L'association Pleine Mer publie une carte des circuits courts de la filière pêche

Cette carte des circuits courts de la filière pêche permet aux pêcheurs et aux consommateurs de poisson de mieux se connaître afin de s'engager ensemble pour une pêche équitable.

Nous avons publié lundi 10 février les résultats du projet « Pêche locale » : une cartographie des circuits courts de la filière pêche qui vous permet d’être en contact direct avec les pêcheurs qui vendent leur poisson sur le littoral français :

https://associationpleinemer.com/cartographie-des-circuits-courts-dans-la-peche/

Le principe est très simple : que vous habitiez sur le littoral ou que vous y veniez en vacances, vous trouverez les pêcheurs qui pratiquent la vente directe près de chez vous ! Cliquez sur le repère du port le plus proche, il vous renvoie directement à une page dédiée, vous donnant toutes les informations que vous devez savoir sur la pêche locale dans les environs. Il n’a jamais été aussi simple de consommer du poisson local : vous connaissez les lieux de vente, les horaires, les espèces, les engins utilisés pour capturer votre poisson, et même le nom des bateaux et des pêcheurs que vous rencontrerez ! Vous n’avez plus qu’à choisir l’option la plus adaptée et vous rendre sur place pour acheter des produits de la mer en direct des étals et des  quais … et pourquoi pas vous inscrire dans une AMAP poisson !

Ce projet nous a permis de rencontrer des centaines de pêcheurs qui ont tous soulevé l’idée suivante : « un pêcheur qui valorise mieux son poisson aura moins besoin de sortir en mer, ce qui protégera la ressource marine ». La démarche des circuits courts permet ainsi de créer un véritable contrat de soutien mutuel entre le pêcheur qui valorise son poisson à un prix juste, et le consommateur qui connait l'origine du produit et a la possibilité de mieux appréhender les problématiques complexes du système pêche. En effet, cet outil est loin d’être une plateforme pour « uberiser la pêche ». Au contraire, notre philosophie est celle des « community supported fisheries » (pêcheries soutenues par la communauté) concept sur lequel nous travaillons avec nos partenaires comme le réseau URGENCI ou l’association NAMA : les circuits courts sont une merveilleuse occasion pour le citoyen de mieux comprendre les dynamiques complexes du système pêche afin de s’engager aux côtés des pêcheurs pour une pêche durable. C’est pourquoi, en lien avec cette cartographie, nous invitons les citoyens qui souhaitent soutenir une pêche locale à rejoindre l’aventure en remplissant le formulaire suivant :

https://forms.gle/rvDpRu9q4JAFK5Qn7

En plus des 30 000 vues sur notre site internet cette semaine, nous avons déjà reçu des dizaines de réponses sur ce formulaire et à la lecture, il est clair que les consommateurs français souhaitent s'engager pour une pêche locale ! Cet engagement prend des formes diverses. Selon nous, la première étape est l'information : de nombreux citoyens français connaissent peu les problématiques de la filière pêche, et c'est au contact du pêcheur que le citoyen en apprendra le plus. En effet, la société civile et le milieu de la pêche sont souvent considérés comme des milieux en conflit, conflit cristallisé par une dialectique  qui amalgame parfois pêche et destruction des écosystèmes marins. La réalité est beaucoup plus complexe : la société civile et les pêcheurs sont souvent deux milieux de cultures très différentes, et c'est le rôle de Pleine Mer de créer du lien entre des personnes qui souhaitent travailler ensemble à la transition vers une pêche durable. 

Ainsi, nous proposons aux citoyens et aux pêcheurs de créer des groupes locaux qui peuvent prendre des formes diverses : une AMAP pour permettre au pêcheur de valoriser son poisson à un prix juste, un collectif qui travaille avec les élus locaux afin de favoriser la vente directe via un travail de plaidoyer, ou encore un groupe de veille qui produise un travail de recherche sur les menaces qui pèsent localement sur l'écosystème marin : pollution urbaine, projet de développement etc. En effet, un système alimentaire durable passe par un contrôle des citoyens sur la nourriture qu'ils consomment, mais aussi par l'investissement des citoyens dans la préservation des écosystèmes qui permettent la production alimentaire. C'est le concept de souveraineté alimentaire : on ne peut pas demander aux pêcheurs d'améliorer leurs méthodes de pêche tout en laissant la spéculation immobilière ronger le littoral. 

Cet investissement citoyen prend tout son sens à l’approche des élections municipales : bien que la gestion des pêches se décide au niveau européen, les circuits courts dépendent des collectivités locales et en particulier des municipalités.  Ainsi, soutenir une pêche équitable passe aussi par un engagement auprès des élus locaux. Ainsi, Pleine Mer travaille actuellement avec les pêcheurs et les consommateurs afin de produire une liste d’engagements pour la pêche locale. Ces engagements seront publiés la semaine prochaine et nous ferons pression sur les listes électorales du littoral afin qu'elles s'engagent à respecter la volonté des citoyens et mettent en oeuvre les ressorts politiques nécessaires au développement d'une pêche équitable. 

Alors n’hésitez plus, rejoignez l’aventure et engagez vous pour une pêche locale !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.