ARySQUE
Abonné·e de Mediapart

291 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 avr. 2016

"Get on the boat"

Décidément, sale date que ce 21 avril… un très bon jour pour la Faucheuse.

ARySQUE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Get on the boat - tribute to Prince © ARySQUE

Triste journée que celle d'hier.
Elle avait fort mal commencé avec le rappel de la date du jour, une sale date, le 21 avril. Elle avait surtout immédiatement empiré, implacable, avec le récit des survivants: ceux qui venaient de voir périr 500 des leurs en Méditerranée. 
Les beaux jours revenaient et avec le printemps, les noyades allaient reprendre en hécatombes. Eros et Thanatos en ordre de bataille. Rien de neuf, en fait.

Ouch ! Triste journée que celle d'hier.
Puis vint, le début de la soirée, cette heure où l'on s'arrête avec un livre ou le journal, un verre à la main, en poussant un soupir de soulagement pour marquer la fin de la course. 
C'est là, précisément, que le coup de grâce est tombé : Prince est mort !

Ouch !
Comme beaucoup, j'ai commencé par fredonner :

"Sometimes it snows in april
Sometimes I feel so bad, so bad.
Sometimes I wish that life will never ending…"

Parce que je ne saurais pas vous dire combien j'aime son swingue et sa guitare, son rock et son funk, combien je surkiffe d'entendre cet immense plaisir que manifestement, il prend à fouiller tous les registres pour trouver de nouveaux sons. Combien ses ballades et ses vocalises m'enchantent. 
Je ne saurais pas compter, non plus, les fêtes et les voyages avec lui : tous en fait, depuis mes 20 ans. J'adore Prince et sa perte me dit aussi, après Bowie, que mes vingt ans, mes 30 et mes 40, s'éloignent un petit peu plus… Ouch et re-ouch !

Parce qu'en toute sincérité, cette mort-là m'a retourné plus que celle de ces pauvres gens disparus dans la nuit, noyés comme des chatons qu'on ne voulait pas voir naître… J'ai un peu honte…
Bien sûr, cette proximité que l'on entretient avec les artistes qui accompagnent nos vies explique cet émoi décalé ; mais je crois que c'est terriblement plus simple et carrément effrayant : Prince ne meurt qu'une fois, alors que des migrants, il en crève tous les jours ! Voilà, c'est tout : la peine s'habitue… Elle n'a pas le choix.

Alors, moi aussi, j'ai écouté Prince toute la soirée, profitant de la veillée funèbre donnée par les radios qui envoyaient du son, et du très très bon sur Fip: du live, du Maceo et du Prince, ensemble. Quel monument !
Puis, j'ai rêvé que cette nuit, au royaume des morts, Prince donnait pour les 500 un de ses concerts privés dont il a le secret et qu'il pourrait pour eux, jouer avec Hendrix, avec Mozart et même avec Dvorak !

"Everything in darkness must come out into the light
When we love each other, that's the only way that's gonna be right.
Get on the boat, get on the boat, people.
Get on the boat now, we got a room for hundred more."

La veille, place de la République, là où la nuit se tient debout, des musiciens amateurs jouaient bien, ensemble pour la première fois, la Symphonie du nouveau monde.

"Time, Times" 

www.arysque.blogspot.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal
Au Sénat, la ministre des sports défend les contestées interdictions administratives de stade
Présente dans le cadre de l’examen de la proposition de loi pour démocratiser le sport, Roxana Maracineanu s’est opposée aux amendements encadrant les interdictions administratives de stade, dont les dérives ont été largement documentées. Un positionnement que regrette l’Association nationale de supporters.
par Clément Le Foll

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes