Asif Arif
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2015

Taubira comparée à un singe : il faut que ces singeries s’arrêtent !

Les élus ont la langue qui se délie et cela part vraisemblablement dans tous les sens. On ne sait plus où est passée l’époque des grands orateurs républicains. Aujourd’hui, il semblerait que la politique se limite à plusieurs invectives ou injures à l’égard de différents ministres de notre gouvernement.

Asif Arif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les élus ont la langue qui se délie et cela part vraisemblablement dans tous les sens. On ne sait plus où est passée l’époque des grands orateurs républicains. Aujourd’hui, il semblerait que la politique se limite à plusieurs invectives ou injures à l’égard de différents ministres de notre gouvernement.

Encore une fois, c’est Christiane Taubira qui en fait les frais. Une élue municipale d’Indre-et-Loire lui lâche, non sans audace, une comparaison avec un singe. Outre l’aspect totalement déplacé de la remarque, cette dernière, à notre sens, amène deux choses qui sont contreproductives socialement, tout parti politique confondu.

Le discrédit des fonctions gouvernementales

Une telle comparaison, alors que l’on sait que la justice a donné raison à deux reprises à Christiane Taubira, est une offense aux fonctions gouvernementales. Ces coups portés à répétition à Christiane Taubira contribuent à plusieurs maux dans notre société : d’une part, le déliement de la langue et pas nécessairement dans le bon sens puisque de plus en plus de personnalités médiatiques ont des propos qui confinent, sinon épousent, le racisme.

Ensuite, ils appellent à la dégradation progressive de la valeur que l’on peut accorder aux fonctions régaliennes de notre pays. Ce permettre de faire une remarque raciste à une ministre qui représente la justice est une attaque qui ne peut que venir d’une personnalité politique sans moralité et sans une once de sens de la Raison au sens propre. Comment notre pays, se revendiquant des plus grands philosophes, peut aujourd’hui servir à ce point aux personnes déclinistes ? Comment peut-on encore aujourd’hui tolérer qu’une femme voilée soit harcelée par qu’elle pratique l’islam, qu’une ministre de la justice soit comparée à un singe parce qu’elle est noire ou encore qu’une personne soit qualifiée d’escroc parce que juif ?

La nécessité d’un plan de lutte contre les discriminations plus large

C’est pour cette raison, qu’en tant qu’acteurs du changement au sein du parti socialiste, nous poussons le gouvernement à ne plus hésiter à faire inscrire l’islamophobie dans les textes de lois. Notre force, à la Gauche, a toujours été d’être contre tous les comportements excessifs. Nous souhaitons et nous avons toujours été à l’avant-garde des questions relatives aux discriminations. Alors comment peut-on sincèrement resté passif face à une société qui sombre de plus en plus dans le discours facile et les parallèles fallacieux ?

Nous souhaitons désormais que l’on rehausse la teneur des débats à travers une vision intéressante et participative de la politique afin que l’on mette un terme au problème et pas que l’on pousse à en créer d’autres. Le grand plan de lutte contre les discriminations doit particulièrement appuyer sur les dérives des hommes politiques qui doivent être exemplaires en la matière. Après tout, c’est bien d’un mandat représentatif dont il s’agit. Alors pourquoi accorder une immunité à un mandataire alors que le mandant n’en a pas ?

PAR :

Asif Arif, Avocat au Barreau de Paris, Auteur, Enseignant en Libertés Publiques et Directeur de Cultures & Croyances, membre du ComEx Somouv' (Parti Socialiste)

ET :

Slimane Tirera, Coordinateur national des Maisons des Potes, Directeur Général de la Radio NewVO, Fondateur et membre du ComEx Somouv' (Parti Socialiste)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre