ArtExquis
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 août 2013

Du respect pour le peuple grec !

ArtExquis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

article publié pour Génération 112 en février 2012

Doit-on davantage serrer la ceinture à une personne qui s’étouffe ? L’image peut paraître exagérée mais malheureusement on ne peut qu’être choqué par le sort réservé à la Grèce, pays membre de l’Union européenne et de la zone euro

Le nouveau plan d’aide promis en 2011 a été débloqué le 21 février 2012. 130 milliards d’euros ont finalement été accordés à la Grèce pour qu’elle ne fasse pas défaut en mars. La zone euro et son membre le plus souffrant ne sont pour autant pas encore sortis d’affaire. Le PIB hellène a baissé de 7% en 2011 et baissera de 4% en 2012 selon certains experts. Avec un taux de chômage qui avoisine les 20%, l’exode des chômeurs et des jeunes n’est pas terminéLe gouvernement grec et le principal parti d’opposition conservateur se sont même engagés après les élections d’avril à la mise en place d’un plan d’austérité de 3.3 milliards d’euros et d’une réduction de la dette publique de 160 à 120% du PIB d’ici à 2020. Beaucoup y voit un déni de démocratie, d’autres considèrent qu’il ne s’agit que d’un juste retour de bâton pour une classe politique grecque corrompu et sclérosée. Quoiqu’on en pense le peuple grec et l’Union européenne toute entière dans ses valeurs ont été ni plus ni moins humiliés. 
  
LA GRECE ET L’UE HUMILIEES 
  
Que connaissons-nous d’ailleurs de la Grèce ? Les commentaires accusateurs lancés par certains hommes politiques et média européens nous incitent lâchement à pointer du doigt ce pays. 
On a bien compris, malheureusement, que ces deux dernières années la vertu morale néolibérale valait mieux que la solidarité économique. 
Néanmoins, oui, le gouvernement conservateur grec avec la complicité de Goldman Sachs a bien menti en 2002 pour accéder à la monnaie unique. En 2009, oui,  la révélation de ces trucages par le courageux et contraint Premier Ministre social démocrate Papandréou, prenant à peine ses fonctions, a déclenché une crise sans précédent pour l’Union européenne 
  
Oui, le système politique grec doit être réformé. Mais, le peuple grec paye injustement pour une classe politique sclérosée et corrompu où le budget militaire indécent  (plus de 4% du PIB) et l’insoutenable évasion fiscale ne profitent respectivement qu’aux vendeurs d’armes européens, aux plus aisés, aux armateurs et aux multinationales (abaisser le salaire minimum est tellement plus courageux…) Bien évidemment plus de 200 milliards d’euros ont été versés par les Etats membres depuis mai 2010 pour sauver la Grèce du défaut, mais est-ce une raison pour humilier tout un peuple dont la majorité (70%) a encore la grandeur d’esprit, selon les sondages, de vouloir rester dans la zone euro et de ne pas accuser l’Europe et Berlin de tous les maux ? Non bien sûr ! 
  
INGRATITUDE ET POPULISME AU NORD 
  
Simplement laisser entendre qu’on peut se passer de la Grèce est irresponsable. Sous entendre que le peuple grec est fainéant, menteur est odieux au vu des files d’attentes dans les agences pour l’emploi grecques et du nombre de personnes qui s’exilent loin de leur pays natal avec tristesse pour trouver un travail bien en dessous de leurs qualifications. Laisser un pays à l’abandon, exclu des marchés financiers et de la zone de libre échange après une cure d’austérité violente est tout simplement immoral et criminel. Que savent d’ailleurs les principaux accusateurs qui opposent un Nord soi-disant vertueux et un Sud prodigue ? En Allemagne, érigé à tort en modèle absolu, le faible taux chômage (6.9%) s’explique en partie par une modération salariale d’une décennie et par quelques millions d’employés aux chômages partiels et en contrat précaire. Comme l’a souvent indiqué le prix Nobel d’économie américain et chroniqueur au New York Times, Paul Krugman,  « si on applique le modèle allemand à chaque pays européen il faudrait une autre planète pour exporter tous les produits ». En effet dans notre union monétaire les exportations des pays du Nord, où la demande intérieure est faible,  bénéficient de l’endettement des consommateurs du Sud où les marchandises sont principalement écoulées. Ne nous y trompons pas,  plus de 60%, des échanges commerciaux des pays européens sont réalisés dans la zone Euro ! 
Dans certain gouvernement à l’insulte facile, au Pays-Bas et en Finlande notamment,  l’ingratitude va donc malheureusement de pair avec un repli sur soi et un populisme qui a le vent en poupe. 
Le président du Conseil italien Mario Monti a finalement bien résumé le problème lors de la session plénière du Parlement européen de février : « La crise de la dette souveraine a créé trop de stéréotypes et a divisé les européens ». Les Européens, le peuple grec en tête, attendent donc des dirigeants responsables qui mettent en avant des solutions collectives pour relancer la croissance et retrouver l’envie de vivre ensemble dans un respect mutuel.

 Arezki Yaïche

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua