a.spohr
Professeur honoraire ( secondaire, supérieur, universités US; ancien journaliste de PQR.. Correspondant de presse
Abonné·e de Mediapart

132 Billets

7 Éditions

Billet de blog 26 févr. 2017

« Le pouvoir du geste » : une expo en hommage au Mime Marceau

Si « la parole est d’argent et ( que)le silence est d’or », on est loin aujourd’hui de respecter l’adage tant les bruits et vacarmes du monde moderne nous submergent et tout particulièrement dans le tohu-bohu des campagnes électorales. Alors chut ! Ecoutons le silence du Mime Marceau, l’un des génies de la pantomime.

a.spohr
Professeur honoraire ( secondaire, supérieur, universités US; ancien journaliste de PQR.. Correspondant de presse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une exposition sous le titre «  Le pouvoir du geste », rend hommage à cet art très ancien qui resurgit aujourd’hui sous des nouvelles formes ou s’immisce de plus en plus visiblement dans les autres arts.

 C’est donc à Strasbourg, sa ville natale que Marcel Mangel, le Mime Marceau, sera à l’honneur du 1° au 26 mars, 10 ans après sa mort et 70 ans après la création de Bip, l’inoubliable personnage qu’il présenta dans le monde entier.

L’étrange comédien et son travail reste au cœur et évidemment au centre de l’exposition, une première mondiale sur cet art insolite et quelque peu oublié.

Elle aura lieu  du  MERCREDI 1°MARS au DIMANCHE 26 MARS

                        A l’AUBETTE A STRASBOURG

Le tour en Huit modules

Pour la circonstance la grande salle  sera transformée en un labyrinthe égrenant 8 modules dont les thèmes et l’agencement ont  été imaginés et organisés par la commissaire de l’exposition Valérie Bochenek qui a travaillé avec Marcel Marceau. Faisons virtuellement le tour, au pas de charge, avant d’aller  y traîner gentiment la semaine prochaine.
On commence par une plongée dans le Strasbourg des années 20 (1). Le Mime y est né en 1923, vie paisible dans une famille juive, lycée Fustel de Coulanges, le cinéma muet et  le génial « Charlot », petite troupe de théâtre, vacances dans les Vosges…Heureux ! Puis c’est la guerre et les nazis. On imagine les malheurs qui attendent le jeune homme. On sait même…

Sur une scène de petit théâtre (2) on pourra voir un mime œuvrer  avec des procédés techniques en 3D, inédits et originaux, nous annonce le programme.

La science du geste (3) est en quelque sorte une histoire de cet art : Pierrot, la  Commédia dell’Arte. Il suffit d’évoquer quelques noms pour en deviner le contenu ( Debureau, Carné et Prévert, Chaplin, Laurel et Hardy , Buster Keaton et en France Jacques Tati, Pierre Etaix et tant d’autres.

On revient chez le Mime Marceau avec la création du personnage de Bip (4) au Théâtre de Poche à Paris le 22 mars 1947 et ses transformations du costume, de la dramaturgie, des accessoires…

Evidemment un aspect politique (5) opportun  ces temps-ci. Intéressant et discutable à l’envi . Mais pour autant l’Art du Geste s’internationalise (6) et c’est surtout le Français qui est l’ambassadeur de la culture française. Les influences et les héritages ( 7)de Marceau, Ducroux, Barrault qui inspirent le Butô au Japon, le Moonwalk de Michael Jackson, David Bowie, le HIP Hop…

Ne reste plus désormais qu’à s’initier  à l’art du geste (8) : les visiteurs seront invités à s’essayer à la pratique de quelques fondamentaux.

On ne coupera pas ici  à ce superbe texte poétique de Raymond Devos :

Il n’y a pas que les espaces verts

Qu’il faut protéger…

Les espaces vides aussi !

Parce que vous avez des artistes,

Les mimes en particulier,

Ils évoquent des figures…

Ils tracent des lignes comme çà…

Dans l’espace…

Et une fois que c’est terminé,

Ils saluent et ils sortent !

Et ils laissent toutes ces formes

Fictives flotter dans l’atmosphère !

« Il suffit pour çà d’un peu d’imagination » aurait ajouté Charles Trenet.

Antoine Spohr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua