ntorselli
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juin 2015

ntorselli
Abonné·e de Mediapart

Communiqué de l'assemblée des blessés suite au rapport de la Commission parlementaire menée après la mort de Rémi Fraisse

De la mort de Rémi Fraisse à l'interdiction de manifester, le cynisme des députés est sans limite.
Automne 2014 : Rémi Fraisse est tué par une grenade lancée par la gendarmerie à Sivens. Suite à ce drame, les manifestations organisées contre les violences policières sont férocement réprimées à Nantes, Toulouse ou Paris. Une commission d'enquête parlementaire concernant les « modalités du maintien de l'ordre » est lancée à l'initiative des écologistes.

ntorselli
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De la mort de Rémi Fraisse à l'interdiction de manifester, le cynisme des députés est sans limite.


Automne 2014 : Rémi Fraisse est tué par une grenade lancée par la gendarmerie à Sivens. Suite à ce drame, les manifestations organisées contre les violences policières sont férocement réprimées à Nantes, Toulouse ou Paris. Une commission d'enquête parlementaire concernant les « modalités du maintien de l'ordre » est lancée à l'initiative des écologistes.

Nous, membres de l'Assemblée des blessés, des familles et des collectifs contre les violences policières, avons demandé à être auditionnés par cette commission. Nous y sommes allés sans illusion, le 19 mars, constatant que la grande majorité des auditions se concentrait sur les revendications de la police et de sa hiérarchie, et non sur celle des victimes de violences policières.

Pendant des semaines, les forces de l'ordre ont été entendues, sans aucune contradiction, à l'Assemblée Nationale par des députés bienveillants. Pourtant cette commission était lancée suite à la mort d'un manifestant. Ce sont bien les manifestants, les supporters, les habitants des quartiers qui perdent des yeux ou la vie, dans le cadre d'opération de « maintien de l'ordre ». 

Ce 28 mai, la commission rend son rapport. Plutôt que de limiter les pouvoirs de la police, ces députés proposent de renforcer plus encore l'arsenal sécuritaire.

L'interdiction de manifester pour les individus considérés "suspects" dans la continuité directe de la loi de renseignement est à l'ordre du jour. Sur le terrain, les morts et mutilations risquent de se multiplier car les policiers seront amenés non seulement à faire des arrestations préventives d'individus jugés suspects, mais aussi à empêcher par la force les rassemblements interdits. Les dispositifs d'exception mis en place à Nantes ou Toulouse deviendraient  la norme.

Par ailleurs, le rapport prétend « limiter strictement » l'usage du flashball superpro.


Bonne nouvelle ? Non
, car cette ancienne génération de flashball peu précise est remplacée depuis 2007 par les Lanceurs de Balles de Défense – LBD40 – plus précis et plus puissants. Les LBD sont classés armes de catégorie A – arme à feu à usage militaire. Ces armes ont notamment mutilé 4 manifestants à Nantes ces dernières années. L'Etat ne restreint pas cet armement de la police, il le confirme, le renforce et le généralise !

La situation est très grave. Non seulement la police n'est pas désarmée ni punie mais des élus utilisent désormais la mort d'un manifestant pour tenter de légitimer encore davantage un dispositif policier militarisé. Cela est sans précédent. La commission a adopté un rapport tellement liberticide et répressif que son propre président a voté contre, ce qui constitue une grande première sous la Vème République !

Nous revendiquons plus que jamais l'interdiction des armes de guerre – type LBD et grenades.

Nous appelons celles et ceux qui refusent de vivre dans un État qui réduit les droits et les libertés, qui mutile et tue,  à s'organiser et lutter ensemble contre les graves dérives actuelles.

L'Assemblée des blessés, des familles et des collectifs contre les violences policières

29 mai 2015

Texte et vidéo de l'intervention de l'assemblée des blessées à la commission d'enquête parlementaire concernant les « modalités du maintien de l'ordre ».

https://collectif8juillet.wordpress.com/2015/06/01/intervention-de-lassemblee-des-blesses-lors-de-la-mission-denquete-parlementaire-sur-le-maintien-de-lordre/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot