ARySQUE
Abonné·e de Mediapart

291 Billets

2 Éditions

Billet de blog 25 mars 2016

Réenchanter le monde

En cette fin de semaine sainte, permettez-moi de douter. Ces temps-ci, Dieu ressuscite pour de bon dans nos vies et ce n'est pas nécessairement une bonne nouvelle. Pourtant, le "désenchantement du monde", on y est… et ça fait assez mal.

ARySQUE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce Nouveau monde / Réenchanter. Dessin réalisé sur tablette, au doigt et à l'œil © ARySQUE

Rien ne meurt jamais tout à fait, pas même Dieu. 
Je regrette mes années de jeunesse, quand on croyait encore que Dieu était bien mort. Mais il est trop tard pour la nostalgie. (D’ailleurs, il est toujours trop tard pour la nostalgie). 

Tout de même, je revois les bancs de la fac, nos rêves insensés et cette mise en garde pourtant, que Max Weber assénait depuis un siècle déjà, quand il alertait sur la solitude de l’homme moderne, son enfermement mécanique et le «désenchantement du monde». Nous le lisions dans les livres, nous n’étions pas peu fiers de remarquer la pertinence de ces écrits dans notre société qui déjà, changeait… Mais le cancer, on le sait, cela n’arrive qu’aux autres…  Aujourd’hui, il me semble que c’est notre hébétude qui a ressuscité Dieu. Dans les vides que nous avons laissés à force de renoncement. 

Nous n’avons pas assez interrogé la modernité, pas suffisamment questionné notre désenchantement. Même si les faits sont peu comparables, sans doute y-a-t-il quelques racines communes à l’abstentionisme record et au retour des fous de Dieu. L’enthousiasme des seconds naît peut-être avec le renoncement des premiers. Dans les deux cas, l’échec de notre modernité est patent !

À force de rationalisme, peut-être avons-nous oublié qu’il nous faut, pour nous serrer les coudes, un totem à enlacer. Que ce totem ne s’explique pas, qu’il est mystère, utopie parfaite, et que c’est cela qui importe parce que le sens est là. Peut-être qu’à force de vouloir tout expliquer – pas pour comprendre mais pour maîtriser – peut-être avons-nous oublié que ce n’est pas la science qui importe : seul compte le mystère que l’on cherche à percer.

La science ne suffit pas. Certes, elle explique beaucoup de choses et révèle des mondes que nous ne soupçonnions pas : un univers infini, une origine simiesque, des trous noirs et du néant, une insatiable possibilité de mondes virtuels… Qui osera dire que ce n’est pas effrayant ? Parce que c’est un fait : la science change le monde. 

C'est un peu comme si chaque découverte scientifique était une nouvelle porte ouvrant sur des tas de possibles. Une fois qu’elle est ouverte, chercheurs et artistes, malgré le manque de moyens, continuent en éclaireurs, à percer d’autres portes. 
Nous qui nous tenons en lisière, les clés à la main désormais, nous entrons dans la pièce qui vient d’être accessible et nous manipulons la découverte récente. C’est ainsi qu’en maîtrisant l’atome, on alluma des lumières, on brancha internet… et on atomisa Hiroshima et Nagasaki, Tchernobyl et Fukushima (là, tout de suite, je trouve la France un peu moins hospitalière…).

Tout dépend, en fait, des besoins du moment, d’un tissu de circonstances et de convictions, des analyses et des croyances qui sont à l’œuvre quand une nouvelle technique nous est donnée. J’insiste : ce sont nos croyances qui déterminent nos choix dans l’exploitation de nos techniques.

C’est pourquoi je ne crois pas que Dieu soit mort autrefois parce qu’il était trop vieux. Il avait juste alors des concurrents sérieux : un humanisme victorieux, un marxisme conquérant et un capitalisme florissant. Nous n’avions plus besoin de Dieu pour créer de la valeur : presque tous, nous pouvions croire que nous pourrions, dans l’un des trois systèmes, trouver les bons chemins derrière chacune des portes.

Râté !
Les humanistes sont devenus des « bobos ».
Les marxistes sont des « ringards ».
Quand aux capitalistes qui tiennent le monde depuis des décennies au moins, ils n’ont fait que des conneries !
N’oublions pas non plus, que la fête révolutionnaire s’est terminée en bains de sang et que la foule, en guise de fête, regardait les têtes tomber au son des guillotines !

Alors pour être très franche, le bon Dieu, je n’ai rien contre, mais, en fait, ça m’est un peu égal qu’il soit là ou pas là. Je peux même consentir qu’il a fait beaucoup de bien et qu’il apaise encore… D'ailleurs, j'aime infiniment les arabesques des mosquées et le calvaire du Christ qui souffre en direct live sur un polyptique de Ducio!  

Parce qu’au fond, c’est cela qui nous manque : cette ferveur, la magie d’un monde réenchanté.
Nous avons de quoi, pourtant : une planète à sauver et des hommes à respecter… à commencer par tous ceux qu’on rejette en Turquie au mépris de leurs droits.
Ce n’est pas de la charité. C’est juste qu’il y a 70 ans c’était nous et que demain, ce sera peut-être à nouveau nous.
Ceci est foutrement égoïste  et cela s’appelle un humanisme.
C’est pour ces valeurs-là que j’ai voulu l’Europe et c’est en leur vertu que je suis Bruxelloise !

www.arysque.blogspot.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot