Oui Robert Herrmann ! Qu’on vous entende partout

En cause en premier lieu les résultats, évidemment. On a titré « L’ombre du FN sur la Grande Région » (ACAL) dans les DNA. Oui, sombre nuage sur les urnes sauf pour les premiers placés qui jubilent. On doit les comprendre mais si on avait écrit « Flash éblouissant du FN sur l’ACAL » on aurait suggéré plus astucieusement le côté éphémère du premier tour pour être en mesure d’écrire lundi prochain

En cause en premier lieu les résultats, évidemment.  On a titré « L’ombre du FN sur la Grande Région » (ACAL) dans les DNA. Oui, sombre nuage sur les urnes sauf pour les premiers placés qui jubilent. On doit les comprendre mais si on avait écrit «  Flash éblouissant du FN sur l’ACAL » on aurait suggéré plus astucieusement le côté éphémère du premier tour pour être en mesure d’écrire lundi prochain «  Retour à un ciel encore nuageux mais serein ». Merci quand même aux DNA pour le beau travail.

Causes profondes et causes directes.

Procédons selon la méthode de nos bons vieux cours d’histoire bien qu’il soit de bon ton de refuser tout déterminisme. Mais ici, il s’agit d’une histoire encore courte ou malheureusement de prémices de suites plus lourdes.

En effet, les origines lointaines sont connues et décrites depuis des mois voire des années sans qu’on s’en alarme outre mesure, nulle part. Même les extrêmes populaires ou populistes se chevauchent souvent à présent. C’est donc la faute de la conjoncture, issue elle-même d’une longue théorie de conjonctures successives mais semblables. Donc là, on sait. Depuis longtemps.

Pour les causes immédiates ou structurelles, on sait aussi, au moins depuis la Réforme Territoriale, quelque peu bâclée ou trop vite ébauchée.

Grâce à la prime au premier ( +25%) peut-on pour six longues années, avec  un tiers des voix ( 36% à M. Philippot) voir un parti tenir fermement les rênes d’une Région face à une opposition majoritaire, certes éparse mais capable de se dresser unie si nécessaire.

Pour éviter les triangulaires qui favorisent encore le premier au second tour, on a recours au désistement ou à la fusion.

Le désistement pur et simple prôné par Bayrou et maintenant par les instances du PS a un prix  exorbitant : tous ces efforts des militants, leurs espérances, leur envie d’en découdre remis aux calendes grecques. Très, très dur, bien plus digne que le maintien à tout prix comme l’a préconisé, de son seul chef, Nicolas Sarkozy.

Reste  la fusion raisonnable, juste. 

Serait-ce le vent d’Est ou du Nord-Est venu « Outre-Rhin » qui dispense cette tentation de la cohabitation rendue là-bas quasiment nécessaire. Ici ce n’est même pas le cas.C’est ce que recommande Robert Herrmann, le président de l’Eurométropole, socialiste invétéré mais modéré et ouvert.  A la tête de l’Eurométropole, il a confié des vice-présidences et des présidences de commission à des élus de droite qu’il laisse effectivement travailler. Il les gratifie souvent d’un satisfecit élogieux et officiellement.

pb174166 pb174166

A Strasbourg, le maire Roland Ries, s’est comme à l’accoutumée rangé aux ordres du parti, i.e  retrait de M. Masseret qui, pour le moment, refuse. On pourrait lui dire « qui t'a fait sénateur et président » à la manière de Philippe Seguin qui asséna une semblable formule à Balladur, jadis candidat à la présidentielle contre Chirac.

Les  élus notables (parlementaires ou élus régionaux sortants ou départementaux) sont partagés mais pas inexpugnables, pas plus que ne l’est le maire qu’on sait homme de compromis. Le score du PS à Strasbourg est de 22,20 % soit plus de 6 points au-dessus de celui de Masseret dans la Grande Région. Il n’est donc pas  désavoué comme d’autres socialistes qui ne le méritent pas forcément.

 Masseret - on le surnommera peut-être «  le Vercingétorix de l’Est », mais on ne sait quelle Rome l’immortalisera  ni dans quel désagréments- n’est pas  absolument nécessaire à la victoire de  Philippe Richert mais serait rassurant par un désistement ou une fusion. Pour ce brave homme, intelligent peut-être aussi un peu franchouillard,  version « Alesia », une seule alternative : se désister, fusionner ou résister dans l’espoir de quelque glorieux bouclier.

Le résultat de l’alternative est très difficile :

- optimiste : si Richert l’emporte sans lui, il devient un allié opportun sans pouvoir car suspect.  En outre, nombre de ses électeurs lui en voudront de ne pas être dans les rangs des vainqueurs.

- défendable : Richert l’emporte avec lui : il partage la victoire «  à proportion » et le bonheur des militants est préférable à une morosité obligée de six ans ou à un autre refuge politique.

- pessimiste : avec son maintien en l’état, le FN l’emporte et  le président de la Région en est partiellement responsable. Politiquement mort. (Si çà existe).

A  un 15% des votes, il aurait alors fait pencher le balancier là où, en aucun cas il ne voulait qu’il aille. Cornélien !

Enfin les élus alsaciens et tous les frontaliers avec eux - non pas tous - connaissent les aléas insupportables du programme du FN. Les Alsaciens dans leur refus de la Réforme Territoriale ont fustigé tous les autres  partenaires, certes imposés, souvent avec le mépris du riche pour le pauvre. Philippe Richert  le paye  en nombre de voix  non quantifiables aujourd’hui, lui qui avait été très ouvert puis résigné (force reste à la loi).

La partie la plus stupide des Alsaciens l’avait «  coincé » dans des menaces contre l’identité alsaco-alsacienne qui n’existe pas au détriment de la belle Alsace, humaniste ( le mot ici n’est pas galvaudé gardant son sens  historique), celle d’Albert Schweitzer qui appartient à tous ou à personne mais qui existe. 

Alors que fait l’ex-président de la Région Lorraine ? Le «  Pauvre homme » de Tartuffe ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.