Béatitude et consternation à Strasbourg

Tout va bien, on inaugure, on fête et on se veut rassuré. Sauf que…

 

« C’est un scandale ». C’est comme un mot de passe qui circule. Du haut de leur nid douillet, un groupe d’ardents activistes de la cause Strasbourgeoise poussent des cris d’orfraie pour protester contre le bâillon condamnant au mutisme leur chef d’escadre et porte-voix, Henri Mathian, bénévole tous azimuts, avec une louable persévérance : il voulait prendre la parole lors de cette journée d’inauguration. Silence ! Quelques jours auparavant ce groupe encore plus étendu, s’était vertement érigé contre l’absence de Strasbourg sur la carte météorologique d’ Euronews. Pour faire plus lourd, on avait ajouté Luxembourg dans la récrimination, l’ Europe polycentrique y invitant.Mais  il  y a pire.

 

Harlem Désir inaugure.

C’est pourtant un presque tout nouveau venu ( malgré plusieurs mandats peu remarqués au Parlement) qui inaugure, en présence des officiels bien sûr car il est à présent Secrétaire d’Etat, en charge des Affaires Européennes et il tient à « assurer »Strasbourg de son puissant soutien. On commence modestement puis qui sait ? Il y sera observé de près, sûrement.

De l’autre côté, celui des  civils, des citoyens si on préfère, voilà qu’omniprésent pour tout ce  qui concerne l’Europe et surtout l’Europe à Strasbourg, Henri Mathian a dû se taire lors de l’inauguration de ce «  Lieu d’Europe » pour la réalisation duquel il a été, avec ses amis, un aiguillon tenace et efficace, donc  parfaitement respectable et honorable. Il s’agit en fait de la transformation-rénovation-extension d’une jolie villa bourgeoise, somme toute assez ordinaire et sans doute pour cette raison depuis quelque temps abandonnée et promue à présent à ce rang «  prestigieux » de «  Lieu d’Europe ». A défaut de sa disparition, il valait mieux en faire au moins çà, comme centre de documentation, un mini-lieu de rencontre et autres traditionnelles missions trop inertes  malheureusement car trop peu propices à des rencontres plus approfondies façon Erasmus. Trop audacieux peut-être ? Trop dangereusement festif ? Enfin c’est déjà çà.

 Il y avait d’autres visions, plus grandioses mais les précédentes municipalités n’y avaient  pas prêté davantage d’attention.

Ici, Roland Ries a été fidèle au projet et à l’ami disparu, Daniel Riot qui fut un grand, talentueux et intransigeant journaliste européen. Rare ! Là est le premier intérêt de ce billet car une salle de conférence portera son nom. A la tienne Daniel !

Pour le dévoué et bénévole Mathian comme ses camarades, tous bénévoles, craignait-on qu’, orateur intarissable, il en vienne,  en un propos de 3 minutes, à regretter l’exiguïté des lieux, leur décoration par exemple ou surtout à pousser l’ambition  vers de plus vastes horizons ? D’autres le firent évasivement à sa place, reconnaissant implicitement l’exiguïté des lieux. Mais un proverbe alsacien dit qu’il vaut mieux tenir un moineau dans la main qu’une colombe sur le toit

 Souverain, le maître de cérémonie a parlé et le protocole fait loi. « Eteignez les réverbères » ! Flashons ! M. H Désir est là pour inaugurer.

Plus grave : la télé  nationale règle un problème récurrent en 3 minutes.

En effet «  c’est un scandale » : Strasbourg encore une fois déclassée sur France3 ( Bruxelles) 

Cette fois  le scandale est bien plus percutant, plus douloureux et  dans le tohu-bohu général, il passe presque  inaperçu.

A quelques jours des élections ! Inconscient, incompétent ou coupable, ou pire encore volontaire ? Quelle idée ? Une désinformation de France 3 qui au plan national, à Paris(Bruxelles), n’a pas su ou cru bon de travailler avec les excellentes journalistes en poste à Strasbourg.

Qu’on en juge, aussi bien au siège du Parlement, qu’en Alsace, en France et en Europe : Il s’agit de 3 minutes de la 17° à la 20°. Regardez et ne souriez pas trop. L’info c’est aussi çà !

http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-3/soir-3/jt-grand-soir-3-jeudi-1-mai-2014_585113.html . ( On y est vite)

Et personne ne répond au plus perfide des Anglais « anti-strasbourg » Mc Millan Scott, qui peut « causer » comme çà tout seul « dans le poste », soutenu, malgré elle, « à l’insu de son plein gré » dans une  grave indigence politique par  une gentille alsacienne, vraisemblablement attachée parlementaire écologiste ou… ? Qu’en pense Sandrine Bélier ? Et bien sûr les « Parisiens », fussent-ils de Bordeaux ou de Tulle mais tous si proches de Bruxelles, ne réagissent pas, même si le sujet de sa majesté britannique parle un excellent français. Curieux. Enfin qu’on juge et que le cas échéant, on ne fasse plus semblant de s’offusquer dans le style «  un scandale éhonté, shoking ! ».

Le jeune  président de l’Association des Jeunes Entrepreneurs Européens, Pierre Loeb aurait-il, en vain, mis son talent, son temps, sa passion dans la cause strasbourgeoise et rétabli la vérité y compris comptable, devant tous les auditoires officiels y compris d’ailleurs sur France3 ? Il a produit un fascicule étoffé, (34 pages  grand format) sérieusement étayé par des données incontestables qui infirment point par point les affirmations de  l’Anglais qui affiche avec une superbe victorienne une mauvaise foi provocatrice.

Qui proteste au moins auprès d’une rédaction qui reste muette, perplexe, sans argument ? Les citoyens condamnés au silence comme Henri Mathian et ses amis, les journalistes et surtout les « politiques », les élus, qui?  Dans quelles eaux troubles croisent encore les frêles bâtiments de la « task force », s’ils existent, en principe constituée avec pour mission de couler tous ces lobbyistes menteurs ou au moins de les ramener dans leur base britannique, en cale sèche. On sait, les traités sont intangibles alors n’en parlons pas. Si on y croit, il faut que nos médias nationaux ( France 3) le sachent et le disent avec force.  

 

Et cette flottille d’auteurs en soutien de l’UE en danger.

 

A côté de çà, s’amoncellent dans les librairies des piles d’ouvrages, essais pédagogiques, analyses économiques ou politiques, plaidoyers ardents ou réquisitoires implacables…que peu d’électeurs lisent ou liront : il reste si peu de temps.

En tout cas, on ne devrait pas se passer de l’ouvrage du Pr. Michel Devoluy, «  Comprendre le débat européen »,véritable manuel à la fois d’initiation et de perfectionnement de la connaissance de l’aventure européenne .

Pas plus  que du livre de Jacques Schmitt soutenu par la plume et l’érudition de Martine Hiebel, un livre simple et ardent, informatif et affectif, en bref, osons le, un vibrant plaidoyer sous le titre :« S’engager pour l’Europe à Strasbourg. » Et bien plus loin.

Antoine Spohr.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.