Arrêtez, je veux descendre !
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juin 2021

Le monde magique de John Kerry

Les prochaines décennies anticipées par l'envoyé spécial de Jo Biden concernant le climat ne sont pas ternies par les nuages noirs du GIEC !

Arrêtez, je veux descendre !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour assurer sa réélection, un homme politique peut être tenté de peindre l’avenir en rose en ne lésinant pas sur les couches de peinture. De ce point de vue, John Kerry est certainement un virtuose du pinceau. Ancien candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2004 contre George Bush et secrétaire d’Etat sous la présidence de Barack Obama entre 2013 et 2017, il a été nommé envoyé spécial du président des Etats-Unis pour le climat. Dans quelques mois, il participera à la grand-messe  de la Cop26. Avec un grand pot de couleur ?

Dans une interview publiée dans « Le Monde » du 11 mars dernier, John Kerry déclarait déjà : « Aucun responsable politique ne sera en mesure de renverser ce qui se passe dans l’économie mondiale : les milliards, voire les milliers de milliards de dollars qui commencent à être investis, le mouvement des multinationales et de leurs PDG qui se fixent des objectifs de zéro émission nette [de CO2] en 2050, ou les mesures qu’ils prennent pour verdir leurs entreprises et leurs investissements. Cela sera si profond, il y aura tellement d’emplois créés dans le monde, qu’aucun gouvernement, aucune administration ne pourra changer ce que font plus de 196 pays ».  C’est du lourd, ça !

« On me dit que 50 % des réductions de carbone nécessaires pour atteindre le niveau « zéro » proviendraient de technologies qui n'ont pas encore été inventées.  Les gens n'auront pas à renoncer à leur qualité de vie pour réduire les émissions. » Kerry a assuré aussi que les Américains n'auraient « pas nécessairement » à manger moins de viande, grâce aux recherches menées sur l’élevage et l’alimentation du bétail afin de réduire les dégagements de méthane. Il ajoutait : « Nous entrons dans une période extraordinaire de découvertes, qu’il s’agisse de la captation du CO2, d’hydrogène... Quel que soit le nombre de possibilités, nous devons toutes les explorer».

Je ne me sens pas rassuré du tout. Mais alors, là, vraiment pas du tout… Je m’imagine coincé dans un bus bondé, dévalant à vive allure une route en plein brouillard. Le véhicule ne dispose pas de système de freinage. Du moins, pas encore. Pour le conducteur, ce n’est pas un problème : on s’active à explorer les possibilités. Il faudrait juste pouvoir l’installer avant de percuter le mur qui se trouve quelque part plus bas…

John Kerry a certainement lu Enlightenment Now (Le triomphe des Lumières, 2018) de Steven Pinker (Université de Harvard) qui relevait que « les gens sont plus disposés à reconnaître l’existence du réchauffement climatique si on leur dit que le problème peut être résolu par des innovations politiques et technologiques au lieu de leur annoncer de terribles catastrophes ».

Je voudrais bien descendre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti