ntorselli
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2015

L'assemblée des blessées devant une usine d'armement de la police et de la gendarmerie

Vendredi 23 octobre à Pont-de-Buis, dans le Finistère. Un an après la mort de Rémi Fraisse, l'Assemblée des blessées, des familles, des collectifs, contre les violences policières tiendra une conférence de presse devant l'usine d'armement Nobel Sport de Pont-de-Buis. Les mutilés au LBD se retrouveront devant les grilles de l'usine qui construit le projectile qui les a mutilés.

ntorselli
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vendredi 23 octobre à Pont-de-Buis, dans le Finistère. Un an après la mort de Rémi Fraisse, l'Assemblée des blessées, des familles, des collectifs, contre les violences policières tiendra une conférence de presse devant l'usine d'armement Nobel Sport de Pont-de-Buis. Les mutilés au LBD se retrouveront devant les grilles de l'usine qui construit le projectile qui les a mutilés.

L'assemblée des blessées. Elle regroupe plus d'une dizaine de blessés graves et mutilés par la police à l'aide de Flash-ball superpro, et surtout de LBD 40, dernière version plus puissante et précise de ce type d'arme.

Le Flash-ball superpro et le LBD 40. Depuis l'introduction de ces armes, il y a bientôt 20 ans, on recense plus de 40 blessés graves connus. La plupart ont perdu un œil ou la vue d'un œil. L'un d'entre eux est mort. Parmi eux, on compte des habitants des quartiers populaires, des manifestants, des supporters de football, des adultes, des adolescents, des enfants. Pour ne citer que les plus récents, le 14 juillet dernier, à Argenteuil, Amine, 14 ans a été gravement blessé aux testicules. Aux Ulis, Tarik, 26 ans, a été gravement blessé au front. Dans les Yvelines, un garçon de 16 ans, a eu la pommette ensanglantée. Le Flash-ball Superpro et le LBD 40 sont des armes mutilantes, parfois létales. Elles visent à terroriser la population et à punir toutes formes de révoltes et de résistances.

Rémi Fraisse. Ila été assassiné par la gendarmerie à l'aide d'une grenade offensive lors de la lutte contre le barrage de Sivens. Sa mort a occasionné trois mois de manifestations, mais aussi une répression sans précédent : interdiction de manifester, arrestations préventives, blessures, condamnations. La liberté de manifester qui est au même titre que la liberté d'expression, une liberté publique fondamentale, a largement été remise en cause par l'État lors de ce mouvement. Le 25 octobre 2015, une année sera écoulée depuis la mort de Rémi Fraisse.

L'usine d'armement Nobel Sport de Pont-de-Buis. Située dans le Finistère, elle fabrique des armes et des munitions pour la police et la gendarmerie française, mais aussi à destination d'autres forces répressives, à l'étranger. Comme le dit un habitant de Pont-de-Buis, quand une révolte explose quelque part dans le monde, l'usine passe aux « trois-huit » pour produire des armes en continu. La France, son gouvernement et ses industries, participent activement à la répression des mouvements sociaux de par le monde. Entre autres gadgets mortels et mutilants, Nobel Sport fabrique la balle Spartan LE-40, une munition de LBD 40 qui a mutilé beaucoup d'entre nous. En 2009, le PDG de l'entreprise se félicitait de pouvoir produire jusqu'à un million de pièces et de conquérir des marchés étrangers.

Un week-end d'actions et de discussions. Le 23, 24, 25 octobre se tiendra à Pont-de-Buis, un week-end d'actions et de discussions contre l'armement de la police. Aller à Pont-de-Buis, c'est s'attaquer à un maillon essentiel de la répression des mouvements sociaux en France et dans le monde. C'est refuser que la mort, la mutilation et la répression puisse être un business as usual.

L'assemblée des blessées participera et appelle à participer à ce week-end d'actions et de discussions. À l'occasion de la manifestation du vendredi 23 octobre, elle tiendra une conférence de presse devant les grilles de l'usine.

 Notre seule présence devant les grilles de cette usine classée Seveso suffira à bloquer la production.

Alors toutes et tous à Pont-de-Buis.

Le site dédié au week end : http://desarmonslapolice.noblogs.org/

Une vidéo d'appel : https://www.youtube.com/watch?v=dHkjIZav0n8

 Contact presse : Pour nous joindre par téléphone, veuillez envoyer un mail à cette adresse (assemblee.des.blesses@gmail.com) avec votre nom et numéro de téléphone. Nous ne manquerons pas de vous rappeler. Vous aussi appeler au 06 56 82 00 01.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica