Arte Misia
Docteure en droit international et européen, spécialité non-discrimination
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 févr. 2018

J. et la méritocratie à la française

Arte Misia
Docteure en droit international et européen, spécialité non-discrimination
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chose rare, j’ai envie de parler ici d’un de mes étudiants en première année à la fac en droit. Je vais l'appeler J.
J'en ai envie parce qu'en ce moment, le Gouvernement réforme l'université pour la rendre sélective et qu'on parle de méritocratie à tout bout de champ. Parce qu'on répète que l'éducation est égalitaire.
La petite histoire commence il y a deux ans : J. est en première année, il est d’origine indienne, c’est un des étudiants qui participent le plus dans mon TD de droit international. Hyper motivé, intéressé, intelligent. Soucieux de comprendre le monde qui l'entoure.
Mais quand J. me rend des devoirs écrits, c’est la cata, c’est bâclé et le niveau d’expression est insuffisant. On dirait qu'il rédige ses devoirs dans le quart d'heure précédant le cours. Et c'est sûrement le cas. Je ne comprends pas le décalage parce qu’en cours, il est vraiment pertinent. Je suis obligée de lui mettre des sales notes et l’écrit compte bien plus que l’oral à la fac. Il redouble.

Je le retrouve l’année suivante, même niveau même matière. Toujours aussi motivé mais au bout de quelques temps, il disparaît de mon TD, je ne le revois plus pendant des semaines. Et puis un jour comme ça, il revient. Il a bien sûr raté des exams etc. Il vient m’expliquer à la fin du cours qu’il a dû quitter son domicile familial. Une situation apparemment très difficile. Je ne connais pas les détails. Il a vécu plusieurs semaines dans la rue, le temps de trouver des petits jobs et de se remettre un toit sur la tête...
Et il revient sur les bancs de la fac avec cette fois un ou des jobs à gérer à coté. Il me dit que "dans la vie, on n’est rien si on n'a pas de savoir et qu'on ne sait pas réfléchir". Je suis d'accord. Il a un sourire immense aux lèvres. Il redouble de nouveau.

Je le retrouve encore cette année, troisième tentative. Il débarque en retard à un de mes cours et me dit à la fin qu'il est super content de me retrouver mais qu’il ne pourra pas venir à mon TD de 9h30 le lundi. Parce qu’il distribue des flyers dans la rue tous les matins maintenant. Il a un autre boulot le week-end aussi. Pour payer sa chambre et ses paquets de pâtes.

Je ne connais pas bien la vie de J., mais lundi dernier il m’a dit « vous savez Madame, j’ai pas envie de devenir un pion du capitalisme. Je veux faire du droit, pour m’en sortir, pour faire bouger les choses ». Dans ma tête j'ai pensé qu'il était déjà un pion du capitalisme. Et que si par miracle, il parvenait à valider sa L1, comment tenir jusqu'en Master 2 dans ces conditions ? Quasi impossible.

J'aime l'Université ouverte et égalitaire. J. mérite sa place comme celles et ceux qui ont un toit, appris le français au berceau, des parents qui nourrissent et aident. Tou-tes ces autres qui n’ont souvent pas la moindre idée de leur chance.
Je déteste le mythe de la méritocratie qui sert à casser toujours plus les maigres espoirs de celles et ceux qui ne sont pas nés avec toutes les chances de leur côté.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau