Aluminium & vaccins: les médias doivent se baser sur des études scientifiques solides

Dans son JT de 20h du samedi 2 janvier 2021, TF1 a traité le sujet « vaccination ». Alors même que les vaccins distribués en Europe ne contiennent pas d’aluminium à ce jour, un petit couplet sur cet adjuvant vaccinal est venu se mélanger aux « infox » dénoncées par la chaîne. Malheureusement, la journaliste a relayé elle-même une information fausse...

ALUMINIUM & VACCINS : LES MÉDIAS DOIVENT SE BASER
SUR DES ÉTUDES SCIENTIFIQUES SOLIDES

Dans son journal de 20h du samedi 2 janvier 2021, TF1 a traité le sujet “vaccination”. Alors même que les vaccins distribués en Europe ne contiennent pas d’aluminium à ce jour, un petit couplet sur cet adjuvant vaccinal est venu se mélanger aux « infox » dénoncées par la chaîne.

Malheureusement, la journaliste a relayé elle-même une information fausse, en affirmant que « les doses d'aluminium sont très faibles dans les vaccins et l'aluminium est éliminé de la même manière que celui contenu dans nos aliments ». Ses sources ? Stéphane Paul, immunologiste au CHU de Saint-Étienne et membre du comité vaccin covid-19, et le site d’information Infovac.

Il s’agit d’une affirmation sans preuves, que nous contestons en nous appuyant non pas sur des “on-dit”, mais sur des publications scientifiques parues dans des revues à comités de lecture.

2-lapins-seringue03

Les Académies de médecine et de pharmacie citent deux études pour soutenir la thèse de la bonne tolérance de l’adjuvant aluminium, et leur contenu laisse pantois :

  • Flarend (1997) : L’adjuvant aluminium est injecté à 4 lapins, et seulement 4 lapins (2 pour l’hydroxyde d’aluminium et 2 pour le phosphate d’aluminium). Au bout d’un mois, seul 6% de l’aluminium est éliminé par les urines chez les lapins ayant reçu l’hydroxyde d’aluminium et 22% chez les lapins ayant reçu le phosphate d’aluminium. 94% de l’hydroxyde d’aluminium (adjuvant utilisé dans la majorité des vaccins notamment pédiatriques) n’est pas éliminé de l’organisme un mois après la vaccination, alors que Flarend conclue de manière malhonnête : « cette étude a démontré que les mécanismes in vivo sont capables d’éliminer les adjuvants aluminiques après injection intra-musculaire » !
  • Mitkus (2011) : étude théorique s’appuyant sur les conclusions erronées de l’étude expérimentale de Flarend.

Ces 2 études à la rigueur défaillante sont la seule base scientifique d’organismes tels que les Académies de médecine et de pharmacie et Infovac. Leurs conclusions sont reprises par de nombreux leaders d’opinion, puis admises comme vérité scientifique par les institutions sanitaires (Haut Conseil de Santé Publique, ANSM et ministère de la santé) et la grande majorité des médias.

Face à cette désinformation devenue institutionnelle, il est nécessaire de rappeler les données scientifiques sur le devenir de l’aluminium, selon qu’il est ingéré ou injecté : une dose orale d'aluminium devrait être environ 1 million de fois supérieure à la dose vaccinale pour induire le même niveau d'aluminium dans les cellules phagocytaires (voir la démonstration rigoureuse et référencée en fin d’article).

Cette désinformation, cette malhonnêteté scientifique et intellectuelle pourrait-elle s’expliquer par les nombreux liens d’intérêts de la Pr C.A. Siegrist, fondatrice d’Infovac et titulaire de la Chaire de vaccinologie à l’Université de Genève, avec l’industrie pharmaceutique ? 

Nous ne pouvons que conseiller aux journalistes et aux citoyens qui souhaitent vraiment approfondir ce sujet de regarder les vidéos du « Docteur Zet ». Ce médecin généraliste était convaincu que l’adjuvant aluminique ne posait pas de problème. Par goût de la zététique (l'art de faire la différence entre ce qui relève de la science et ce qui relève de la croyance), il a décidé d’étudier de manière exhaustive les données scientifiques publiées. Ce travail lui a pris deux années. Il a alors compris à quel point il se trompait, à quel point on nous trompait. Il a décidé de partager avec nous sa démarche et de nous rendre accessibles les données scientifiques les plus récentes sur la toxicité de l’aluminium vaccinal, démontrant au passage les graves lacunes des études Flarend et Mitkus. Il invite chacun à cesser de croire, et à s’appuyer sur la science :

 

POUR EN SAVOIR PLUS

Le documentaire de Marie-Ange Poyet : L’aluminium, les vaccins et les 2 lapins...

*  La vidéo d’Hypatie sur les dangers de l’aluminium vaccinal : L’ALU TOTAL 

*  La brochure à l’attention des médecins généralistes : Adjuvants aluminiques et troubles du neurodéveloppement - État des lieux des connaissances

*  La dernière publication des Pr Gherardi et Authier et de la Dr Crépeaux (2019) : V° anglaise ou française



Modalités de distribution de l’aluminium, selon qu’il est ingéré ou injecté

Ingestion d’aluminium : en cas de barrière intestinale saine, 99,7% de l’aluminium est éliminé dans les fèces et seulement 0,3% peut traverser la barrière intestinale, sous forme atomique [et se lier à des transporteurs comme la transferrine, l’albumine, et le citrate].
Ensuite 0,2% est rapidement éliminé dans les urines (Fatemi 1991[1]; Priest 1995[2]) et les 0,1% restants sont répartis dans tout le corps.
Il convient de noter que les espaces corporels comprennent 41% de cellules (au nombre de 35 milliards) et 59% d’espaces extracellulaires (Freitas 1999
[3]). Le dépôt préférentiel d'aluminium se produit dans la matrice extracellulaire osseuse, mais d'autres organes peuvent présenter des dépôts, principalement des dépôts extracellulaires (Mirza 2016[4]).
L'intoxication peut survenir sur le long terme, en particulier en cas de combinaison d'un apport élevé d’aluminium avec une altération de la barrière intestinale ou une insuffisance rénale.

Injection d’hydroxyde d'aluminium : contrairement à l’ingestion d’aluminium, 100% de la dose adjuvante initiale traverse la barrière naturelle avec l'aiguille et atteint le milieu interne. L'aluminium est sous une forme particulaire peu soluble (Mold 2016[5]). 6% de l’aluminium injecté est éliminé dans les urines après 28 jours (Flarend, 1997[6]), les 94% restants étant capturés avidement par les cellules immunitaires appelées macrophages et transportés vers les organes lymphoïdes éloignés et le cerveau où les particules d’aluminium sont principalement localisées dans les cellules de l’immunité (Khan 2013[7]).
Ainsi, contrairement à l’aluminium ingéré, très peu de l’aluminium injecté se diffuse dans les espaces extracellulaires, la plus grande partie étant sélectivement et fortement concentrée dans une petite fraction des cellules phagocytaires (l’un des 200 types de cellules représentant environ 3% du poids du corps – Lee 1993
[8]). Cette incorporation dans les cellules phagocytaires induit une survie cellulaire à long terme (Hamilton 2000[9]) et entrave la solubilisation des particules (Gherardi 2015[10]). Elle permet les effets adjuvants immunologiques puissants de l'hydroxyde d'aluminium injecté (Morefield 2005[11]), l'activation des cellules immunitaires dans les organes distants (Wang 2012[12]) et le transfert de matière intercellulaire vers un vaste réseau de cellules présentatrices d'antigènes (Carbone 2004[13]).
Si l'on estime que l'espace de diffusion d'un adjuvant injecté localement sous forme intramusculaire peut difficilement dépasser 1% du poids corporel avant la solubilisation de la particule, un calcul approximatif indique qu'une dose orale d'aluminium devrait être environ 1 million de fois supérieure à la dose vaccinale pour induire le même niveau d'aluminium dans les cellules phagocytaires.

En conclusion, les toxicologues spécialisés en aluminium savent maintenant que la comparaison des propriétés toxicologiques de différentes formes d’aluminium (solubles et particulaires) administrées par différentes voies (orale et intramusculaire) est incorrecte et, par conséquent, inadmissible (Willhite 2014[14]).

[1] Fatemi SJA, Kadir FHA, Moore GR. Aluminium transport in blood serum. Binding of aluminium by human transferrin in the presence of human albumin and citrate. Biochem. J; 1991,. 280: 527-532

[2] Priest ND, Newton D, Day JP, Talbot RJ, Warner AJ, Human metabolism of aluminium-26 and gallium-67 injected as citrates. Hum. Exp. Toxicol. 1995; 14: 287–93

[3] Freitas RA Jr. Nanomedicine, Volume I: Basic Capabilities, Landes Bioscience, Georgetown, TX, 1999

[4] Mirza et al. The Identification of Aluminum in Human Brain Tissue Using Lumogallion and Fluorescence MicroscopyJ Alzheimers Dis. 2016; 54(4): 1333–1338

[5] M. Mold, E. Shardlow, C. Exley, Insight into the cellular fate and toxicity of aluminium adjuvants used in clinically approved human vaccinations, Sci. Rep. 6 (2016) 31578, , http://dx.doi.org/10.1038/srep31578

[6] Flarend RE, Hem SL,White JL, et al. In vivo absorption of aluminium containing vaccine adjuvants using 26 Al. Vaccine 1997;15(12113): 1314-8

[7] Khan Z, Combadiere C, Authier FJ, Itier V, Lux F, Exley C, et al. Slow CCL2-dependent translocation of biopersistent particles from muscle to brain. BMC Med 2013;11:99

[8] Lee GR, Bithell TC, Foerster J, Athens JW, Lukens JN, eds., Wintrobe's Clinical Hematology, Ninth Edition, Lea & Febiger, Philadelphia PA, 1993

[9] Hamilton JA, Byrne R, Whitty G: Particulate adjuvants can induce macrophage survival, DNA synthesis, and a synergistic, proliferative response to GM-CSF and CSF-1. J Leukoc Biol 2000, 67:226–232

[10] Gherardi RK, Eidi H, Crépeaux G, Authier  FJ, Cadusseau J. 2015. Biopersistence and brain translocation of aluminum adjuvants of vaccines. Front. Neurol. 6, 4.

[11] Morefield GL, Sokolovska A, Jiang D,  HogenEsch H,  Robinson JP, Hem SL. Role of aluminum-containing adjuvants in antigen internalization by dendritic cells in vitro, Vaccine 2005, 23:1588–1595

[12] Wang XY, Yao X, Wan YM, Wang B, Xu JQ, Wen YM: Responses to multiple injections with alum alone compared to injections with alum adsorbed to proteins in mice. Immunol Lett 2012, 149:88-92

[13] Carbone FR, Belz GT, Heath WR: Transfer of antigen between migrating and lymph node-resident DCs in peripheral T-cell tolerance and immunity. Trend Immunol 2004, 25:655-658

[14] Willhite CC, Karyakina NA, Yokel RA, et al. Systematic review of potential health risks posed by pharmaceutical, occupational and consumer exposures to metallic and nanoscale aluminum, aluminum oxides, aluminum hydroxide and its soluble salts. Crit Rev Toxicol 2014;44(4):1-80



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.