ArnaudH
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2008

Géopolitique Arctique: UE, EEE, Islande, Groenland, intérêts géoéconomiques, stratégies de niche, et intégration européenne

ArnaudH
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La perte de glace de la banquise arctique ces 35 dernières années, devenue spectaculaire au cours des étés 2000 à 2007, et représentant 1,7 millions de km2 en 2007, ainsi que l'accélération de la fonte au Groenland (300 milliards de tonnes par an) changent progressivement la géopolitique de la région arctique. Les nouveaux calculs géostratégiques des différentes puissances du cercle arctique en matière énergétique (dont les réserves d'hydrocarbures sont censées correspondre à 20% du total mondial selon l'USGS) et de transport de marchandises se multiplient. Cela se voit dans les tentatives russes d'occupation des espaces sous-marins, notamment ceux qui pourraient contenir des gisements d'hydrocarbures, et d'optimisation du Passage du Nord-Est, le développement en cours des ports et des bases militaires le long du Passage du Nord-Ouest au Canada, l'importance croissante du Conseil Arctique, et les derniers positionnements arctiques de l'UE. Dans le cadre de ces évolutions environnementales, énergétiques, et sur les nouveaux passages ouverts au commerce international, les territoires européens et nord-américains de l'Islande, la Norvège, et le Groenland pourraient jouer un rôle décisif pour le futur positionnement de l'UE dans cette région. Les problématiques financières de l'Islande, les relations entre les pays membres de l'Espace Économique Européen et ceux de l'UE, et l'autonomisation par étapes du Groenland, sont toutes des pièces d'un puzzle plus large, celui du redécoupage géopolitique et géoéconomique de la région arctique.

La stratégie de diversification économique de l'ile scandinave d'Islande, menée depuis plus de dix ans à la marge des activités plus traditionnelles (pêche, tourisme, énergie), et des échanges commerciaux au sein de l'Espace Économique Européen (EEE), se solde en 2008, à l'aube de la crise financière mondiale, par un échec à résonance mondiale, qui aura durablement entamé la crédibilité économique des dirigeants du pays. Les manifestations publiques à Reykjavik, les récriminations entre pays d'Europe du Nord, notamment le Royaume-Uni et l'Islande, et le paquet de sauvetage financier de plus de $10 milliards issu de prêts des autres pays scandinaves et du FMI, le premier en Europe de l'Ouest depuis les années 70, aura remis au gout du jour une adhésion possible de l'Islande à l'Union Européenne, lui permettant de bénéficier des protections du bloc européen, notamment financières en cas d'intégration dans la zone euro. Cette adhésion serait particulière car il s'agit non seulement d'un pays à faible population, avec un niveau de vie élevé, et une économie moderne, mais aussi d'un pays répondant déjà à un nombre considérable de conditions de pré-adhésion, de par son appartenance à l'EEE et à la zone Schengen, au même titre que la Norvège, le Liechtenstein, (et prochainement la Suisse via l'AELE si elle ne refuse pas le principe de libre circulation des travailleurs). Une éventuelle adhésion islandaise à l'UE serait donc accélérée et s'effectuerait selon toute vraisemblance au même temps que celle de la Croatie, candidate depuis 2004.

A l'inverse, la stratégie du Groenland, d'autonomisation croissante vis-à-vis du Danemark et de l'UE, cherchant à profiter d'une manne pétrolière relative, sans prise en compte des nouveaux facteurs internationaux liés au réchauffement climatique et la sécurité régionale, démontre un manque de réflexion sur les intérêts à long terme de ce territoire. Sa pleine réintégration dans l'Union Européenne, y compris sous la forme d'un Etat indépendant déclaré réserve environnementale, avec toutes les protections économiques et culturelles nécessaires pour sa population Inuit (couvrant aussi les autres populations arctiques dont les Saami en Scandinavie) est à envisager. Au delà de ces deux exemples, c'est tout le concept d'Espace Économique Européen, de même que celui des opt-outs de certains traités européens choisis par le Royaume-Uni, le Danemark et la Suède, qui est à revoir. Les possibilités offertes depuis les années 90 de participer à une Europe à la carte fragilisent l'architecture géoéconomique et géopolitique européenne, elles l'empêchent même de répondre de manière groupée et significative aux multiples crises de ce début de siècle.

La Suite Ici

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix