ntorselli
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2015

L'assemblée des blessées devant une usine d'armement de la police et de la gendarmerie

Vendredi 23 octobre à Pont-de-Buis, dans le Finistère. Un an après la mort de Rémi Fraisse, l'Assemblée des blessées, des familles, des collectifs, contre les violences policières tiendra une conférence de presse devant l'usine d'armement Nobel Sport de Pont-de-Buis. Les mutilés au LBD se retrouveront devant les grilles de l'usine qui construit le projectile qui les a mutilés.

ntorselli
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vendredi 23 octobre à Pont-de-Buis, dans le Finistère. Un an après la mort de Rémi Fraisse, l'Assemblée des blessées, des familles, des collectifs, contre les violences policières tiendra une conférence de presse devant l'usine d'armement Nobel Sport de Pont-de-Buis. Les mutilés au LBD se retrouveront devant les grilles de l'usine qui construit le projectile qui les a mutilés.

L'assemblée des blessées. Elle regroupe plus d'une dizaine de blessés graves et mutilés par la police à l'aide de Flash-ball superpro, et surtout de LBD 40, dernière version plus puissante et précise de ce type d'arme.

Le Flash-ball superpro et le LBD 40. Depuis l'introduction de ces armes, il y a bientôt 20 ans, on recense plus de 40 blessés graves connus. La plupart ont perdu un œil ou la vue d'un œil. L'un d'entre eux est mort. Parmi eux, on compte des habitants des quartiers populaires, des manifestants, des supporters de football, des adultes, des adolescents, des enfants. Pour ne citer que les plus récents, le 14 juillet dernier, à Argenteuil, Amine, 14 ans a été gravement blessé aux testicules. Aux Ulis, Tarik, 26 ans, a été gravement blessé au front. Dans les Yvelines, un garçon de 16 ans, a eu la pommette ensanglantée. Le Flash-ball Superpro et le LBD 40 sont des armes mutilantes, parfois létales. Elles visent à terroriser la population et à punir toutes formes de révoltes et de résistances.

Rémi Fraisse. Ila été assassiné par la gendarmerie à l'aide d'une grenade offensive lors de la lutte contre le barrage de Sivens. Sa mort a occasionné trois mois de manifestations, mais aussi une répression sans précédent : interdiction de manifester, arrestations préventives, blessures, condamnations. La liberté de manifester qui est au même titre que la liberté d'expression, une liberté publique fondamentale, a largement été remise en cause par l'État lors de ce mouvement. Le 25 octobre 2015, une année sera écoulée depuis la mort de Rémi Fraisse.

L'usine d'armement Nobel Sport de Pont-de-Buis. Située dans le Finistère, elle fabrique des armes et des munitions pour la police et la gendarmerie française, mais aussi à destination d'autres forces répressives, à l'étranger. Comme le dit un habitant de Pont-de-Buis, quand une révolte explose quelque part dans le monde, l'usine passe aux « trois-huit » pour produire des armes en continu. La France, son gouvernement et ses industries, participent activement à la répression des mouvements sociaux de par le monde. Entre autres gadgets mortels et mutilants, Nobel Sport fabrique la balle Spartan LE-40, une munition de LBD 40 qui a mutilé beaucoup d'entre nous. En 2009, le PDG de l'entreprise se félicitait de pouvoir produire jusqu'à un million de pièces et de conquérir des marchés étrangers.

Un week-end d'actions et de discussions. Le 23, 24, 25 octobre se tiendra à Pont-de-Buis, un week-end d'actions et de discussions contre l'armement de la police. Aller à Pont-de-Buis, c'est s'attaquer à un maillon essentiel de la répression des mouvements sociaux en France et dans le monde. C'est refuser que la mort, la mutilation et la répression puisse être un business as usual.

L'assemblée des blessées participera et appelle à participer à ce week-end d'actions et de discussions. À l'occasion de la manifestation du vendredi 23 octobre, elle tiendra une conférence de presse devant les grilles de l'usine.

 Notre seule présence devant les grilles de cette usine classée Seveso suffira à bloquer la production.

Alors toutes et tous à Pont-de-Buis.

Le site dédié au week end : http://desarmonslapolice.noblogs.org/

Une vidéo d'appel : https://www.youtube.com/watch?v=dHkjIZav0n8

 Contact presse : Pour nous joindre par téléphone, veuillez envoyer un mail à cette adresse (assemblee.des.blesses@gmail.com) avec votre nom et numéro de téléphone. Nous ne manquerons pas de vous rappeler. Vous aussi appeler au 06 56 82 00 01.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli