Asif Arif
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 nov. 2015

Attentats terroristes à Paris: Français, faisons le serment de rester unis

En ce moment difficile pour tous, il va de soi que nos pensées vont tout d'abord aux familles qui traversent un moment de deuil mais également aux forces de l'ordre de la République qui ont dû se démener dans la cacophonie la plus généralisée d'hier soir.

Asif Arif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En ce moment difficile pour tous, il va de soi que nos pensées vont tout d'abord aux familles qui traversent un moment de deuil mais également aux forces de l'ordre de la République qui ont dû se démener dans la cacophonie la plus généralisée d'hier soir. Au lendemain de cet évènement, des éléments divergents mais qui tracent toujours un constat plus grave : plus de 120 morts, plus d'une centaine de personnes blessées, une prise d'otage horrifiante.

Cela rappel la terriblement longue journée du 9 janvier, journée noire pour Paris et Vincennes. C'est donc une deuxième journée de la même nature qui s'est profilée à Paris. Ces assassinats et prise d'otage sont choquantes et à l'heure où j'écris ces quelques lignes, les événements ne sont pas encore fixes. Chaque minutes les nouvelles tombent et les chiffres évoluent, les faits se précisent sans savoir ce qu'il en est réellement et comment il est possible de tracer une ligne d'analyse de tout cela.

Patience et prière

Ma réponse à ces attaques d'une extraordinaire violence dans une ville comme Paris se limite en deux mots : la prière pour les familles des personnes ayant laissé leurs vies et pour les personnes actuellement sur le terrain à affronter cette situation horrible mais également la patience. J'attends afin de ne pas commettre l'erreur d'une analyse précipitée. J'attends pour ne pas porter atteinte au deuil que l'on doit déjà aux familles ayant perdu des êtres chers.

Nous pensons en effet au courage qu'elles doivent avoir pour voir défiler toutes ces images sur les chaînes de télévision et les réseaux sociaux sans pouvoir rappeler leurs proches. Mais je maintiens que je serais debout pour elles, à prier afin qu'elle puisse passer cette étape difficile sans porter de la rancoeur dans leurs âmes, mais bien de l'amour pour l'Humanité encore et toujours.

Nous avons déjà dû subir en janvier des attaques ayant traumatisé notre pays. Suite à cela, nous avons voulu placer la France sous l'angle de la protection de tout Français, sans distinction de couleur de peau, d'origine ou de religion. Nous avons refusé vigoureusement les amalgames et avons tenté de lutter, jour après jour, pour contrer les racourcis intellectuels, les extrémismes qui profitent toujours de racourcis intellectuels pour établir leurs terreaux. Continuons donc dans cette dynamique. Disons-nous, les uns et les autres, en tant que Français, que nous pouvons nous sourire tous les matins, que nous n'avons pas eu peur de cette attaque.

Disons que les terroristes ont échoué à leurs missions à double titre : ils n'ont pas réussi à semer la terreur et la discorde et ils n'ont pas pu être à même de rendre la France faible. Certes, nous avons subi un choc, mais il nous a permis de sortir plus fort. Plus fort dans notre volonté commune de combattre le terrorisme et non une religion, dans notre volonté commune de combattre les extrémismes et non les courants modérés de notre société. C'est cette volonté commune qui sera réaffirmée dans notre combat pour l'unité nationale.

Favoriser notre unité

Ne laissons pas la France tomber à genoux face à des attaques aussi grossières qui visent justement à mettre à mal notre tolérance globale. Ne laissons pas ces fusillades et cette prise d'otage complètement changé notre doctrine de l'Humanité et de la compréhension. Bien évidemment, réprimons les responsables autant que faire ce peut. Jugeons-les autant que faire ce peut.

Remettons également en question l'ensemble de nos positionnements dans le monde et posons-nous la question de l'avenir que nous souhaitons donner à nos générations. Mais ne laissons pas notre nation entière pâtir des méandres de la division. Ne laissons pas naître ne serait-ce qu'une suspicions les uns vis-à-vis des autres. Nourrissons-nous de notre amour réciproque et non de notre haine. Favorisons un bonté, rencontrons-nous, échangeons. Plus que jamais, nous avons besoin de discuter entre nous. Plus que jamais, nous avons besoin d'avoir un discours uni entre nous pour combattre frontalement le terrorisme qui nous fait face.

En somme, en tant que citoyen de la République Française, restons unis, même dans la douleur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss