Se battre pour la majorité oubliée

Alain Mergier et Jérôme Fourquet viennent de publier un petit ouvrage très intéressant intitulé « Le point de rupture » (Fondation Jean Jaurès, Essais) et consacré aux « ressorts du vote FN en milieux populaires ».

Alain Mergier et Jérôme Fourquet viennent de publier un petit ouvrage très intéressant intitulé « Le point de rupture » (Fondation Jean Jaurès, Essais) et consacré aux « ressorts du vote FN en milieux populaires ». C'est un travail éclairant et qui confirme le besoin d'une réelle alternative de la part des milieux populaires. Je suis en accord avec les auteurs sur les constats et notamment sur ce qu'ils disent de la perception de la crise par des millions de nos concitoyens : « Les milieux populaires estiment que nous sommes déjà entrés dans une nouvelle séquence : l'après-crise n'est pas une sortie de crise, c'est une installation dans une situation qui a été instaurée par trois années de crise. Cette situation est plus dure, plus tendue, plus rude pour les plus vulnérables : plus inacceptable aussi car plus injuste ». Cette spirale dépressive pour le moral du pays doit être cassée. Mais il faut analyser en profondeur le mal qui ronge notre société et la démonstration des auteurs est très pertinente.

Le divorce entre les milieux populaires et la politique date, selon les auteurs, de la crise de 2008 et du sauvetage des banques sans contrepartie par l'Etat. Cet interventionnisme économique au bénéfice exclusif des banques est apparu comme une forme de trahison des promesses du Président Sarkozy. Une fois de plus je ne peux qu'acquiescer et témoigner, en tant que responsable politique, que s'est dessinée, entre 2008 et 2010, « dans les représentations de tous les milieux sociaux l'hégémonie d'une oligarchie financière rassemblant grands patrons du CAC 40, fonds d'investissements, banques et traders ». Finalement, les milieux populaires, à ce qu'en disent Alain Mergier et Jérôme Fourquet, ont une vision assez juste du rôle des marchés financiers : « Les marchés financiers exercent leur pouvoir non pas au nom de l'économie mais de leur propre profit ». L'inquiétude face la dette induit la quête d'une véritable alternative. L'accumulation des insécurités vécues et/ou ressenties (l'un n'allant que rarement sans l'autre) nécessite une réponse politique, une volonté politique, une alternative politique. Cette France décrite par les auteurs de ce petit livre, est la France de la majorité oubliée, à laquelle je m'adresse et à laquelle je proposeune autre vision de l'avenir.

Le diagnostic est en effet important à effectuer mais il est primordial d'apporter un remède. Les solutions politiques, l'alternative à bâtir, la prise en compte de l'impact de la mondialisation et de sa perception par les citoyens, sont le seul remède à la montée de l'extrême-droite.

La recherche de protection par les Français implique en effet que la gauche apporte des solutions radicalement différentes de celles du passé. Il nous faut être audacieux. C'est le sens de mon projet : démondialisation, mise sous tutelle de banques, 6ème République, réindustrialisation, réponse aux défis environnementaux, réhabilitation d'une véritable égalité dans notre pays, protection de nos savoir-faire dans cette jungle économique qu'est la mondialisation... Les Français n'attendent pas des solutions faciles mais du courage et de la volonté. Oui, il y a la place pour une alternative de progrès à gauche, une alternative qui parle à ces millions d'ouvriers et d'employés insécurisés. Cette alternative, elle passe par les primaires du PS, le 9 octobre prochain...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.