Association Pleine Mer
Association pour une pêche équitable
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2020

Coronavirus et effondrement des prix: pour une pêche résiliente!

Les criées ferment, les ports de pêche aussi : pourquoi le coronavirus a-t-il autant d'impacts sur la filière pêche ? La perspective de ceux qui nous nourrissent et que l'on entend peu depuis le début de la crise !

Association Pleine Mer
Association pour une pêche équitable
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Individualisme ou solidarité, services de santé gratuits ou privatisation du service public, prise en charge des plus démunis ou mise à sac des rayons de supermarchés …  Autant de questions que la crise du Coronavirus remet à l’ordre du jour dans l’ensemble de la société mais aussi au sein de la filière pêche, comme en témoigne le courrier adressé à Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, par le instances représentatives de la filière. 

En effet, une baisse des prix spectaculaire frappe les criées française depuis quelques semaines, en particulier pour la Coquille Saint-Jacques, comme en témoigne le communiqué de l’OPN de vendredi dernier : « Depuis une semaine, ce prix s’est progressivement affaissé à 2,10 €/kg pour finalement laisser près de 50% des apports invendus sur la journée d’hier, et à nouveau ce matin. Les rares propositions commerciales obtenues hier oscillaient entre 1,40 et 1,60 €/kg ». Les 3 Organisations de producteurs de la façade Nord (CME, FROM Nord, OPN) ont ainsi recommandé au CRPM de Normandie une fermeture anticipée d’une semaine de la pêche de la Coquille Saint-Jacques en Baie de Seine.

Une situation encore plus tendue en Baie de Saint-Brieuc, où les pêcheurs ont reçu vendredi un email du comité départemental dont l’objet était « INFO CSJ : annulation des pêches programmées à partir du lundi 16 mars 2020 ». Cette décision est motivée par la baisse des prix constatée par les OP COBREORD et LPDB, mais aussi par l’impossibilité pour les usines de décorticage d’assurer la première transformation des coquilles dans les conditions actuelles.

Un grand nombre de pêcheurs nous appellent depuis vendredi pour nous faire part de leur désarroi face à cette situation. De plus, il est difficile de prévoir la durée de cette crise et les impacts qu’elle aura sur l’ensemble de la filière : il se peut que les mareyeurs continuent de se désengager à cause du manque de débouchés, faisant augmenter le nombre d’invendus, ce qui pourrait aboutir à la fermeture de certaines criées ... une perspective qui ne manque pas d’effrayer les professionnels. Dans ce contexte, il nous parait nécessaire de donner la parole aux pêcheurs qui nous ont sollicités :

  • Comme nous nous acharnons à le répéter, la pêche est un système complexe. Dans le cas de la Coquille Saint-Jacques, différentes méthodes de pêche et de valorisation cohabitent sur les territoires en question. Les pêcheurs qui travaillent la Coquille Saint-Jacques en plongée sont 3 par bateaux, et la licence plongée les autorise à débarquer 400kg par marée, contre  1200 kg pour les bateaux travaillant à la drague. Dans la majeur partie des cas, ces entreprises de pêche ont opté pour des modes de valorisation en direct du consommateur, souvent par voie postale. Ainsi, ces entreprises ne dépendent pas du système des criées, ni des entreprises de décorticages, et elles dénoncent « une décision qui ne prend pas en compte leurs spécificités ».
  • Pour aller plus loin, cette crise souligne l’importance de la diversité des modes de valorisation : dans la situation où les prix deviennent trop bas en criées, les entreprises qui pratiquent aussi la vente directe ou en gré à gré sont plus résilientes, car elles dépendent moins des prix du marché national et comptent sur leurs clients locaux. Cette résilience peut leur permettre de maintenir une activité au sein de la filière, si on leur laisse la possibilité de continuer à pêcher.
  • Pour que des décisions telles que la fermeture de la campagne coquille soient prises, il est clair que le caractère démocratique du processus de prise de décision est fondamental. Or dans le cas présent, on entend les pêcheurs dénoncer « une décision autoritaire qui ne prend pas en compte la voix des concernés ». Certains vont même plus loin en accusant « les OPs et les mareyeurs de prendre des décisions à la place des pêcheurs ». Pour éviter ce genre de tensions, il est nécessaire de consulter les pêcheurs impactés par la prise de décision, et de leur donner les moyens de s’exprimer, en prenant en compte les spécificités de chaque métier, et ce même en situation d’urgence.

Il est clair que personne n’a de solution face à une crise qui concerne l’ensemble de la société. On peut cependant faire remonter les demandes suivantes de la part des pêcheurs :

  • Différents aléas de la saison hivernale ont déjà fragilisé les entreprises de pêche. Les pêcheurs demandent donc au gouvernement « des mesures d’aide aux entreprises, comme par exemple un dispositif d’aide aux arrêts temporaires, afin de permettre aux entreprises de rester à flot »
  • La filière pêche est complexe, et il est nécessaire d’encourager la diversité des modes de valorisation, afin de rendre l’ensemble du système plus résilient à ce type d’événement. En effet, les pêcheurs qui vendent leur production en direct du consommateur sont actuellement fragilisés, non pas par la baisse de la demande, mais par la non prise en compte de leurs spécificités, alors qu’ils représentent clairement un modèle de résilience inspirant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau