Association Pleine Mer
Association pour une pêche équitable
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 févr. 2020

L'association Pleine Mer publie une carte des circuits courts de la filière pêche

Cette carte des circuits courts de la filière pêche permet aux pêcheurs et aux consommateurs de poisson de mieux se connaître afin de s'engager ensemble pour une pêche équitable.

Association Pleine Mer
Association pour une pêche équitable
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous avons publié lundi 10 février les résultats du projet « Pêche locale » : une cartographie des circuits courts de la filière pêche qui vous permet d’être en contact direct avec les pêcheurs qui vendent leur poisson sur le littoral français :

https://associationpleinemer.com/cartographie-des-circuits-courts-dans-la-peche/

Le principe est très simple : que vous habitiez sur le littoral ou que vous y veniez en vacances, vous trouverez les pêcheurs qui pratiquent la vente directe près de chez vous ! Cliquez sur le repère du port le plus proche, il vous renvoie directement à une page dédiée, vous donnant toutes les informations que vous devez savoir sur la pêche locale dans les environs. Il n’a jamais été aussi simple de consommer du poisson local : vous connaissez les lieux de vente, les horaires, les espèces, les engins utilisés pour capturer votre poisson, et même le nom des bateaux et des pêcheurs que vous rencontrerez ! Vous n’avez plus qu’à choisir l’option la plus adaptée et vous rendre sur place pour acheter des produits de la mer en direct des étals et des  quais … et pourquoi pas vous inscrire dans une AMAP poisson !

Ce projet nous a permis de rencontrer des centaines de pêcheurs qui ont tous soulevé l’idée suivante : « un pêcheur qui valorise mieux son poisson aura moins besoin de sortir en mer, ce qui protégera la ressource marine ». La démarche des circuits courts permet ainsi de créer un véritable contrat de soutien mutuel entre le pêcheur qui valorise son poisson à un prix juste, et le consommateur qui connait l'origine du produit et a la possibilité de mieux appréhender les problématiques complexes du système pêche. En effet, cet outil est loin d’être une plateforme pour « uberiser la pêche ». Au contraire, notre philosophie est celle des « community supported fisheries » (pêcheries soutenues par la communauté) concept sur lequel nous travaillons avec nos partenaires comme le réseau URGENCI ou l’association NAMA : les circuits courts sont une merveilleuse occasion pour le citoyen de mieux comprendre les dynamiques complexes du système pêche afin de s’engager aux côtés des pêcheurs pour une pêche durable. C’est pourquoi, en lien avec cette cartographie, nous invitons les citoyens qui souhaitent soutenir une pêche locale à rejoindre l’aventure en remplissant le formulaire suivant :

https://forms.gle/rvDpRu9q4JAFK5Qn7

En plus des 30 000 vues sur notre site internet cette semaine, nous avons déjà reçu des dizaines de réponses sur ce formulaire et à la lecture, il est clair que les consommateurs français souhaitent s'engager pour une pêche locale ! Cet engagement prend des formes diverses. Selon nous, la première étape est l'information : de nombreux citoyens français connaissent peu les problématiques de la filière pêche, et c'est au contact du pêcheur que le citoyen en apprendra le plus. En effet, la société civile et le milieu de la pêche sont souvent considérés comme des milieux en conflit, conflit cristallisé par une dialectique  qui amalgame parfois pêche et destruction des écosystèmes marins. La réalité est beaucoup plus complexe : la société civile et les pêcheurs sont souvent deux milieux de cultures très différentes, et c'est le rôle de Pleine Mer de créer du lien entre des personnes qui souhaitent travailler ensemble à la transition vers une pêche durable. 

Ainsi, nous proposons aux citoyens et aux pêcheurs de créer des groupes locaux qui peuvent prendre des formes diverses : une AMAP pour permettre au pêcheur de valoriser son poisson à un prix juste, un collectif qui travaille avec les élus locaux afin de favoriser la vente directe via un travail de plaidoyer, ou encore un groupe de veille qui produise un travail de recherche sur les menaces qui pèsent localement sur l'écosystème marin : pollution urbaine, projet de développement etc. En effet, un système alimentaire durable passe par un contrôle des citoyens sur la nourriture qu'ils consomment, mais aussi par l'investissement des citoyens dans la préservation des écosystèmes qui permettent la production alimentaire. C'est le concept de souveraineté alimentaire : on ne peut pas demander aux pêcheurs d'améliorer leurs méthodes de pêche tout en laissant la spéculation immobilière ronger le littoral. 

Cet investissement citoyen prend tout son sens à l’approche des élections municipales : bien que la gestion des pêches se décide au niveau européen, les circuits courts dépendent des collectivités locales et en particulier des municipalités.  Ainsi, soutenir une pêche équitable passe aussi par un engagement auprès des élus locaux. Ainsi, Pleine Mer travaille actuellement avec les pêcheurs et les consommateurs afin de produire une liste d’engagements pour la pêche locale. Ces engagements seront publiés la semaine prochaine et nous ferons pression sur les listes électorales du littoral afin qu'elles s'engagent à respecter la volonté des citoyens et mettent en oeuvre les ressorts politiques nécessaires au développement d'une pêche équitable. 

Alors n’hésitez plus, rejoignez l’aventure et engagez vous pour une pêche locale !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique