaliste Özgur Korkmaz, on retrouve par exemple parmi ces frondeurs Birgül Ayman Güler, une des opposantes farouches au processus de paix avec les Kurdes. Aussi, lorsqu'il a fallu se rapprocher d'un parti en vue de l'élection présidentielle, le CHP s'est tourné vers les nationalistes du MHP qui accusent régulièrement l'AKP de haute trahison sur la question kurde.

Il est vrai que le CHP et le MHP ont choisi de soutenir Ekmeleddin Ihsanoglu, un diplomate conservateur, ni kémaliste, ni nationaliste. Mais bien que ce choix ait pu montrer que les deux partis savaient s'ouvrir, il ne s'est pas avéré concluant. Un novice en politique inconnu du grand public était-il le bon candidat face à une machine à gagner des élections comme Erdogan? Sans véritablement faire campagne alors qu'Erdogan et même Demirtas faisaient de grand meetings mobilisateurs, ses chances étaient faibles lors d'une élection au suffrage universel.

L'opposition doit se trouver un leader charismatique pour espérer une mobilisation populaire en sa faveur et combattre l'abstention mais sans plate-forme politique cohérente, elle ne peut espérer déloger l'AKP au pouvoir. Il lui faut réapprendre à parler aux masses, aux travailleurs et aux précaires, dont beaucoup souffrent du développement économique inégalitaire de la Turquie. C'est une condition sine qua non pour ne pas être uniquement soutenu par la bourgeoisie urbaine. La croissance économique du pays est largement mise en avant par Erdogan, elle constitue également son point faible tant elle est insuffisamment inclusive.

Comme le dit l'ancien ministre de l'économie Kemal Derviş, "l'opposition démocratique ne pourra remédier aux défaillances de l'ordre existant que si elle admet la nécessité de formes de mobilisation bien différentes de celles d'autrefois. Il lui appartient de reconnaître ce fort désir populaire d'autonomie individuelle, de prendre des positions fortes concernant les femmes et la jeunesse, et d'appuyer davantage l'esprit individuel d'entreprise".

L'esprit de Gezi, ce désir de libertés individuelles, de lutte contre les inégalités économiques, d'affirmation de l'identité plurielle de la Turquie et d'acceptation de la diversité, doit guider l'évolution de l'opposition turque. Face au modèle de la démocratie illibérale mise en place par Recep Tayyip Erdogan, il est nécessaire que se crée un vaste mouvement populaire, social, libertaire et décentralisateur. Si le CHP veut en faire partie, il n'a plus le choix: il doit se réformer.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma