ARySQUE
Abonné·e de Mediapart

291 Billets

2 Éditions

Billet de blog 26 févr. 2016

Lettre à Valls

On s'accroche mais ça devient rude.

ARySQUE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dessin sur ipad. © ARySQUE

Je ne suis pas du camp des intégristes. Je crois que la vie, de toutes façons, est question de compromis et qu’on est bien contraints de choisir entre vivre et ne pas mourir trop vite. Alors bien sûr, il faut savoir tempérer ses rêves, avancer à pas comptés pour ne pas les salir, mais avancer vers eux, toujours, comme on mène sa barque, en dérivant le moins possible, même avec les vents contraires et les courants opposés ; essuyer les tempêtes et viser un cap. Or je crois que le cap de gauche reste un cap de gauche.

Je crois qu’être progressiste de gauche, ce n’est pas être progressiste de droite. Alors non, Monsieur Valls, je ne suis pas d’accord : vous n’incarnez nullement une gauche moderne.

Parce que la gauche moderne ne déchoit pas ses enfants égarés même dans le terrorisme : elle juge qu’ils sont le fruit de la société qui les a produits et elle accepte d’assumer cela et de réparer ses dérives. Le socialisme met en question la société, pas l’individU.

Parce que la gauche moderne ne prolonge pas sine die un état d’urgence à l’efficacité contestable et qui bride l’expression populaire.

Parce que la gauche moderne ne laisse pas crever des humains à ses frontières, dans ses eaux, dans ses bidonvilles !

Parce que la gauche moderne avait aussi semblé comprendre que des décennies de progrès technique devaient avoir été faits pour qu’en réduisant le temps de production, les hommes puissent tous bénéficier d’une précieuse oisiveté : celle qui laisse le temps d’accompagner ceux qui grandissent pour qu’ils deviennent plus forts, celle qui laisse le temps de faire de l’improductif : réfléchir, lire, rire, chanter, danser, regarder, aider, voyager, écouter… 
Parce que voyez-vous, monsieur le Premier ministre, la gauche moderne est un peu humaniste et qu’elle a donc de l’homme cette étrange et haute idée qui le veut perfectible, à condition qu’on veille.

Mais surtout, monsieur Valls, le socialisme juge qu’il faut, pour que cela fonctionne, que les écarts de richesse ne soient pas indécents, qu’on ait de notre monde une vision plus globale, plus inclusive de l’autre : l’autre homme et l’autre qui m’entoure, mon environnement tout entier.

Parce que la gauche moderne devrait être capable de faire ce que fit Roosevelt face à la crise de 29 : récupérer l’argent là où il se trouve, parce qu’il y en a, vous le savez, et même un bon pactole.

On me rétorquera : « mais Hollande voulait le faire, il a pas pu, c’est pas légal ».

Alors là, j’ai vraiment mal. Est-ce que cela veut dire qu’en 80 ans, on n’a pas avancé d’un poil et que pire : on ne peut même plus faire ce qu’on faisait alors ? J’enrage de vous entendre parler de progrès. Ah ça ! Mais vous avez fait quoi, pendant ces décennies ? Car vous le savez bien, vous, M. Valls, qu’il n’y pas de complot mais juste des lobbies qui défendent leurs business parce que c’est leur boulot. Mais le vôtre et celui de tous nos élus, c’est quoi ? Pourquoi vous paye-t-on sinon pour que vous leur teniez tête et défendiez nos intérêts avec autant de brio qu’ils défendent les leurs ? Vous devriez être l’élite, vous êtes des incapables ! Pas fichus de faire le job… juste “faire le job”.

Seulement voilà, la communication a tellement supplanté la culture, les petites phrases ont tellement effacé les discours argumentés qu’on ne sait même plus pourquoi l’on vote… Alors, faute de mieux, nous élisons des discours que nous savons factices. Blasés, nous relevons les retournements de veste, les manques de cohérence… Et l’on rit jaune. Mais ce n’est pas drôle parce qu’à ce petit jeu, la plus forte, c’est Marine. Si vous étiez meilleurs, elle ne serait pas grand chose. Mais vous semblez tellement impuissants, tellement désemparés…

Hélas ! Comment voulez-vous que nous croyions encore au vote utile ? Il ne l’est plus jamais !

www.arysque.blogspot.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart