ntorselli
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2015

ntorselli
Abonné·e de Mediapart

L'assemblée des blessées devant une usine d'armement de la police et de la gendarmerie

Vendredi 23 octobre à Pont-de-Buis, dans le Finistère. Un an après la mort de Rémi Fraisse, l'Assemblée des blessées, des familles, des collectifs, contre les violences policières tiendra une conférence de presse devant l'usine d'armement Nobel Sport de Pont-de-Buis. Les mutilés au LBD se retrouveront devant les grilles de l'usine qui construit le projectile qui les a mutilés.

ntorselli
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vendredi 23 octobre à Pont-de-Buis, dans le Finistère. Un an après la mort de Rémi Fraisse, l'Assemblée des blessées, des familles, des collectifs, contre les violences policières tiendra une conférence de presse devant l'usine d'armement Nobel Sport de Pont-de-Buis. Les mutilés au LBD se retrouveront devant les grilles de l'usine qui construit le projectile qui les a mutilés.

L'assemblée des blessées. Elle regroupe plus d'une dizaine de blessés graves et mutilés par la police à l'aide de Flash-ball superpro, et surtout de LBD 40, dernière version plus puissante et précise de ce type d'arme.

Le Flash-ball superpro et le LBD 40. Depuis l'introduction de ces armes, il y a bientôt 20 ans, on recense plus de 40 blessés graves connus. La plupart ont perdu un œil ou la vue d'un œil. L'un d'entre eux est mort. Parmi eux, on compte des habitants des quartiers populaires, des manifestants, des supporters de football, des adultes, des adolescents, des enfants. Pour ne citer que les plus récents, le 14 juillet dernier, à Argenteuil, Amine, 14 ans a été gravement blessé aux testicules. Aux Ulis, Tarik, 26 ans, a été gravement blessé au front. Dans les Yvelines, un garçon de 16 ans, a eu la pommette ensanglantée. Le Flash-ball Superpro et le LBD 40 sont des armes mutilantes, parfois létales. Elles visent à terroriser la population et à punir toutes formes de révoltes et de résistances.

Rémi Fraisse. Ila été assassiné par la gendarmerie à l'aide d'une grenade offensive lors de la lutte contre le barrage de Sivens. Sa mort a occasionné trois mois de manifestations, mais aussi une répression sans précédent : interdiction de manifester, arrestations préventives, blessures, condamnations. La liberté de manifester qui est au même titre que la liberté d'expression, une liberté publique fondamentale, a largement été remise en cause par l'État lors de ce mouvement. Le 25 octobre 2015, une année sera écoulée depuis la mort de Rémi Fraisse.

L'usine d'armement Nobel Sport de Pont-de-Buis. Située dans le Finistère, elle fabrique des armes et des munitions pour la police et la gendarmerie française, mais aussi à destination d'autres forces répressives, à l'étranger. Comme le dit un habitant de Pont-de-Buis, quand une révolte explose quelque part dans le monde, l'usine passe aux « trois-huit » pour produire des armes en continu. La France, son gouvernement et ses industries, participent activement à la répression des mouvements sociaux de par le monde. Entre autres gadgets mortels et mutilants, Nobel Sport fabrique la balle Spartan LE-40, une munition de LBD 40 qui a mutilé beaucoup d'entre nous. En 2009, le PDG de l'entreprise se félicitait de pouvoir produire jusqu'à un million de pièces et de conquérir des marchés étrangers.

Un week-end d'actions et de discussions. Le 23, 24, 25 octobre se tiendra à Pont-de-Buis, un week-end d'actions et de discussions contre l'armement de la police. Aller à Pont-de-Buis, c'est s'attaquer à un maillon essentiel de la répression des mouvements sociaux en France et dans le monde. C'est refuser que la mort, la mutilation et la répression puisse être un business as usual.

L'assemblée des blessées participera et appelle à participer à ce week-end d'actions et de discussions. À l'occasion de la manifestation du vendredi 23 octobre, elle tiendra une conférence de presse devant les grilles de l'usine.

 Notre seule présence devant les grilles de cette usine classée Seveso suffira à bloquer la production.

Alors toutes et tous à Pont-de-Buis.

Le site dédié au week end : http://desarmonslapolice.noblogs.org/

Une vidéo d'appel : https://www.youtube.com/watch?v=dHkjIZav0n8

 Contact presse : Pour nous joindre par téléphone, veuillez envoyer un mail à cette adresse (assemblee.des.blesses@gmail.com) avec votre nom et numéro de téléphone. Nous ne manquerons pas de vous rappeler. Vous aussi appeler au 06 56 82 00 01.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Deux magistrats sur #MeToo : « C’est un moment historique, il ne faut pas le rater »
Mediapart s’est entretenu avec un tandem qui a multiplié les innovations dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour Gwenola Joly-Coz, première présidente de la cour d’appel de Poitiers, et Éric Corbaux, procureur général, l’institution judiciaire a besoin de plus de moyens.
par Marine Turchi
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon
Journal
Les frappes aériennes russes contre les infrastructures : des crimes sans châtiment ?
Depuis le 24 février et l’invasion de l’Ukraine, les opérations aériennes russes interrogeaient les spécialistes par leur faible volume et leur apparente retenue. Mais depuis le 10 octobre, les choses ont brutalement changé. Quels sont les objectifs de l’armée russe et dans quelle mesure ces attaques constituent-elles des crimes contre l’humanité ? Une chronique de Cédric Mas, historien militaire.
par Cédric Mas

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Publicité : l'industrialisation de la manipulation
On lit souvent que la pub « nous manipule », mais qu'est-ce que ça veut dire ? Le débat à ce sujet se réduit souvent à l'alternative entre liberté absolue ou déterminisme fatal. À la veille du Black Friday, un évènement reposant entièrement sur la pub pour exister, il faut analyser en détail les techniques de discours manipulatoire, leurs usages en publicité et leurs effets sociaux.
par Résistance Agression Pub
Billet de blog
Voilà ce qu’il va se passer avec vos achats du Black Friday
Vendredi, c’est le Black Friday, et vous allez être tenté d’acheter de nouveaux vêtements. Et on vous comprend : c’est difficile de résister à ce t-shirt bon marché qui vous fait de l'œil et qui est soudainement à - 70%. Avant de faire quelque chose que vous allez sûrement regretter, on doit vous dire ce qui risque de se passer avec votre t-shirt.
par StopFastFashion
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis