Assia Boudhar
Journaliste étudiante en formation au CELSA
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 janv. 2020

Retraites: Berger exige des "assurances" avant de discuter financement.

En amont de la conférence de financement de la réforme des retraites qui s'ouvrira jeudi matin au Conseil économique, social et  environnemental (CESE), le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a exigé mercredi des "assurances" du gouvernement sur la prise en compte de certaines revendications sociales, notamment sur la reconnaissance des critères de "pénibilité".

Assia Boudhar
Journaliste étudiante en formation au CELSA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© William Stevens

 Lors de la conférence de presse de la CFDT du mercredi 29 janvier,  Laurent Berger a souligné la nécessité d'incorporer au projet de réforme des retraites des éléments de "justice social" face à "l'extrême fragilité du pays" et à un "sentiment de défiance" face au gouvernement.

La CFDT a illustré sa volonté de justice sociale au travers d'une quarantaine d'amendements que le syndicat proposera aux députés, dans le cadre du débat du projet de loi qui débutera le 3 février.

Parmi ces amendements, la CFDT propose un "minimum de pension" solidaire, dont le montant sera supérieur à mille euros, mais également celle d'une " majoration forfaitaire" de la pension accordée pour chaque enfant, de l'ordre de 5% pour le premier et de 17% au troisième enfant, et non calculée sur la rémunération. Une mesure qui permettrait selon le syndicat de "mieux circonscrire le risque que cette bonification soit affectée au père, dont la rémunération est souvent la plus élevée" et de promouvoir une égalité homme-femme face aux régimes de retraite.

Enfin, le syndicat a évoqué la nécessité d'une "liberté de choix" qui viserait à faciliter une retraite plus progressive des salariés, ainsi que des systèmes de retraite plus autonomes. Des mesures "nécessaires pour dépasser les simples déclarations d'intention et renouer la confiance" selon la CFDT.

Laurent Berger a par ailleurs souligné la nécessité de faire reconnaitre les critères de pénibilité de certaines professions par le gouvernement. Ainsi, la CFDT exige la prise en compte de 10 facteurs de pénibilité, dont 4 avaient été exclus en 2017, comprenant des risques ergonomiques (manutentions manuelle de charge, postures pénibles, vibrations mécaniques) ainsi que des risques chimiques.

A ce titre, le syndicaliste a appelé le gouvernement à prendre en considération l'évolution du monde professionnel afin de "consolider les systèmes collectifs" et de "mieux comprendre les parcours professionnels individuels", notamment sur des questions de la pénibilité du travail ou encore de l'impact de la parentalité partagé sur les femmes. 

Le secrétaire général de la CFDT est également revenu sur le coût des 12 milliards prévu dans le cadre du financement de la réforme, sur lequel il exige que le gouvernement fasse "la transparence financière la plus totale", de même que sur les chiffres cités dans son étude d'impact, afin de "permettre un diagnostic partagé, une capacité d'expertise indépendante, une évaluation claire de chaque mesure et de chaque proposition". 

Enfin, Laurent Berger a affirmé que le compromis atteint par le gouvernement lors de la conférence de financement de demain "ne doit pas reposer sur une demande d'efforts des salariés" afin de ne pas faire porter la charge du financement que sur les travailleurs, et au travers d'une seule mesure - l'âge d'équilibre".

La CFDT a assuré qu'elle préconisera "un cocktail de mesure afin de mettre tout le monde face à ses responsabilités, y compris les employeurs publics et privés, avec comme seul prisme d'évaluation des solutions, la garantie apportée aux citoyens sur la pérennité du système de retraite, la justice sociale et l'intérêt général".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP