Asif Arif
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2015

Message d'un musulman vivant en Terre Sainte sur le conflit israélo-palestinien

Asif Arif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je fais le choix de publier le message du Président de la communauté musulmane ahmadiyya en Terre Sainte, Monsieur Muhammad Sharif Odeh, sur le conflit israélo-palestinien. Il faut garder à l'esprit qu'il est un missionnaire et que son texte est donc pontué de références coraniques et d'éléments inhérents à la pratique musulmane. Muhammad Sharif Odeh écrit :

Écoutez, chers frères, afin que Dieu vous guide vers le bonheur !

Et déjà Nous avons écrit dans les Psaumes (de David), après l’exhortation, que Mes serviteurs justes hériteront de cette terre. Il se trouve assurément en ceci un message (important) pour les gens qui adorent (Dieu). » (La sourate Al-Anbiya’, versets 106-107)

La Mosquée Al-Aqsa demeure l’héritage des musulmans tant qu'ils sont justes et tant qu’ils pratiquent l'islam apporté par Muhammad, paix et bénédictions de Dieu soient sur lui. Quiconque désire cette Mosquée doit donc adhérer à l'islam dans la foi, la doctrine et le comportement.

Le Prophète, paix et bénédictions de Dieu soient sur lui, fut refoulé par les polythéistes de la Grande Mosquée (la Ka’bah) – une mosquée de sa patrie qui était le signe de l’Unicité de Dieu et le centre de l'islam – et ils l'empêchèrent d’accomplir les pèlerinages du Hajj et de l’Umrah. Quelle fut la réaction du Prophète, paix et bénédictions de Dieu soient sur lui ? Nous le voyons saisir l'occasion de conclure un accord garantissant la sécurité et la paix, un pacte de paix aux conditions qui furent de toute apparence désavantageuses pour les musulmans selon les normes de l’époque, pour ensuite rentrer chez lui sans accomplir les rituels du pèlerin.

Le Prophète, paix et bénédictions d’Allah soient sur lui, ne lança pas le slogan suivant : «La Grande Mosquée est en danger! », bien qu'elle fût sous le contrôle total des "infidèles" et que les musulmans fussent interdits d’y célébrer leur culte. Il n’ordonna pas aux musulmans à la Mecque de saisir toutes les occasions de tuer les infidèles, de les poignarder dans les marchés et les rues. Non, il accepta de bonne grâce que les musulmans souffrissent de l'oppression et la torture infligées par les infidèles en attendant que Dieu leur offrît un moyen de s’en sortir.

Lorsque Abraha était venu démolir la Ka’bah, Abd al-Muttalib, le grand-père du Prophète, paix et bénédictions de Dieu soient sur lui, avait dit aux habitants de la Mecque de ne pas résister à son armée – une armée à laquelle ils ne pouvaient se mesurer – et se rendit en personne auprès d’Abraha pour lui demander de restituer les chameaux que lui avait pris son armée aux alentours de la Mecque. A un Abraha perplexe devant ce comportement des plus inattendus, Abd al-Muttalib laissa sa phrase célèbre :

Je suis moi le seigneur des chameaux. Quant au Sanctuaire, il a un Seigneur Qui le protège. »

Cette position plut à Dieu et Il protégea Lui-même la Maison Sacrée.

Or, la Mosquée Al-Aqsa est encore entre les mains des musulmans, et ce, malgré l'occupation ; aussi ils continuent d’y prier. Bien que les visites de juifs à la Mosquée Al-Aqsa avec comme seul but la provocation gratuite ne peuvent être justifiées, il en va tout de même du devoir des musulmans de ne pas s’opposer en principe à ce que les Gens du Livre visitent cette mosquée. En effet, juifs et chrétiens entraient dans la Mosquée du Prophète, qui est plus sacrée encore que la Mosquée Al-Aqsa ; le Prophète, paix et bénédictions d’Allah soient sur lui, avait permis de surcroit aux chrétiens d’y offrir leurs prières, mettant sa mosquée entière à leur disposition. Quant aux juifs, ils y entraient toujours pour y rencontrer le Prophète, paix et bénédictions de Dieu soient sur lui.

Compte tenu des faits dont je parlais, je dis: Voilà la Sunnah (pratique) du Prophète, paix et bénédictions d’Allah soient sur lui, et voilà les positions qu’il avait prises. Quel rapport entre elles et les positions auxquelles d’aucuns appellent aujourd'hui? La provocation de troubles et l’incitation à jouer avec des vies humaines se conforment-elles aux positions prises par le Prophète, sur lui la paix et les bénédictions d’Allah, dans des circonstances similaires? Les chefs et leaders d'aujourd'hui ont-ils une foi égale à celle d’Abd al-Muttalib et donnent-ils la priorité à leur troupeau, à savoir, le peuple opprimé et écrasé, laissant la protection des maisons de Dieu à Dieu s’ils n’en sont pas capables eux-mêmes ?

En dépit de toutes les circonstances, par la grâce de Dieu Al-Aqsa est toujours une mosquée pour les musulmans, et les prières y ont encore lieu régulièrement.  Les visites devraient y être autorisées pour les juifs ou pour tout autre visiteur, à condition qu'ils ne perturbent pas les prières et ne cherchent pas à provoquer les gens. En effet, l’obstruction et l’interdiction d’accès est la marque des idolâtres et non la Sunnah du Prophète, paix et bénédictions de Dieu soient sur lui.

Ce qui vaut pour la Mosquée du Prophète s’applique automatiquement à la Mosquée Al-Aqsa, la deuxième étant inférieure à la première. Ce qui est autorisé par le Prophète, que la paix et bénédictions d’Allah soient sur lui, aucun musulman n'a le droit de l’empêcher ; et ce que le Prophète, paix et bénédictions d’Allah soient sur lui, a fait, aucun musulman n’a le droit d’en faire le contraire. C’est là l'islam juste.

Les agressions à l’arme blanche, les renversements délibérés par automobile et les actions similaires n’ont aucun rapport avec le vrai djihad islamique. Ce ne sont que des crimes terribles, des actes immoraux portant atteinte au saint nom de l’islam. En effet, l'islam ne permet aucun combat armé sauf entre les combattants dans une guerre officiellement déclarée, et les musulmans n’ont le droit ni de tuer ni de prendre des prisonniers que sur le champ de bataille.

Seigneur, réforme la nation de notre maître, le Prophète, paix soit sur lui ; ce qui est pour nous difficile est pour Toi facile.

Votre frère qui prie pour votre bien-être,

Muhammad Sharif Odeh

Amir de la Communauté Musulmane Ahmadiyya en Terre Sainte

le 11 octobre 2015.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre