Arnault SKORNICKI
Politiste et historien des idées
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 oct. 2021

Signalement de Jean-Michel Blanquer au Laboratoire de la République

Le ministre de l’Éducation nationale vient d’annoncer au Monde la création d'un Laboratoire de la République destiné à combattre « l’idéologie woke ». Pourtant, M. Blanquer se montre aussi un lecteur fidèle du philosophe marxiste Louis Althusser, figure de cette French Theory qui aurait inspiré les pleurnicheries identitaires. Que penser de cette infiltration au sommet ?

Arnault SKORNICKI
Politiste et historien des idées
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le philosophe Louis Althusser (1918-1990) compte parmi les plus grands représentants de la « French Theory », cette avant-garde intellectuelle hétérogène des sixties parfois accusée d’être la source du « wokisme » (bien que celui-ci ne soit jamais très bien défini non plus). Communiste, Althusser fut longtemps ringardisé par le déclin du marxisme. Mais il connaît depuis quelque temps un regain d’intérêt, notamment pour son célèbre article de 1970 intitulé « Idéologies et appareils idéologiques d’État ». Selon le théoricien, à côté des appareils répressifs qui emploient la violence pour préserver l’ordre bourgeois (Armée, police), les appareils idéologiques d’État diffusent des idées, croyances, représentations pour légitimer les intérêts des classes dominantes. Cette nouvelle popularité d’Althusser atteint désormais les cimes de l’État : en annonçant la création d'un Laboratoire de la République contre les dangereuses pleurnicheries identitaires, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, se montre lecteur attentif, voire disciple zélé du vieux marxiste d’antan (entretien du 13 octobre dernier paru dans Le Monde). Preuve en six points et douze citations par deux esprits, Althusser (A) et Blanquer (B).

1. Précision : les appareils idéologiques d’État n’appartiennent pas forcément à l’État.  

A : « la plus grande partie des Appareils idéologiques d'État (…) relève du domaine privé. Privés sont les Églises, les Partis, les syndicats, les familles, quelques écoles, la plupart des journaux, des entreprises culturelles, etc. » ; B : « [le laboratoire de la République] n’est pas une instance institutionnelle, mais un cercle de réflexion indépendant de mes fonctions de ministre de l’éducation ».

2. Une bonne idéologie n’a pas besoin d’employer la force pour s’imposer.

A : « l'Appareil répressif d'État « fonctionne à la violence », alors que les Appareils idéologiques d'État fonctionnent « à l'idéologie ». B : « Nous inciterons les jeunes à ouvrir des antennes dans les universités, mais nous parlerons aussi à la jeunesse rurale et des banlieues. »

3. … toutefois un peu de (ré)pression ne nuit pas.

A : « les Appareils idéologiques d'État fonctionnent (…) secondairement à la répression, fût-elle à la limite, mais à la limite seulement, très atténuée, dissimulée, voire symbolique. ».  B : « un millier d’atteintes à la laïcité (…) nous sont remontées en un mois ».

4. Une bonne idéologie met d’accord une foule de gens différents, quoique généralement issus des classes privilégiées.

A « l'idéologie (…) est toujours en fait unifiée, malgré sa diversité et ses contradictions, sous l'idéologie dominante, qui est celle de « la classe dominante ». B : « J’y invite des gens d’horizons différents, comme Elisabeth Badinter (…) ou Rachel Khan (…) Une centaine de parlementaires y participeront également ; et un certain nombre d’experts (…) Le dépassement du clivage gauche-droite est au cœur de l’approche républicaine. »

5. Une bonne idéologie est fondamentalement laïque.

A : elle « (…) représente l'École comme un milieu neutre, dépourvu d'idéologie (puisque... laïque), où des maîtres respectueux de la « conscience » et de la « liberté » des enfants (…) les font accéder à la liberté ». B. « Sous la IIIe République, tous les enseignants portaient une même conception de la laïcité. Avec la liberté, l’égalité et la fraternité, elle était entendue comme ce qui permet à l’homme d’être libre ».

6. Le problème avec l’idéologie, c’est que les grincheux et les radicaux prétendent aussi en avoir.

A : « La classe au pouvoir ne fait pas aussi facilement la loi dans les [appareils idéologiques] que dans l'appareil (répressif) d’État (…) parce que la résistance des classes exploitées peut trouver le moyen et l'occasion de s'y exprimer » ; B « Il peut y avoir chez certains un militantisme radical pour porter des coups de boutoir à cette vision. Mais c’est le fait d’une minorité agissante qui a un agenda politique. »


Quel enseignement tirer de ces citations croisées (toutes authentiques, bien sûr) ? Paradoxal. D’un côté, on ne peut que saluer l’effort de Jean-Michel Blanquer pour doter sa grande bataille culturelle d’un authentique appareil idéologique d’État, en tout point conforme au modèle d’Althusser. Preuve que les théories marxistes les plus ringardes et dogmatiques peuvent retrouver une seconde jeunesse quand elles finissent par refléter leur époque et la réalité d’un pouvoir au service des premiers de cordée : embrigadement de la jeunesse, mise au pas des profs, démolition de la liberté d’expression et, surtout, surtout, défense sourcilleuse de l’ordre établi. De l’autre côté, preuve est faite que la « French Theory » a colonisé à son insu l’esprit de l’adversaire le plus résolu de son enfant honteux, le mythique « wokisme ». Il importe que le Laboratoire de la République constitue urgemment une commission pour traiter ce phénomène inquiétant qui sévit au sommet de l’État. 

Arnault Skornicki (politiste)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Genre
À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »
Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, « Poly » a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.
par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau