Asif Arif
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juin 2015

Article de l'Obs : voile et Daech, une confusion à plusieurs millions de dollars

Asif Arif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je viens de lire grâce à ma sœur un article sur l’Obs commentant les évènements récents en Syrie. Cet article, intitulé « Elles retirent leur voile intégral après avoir fui Daech », met en perspective le désarroi manifeste de certaines personnes obligées de vêtir le voile intégrale en Syrie sous les ordres des adhérents d’un mouvement dont les fondements sont bien difficilement rattachables à l’islam. Mais je ne suis pas d’accord avec cet article sur plusieurs éléments.

Jeter la burqa, signe de liberté ?

Bien évidemment, je comprends le désarroi de ces femmes qui décident d’enlever un voile imposé. D’ailleurs, le voile doit s’inscrire dans un processus de compréhension à défaut il devient inutile et exsangue. Mais les mots de « liberté », « joie », « symbolique », « heureuses » s’opposant à ceux de « griffes », « jeter » sont constamment mis en antagonisme. Bien qu’il soit ici question du voile intégrale, il n’en demeure pas moins que dans l’esprit du commun des mortels qui ne connait pas grand-chose aux spécificités liées au voile dans l’islam ne va comprendre la différence entre le voile intégral et un voile tout court. Cela, d’autant plus lorsqu’on voie que la personne sur le camion blanc retire en effet son manteau mais elle ne porte pas un voile intégral mais bien un foulard islamique comme on voit tous les jours dans nos rues.

D’ailleurs, toutes les autres femmes assises dans la camionnette ne font pas de même, on voit ainsi qu’il s’agit d’une expression de joie de nature à quitter une ville totalement absorbée par la violence plutôt qu’un signe de révolte contre un signe religieux en particulier. Ne faisons nous pas là des raccourcis intellectuels ? Affirmer que jeter la burqa est un signe de liberté revient à se poser la question plus globale des signes religieux dans les religions abrahamiques dans la mesure où le voile n’est pas né avec l’islam mais bien avec le judaïsme et le christianisme. N’en déplaise donc à certains élus de droit, le voile est bien judéo-chrétien.

Pourquoi, plutôt que de se concentrer sur ces aspects vestimentaires, ne serait-il pas temps que l’on mette un terme aux financements de Daech, eux qui revendiquent un budget de plusieurs milliards de dollars ?

Voile et Etat islamique, encore une confusion ?

On trouve peut-être la sémantique sans intérêt mais ici en légitimant les notions de burqa, de voile et en les rattachant à l’islamité supposée de Daech, on en revient en réalité aux constructions fantasmée que l’on ne voulait pas. Au fond, la campagne #NotInMyName, menée par beaucoup de femmes voilées, doit se sentir trahie en lisant ces quelques lignes et cet article.  N’oublions pas que bien des femmes voilées se sentent fières et l’arborent comme un signe d’émancipation. Lorsqu’elles lisent que c’est une « joie » de « jeter la burqa par terre », elles peuvent se sentir offusquées dans la mesure où elles, si elles portent le foulard ou la burqa (long manteau) le font par conviction. Qui est-on nous, français, terre d’élection de la liberté de religion, pour juger de leurs intentions ?

N’oublions pas nous plus que si l’on prend une telle logique pour les femmes, faudrait-il considérer que tous les hommes qui se rasent en fuyant Daech marquent également leur désaveu vis-à-vis de Daech ? Oublie-t-on par ailleurs que Malala porte le voile ? Oublie-t-on Noor Tagouri qui est venue récemment sur le grand jounal et au dîner d’honneur du CCIF ? Daech ne devrait pas nous unir contre le voile ou contre l’islam. Daech devrait nous unir contre la barbarie, contre la violence aveugle. Surtout, Daech devrait nous donner une leçon : notre politique internationale est-elle adaptée aux dynamiques géopolitiques de la région ? Nous devrions sincèrement nous concentrer sur les questions de financement et paix mondial plutôt que de nous attarder sur un bout de tissu.

Asif Arif est Avocat au Barreau de Paris et intervenant à l’Ascencia Business School en Libertés Publiques. Il est directeur du site internet Cultures & Croyances et l’auteur de l’ouvrage l’Ahmadiyya : un islam interdit, aux éditions l’Harmattan.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine