Confinement et pêche locale!

Depuis le début du confinement, le monde de la pêche traverse une crise sans précédent. Pleine Mer résume ici quelques événements qui ont marqué les dernières semaines.

Dès le début de la crise, les cours des produits de la mer se sont effondrés : la demande en poisson en France, Espagne et Italie a fortement baissé suite aux mesures de confinement (fermeture des restaurants individuels et collectifs, etc.). Du fait de cette baisse de la demande, de nombreux mareyeurs se sont désengagés, poussant les criées à réduire leur activité, parfois à fermer, et entraînant même la fermeture de la pêche de la coquille Saint-Jacques en baie de Saint Brieuc. (https://associationpleinemer.com/16-03-2020-communique-de-lassociation-pleine-mer-coronavirus-coquille-saint-jacques-et-effondrement-des-prix-pour-une-peche-resiliente/)  Il va sans dire que ces difficultés ont impacté l’ensemble des travailleurs de la filière : travailleurs de la pêche et leurs familles, employés de criées et des entreprises de mareyage, poissonniers artisans, travailleurs de la restauration individuelle et collective … les impacts sociaux de cette crise sont donc très importants.

Alors que plus de 80% des bateaux français étaient à quai, de nombreux pêcheurs ont constaté la présence de 4 chalutiers géants dans le Golfe de Gascogne : des chalutiers dont certains sous pavillons français, mais dont les capitaux sont hollandais. Des navires aux capacités de pêche démesurées : souvent 200 tonnes de poisson pêchées chaque jour, l’équivalent de ce que traite chaque jour la criée de Lorient, plus grosse criée française. Et quand on cherche un peu … des « représentants » des pêcheurs au Comité National des Pêches travaillent main dans la main avec les entreprises qui possèdent ces bateaux. Sur les conseils des pêcheurs, nous avons donc décidé de lancer une consultation afin que chacun puisse donner son avis sur le sujet : https://associationpleinemer.com/consultation-votre-avis-sur-les-chalutiers-geants/

Ce sujet a été fortement abordé par les médias : article dans l’Humanité, Vidéos du Télégramme et d’Hugo Clément, interviews sur la Radio nationale Suisse … Pleine Mer n’a pas chômé pour alerter sur cette injustice ! Nous souhaitons désormais mener une enquête plus détaillée sur les chalutiers géants et les intérêts financiers qui se cachent derrière ces bateaux. 

Autre sujet difficile, les gardiens de la dune, qui luttent contre l’installation d’un port de plaisance à Bretignolles-sur-Mer ont été expulsés, en pleine période de confinement. Cette expulsion de militants luttant pour la justice sociale et environnementale pose de grosses questions politiques : alors que les militants subissaient un contrôle de police, une milice de 70 personnes rassemblée par le maire a détruit par le feu l'ensemble des installations de la ZAD. On ne peut que pointer du doigt l'existence de telles milices privées, dans un contexte d'autoritarisme renforcé par le confinement. Vous pourrez en savoir plus sur cette aberration écologique, sociale et sanitaire en cliquant sur le lien suivant : https://www.lepotsolidaire.fr/pot/2hn77ljs-zaddeladune-caisseantirep?fbclid=IwAR3f2tfb7t0TeP1tfyTVL8kgnyh3FHKN7A2boZaUDNyjvD3_XAOFMGfuR6g

Malgré les mauvaises nouvelles et les restrictions, de nombreux pêcheurs continuent de s’organiser pour vendre leur poisson en direct : la crise actuelle est donc l’occasion pour les consommateurs de soutenir les pêcheurs, en mangeant du poisson en circuits courts, d’autant que les aides promises par l’Etat, l’Europe et les régions ne sont pour l’instant pas arrivées jusqu’aux entreprises de pêche, mettront du temps à être distribuées, et risquent d’oublier les entreprises les plus jeunes et les plus petites.  Bien que violente, cette crise permet cependant de souligner l’importance de systèmes alimentaires locaux, et nous avons souhaité permettre aux pêcheurs de faire entendre leurs voix comme en témoignent : 

Cette crise pousse donc les pêcheurs à s’auto-organiser collectivement, comme par exemple à Royan, où les bateaux GOELO et LITHOMER pratiquent désormais les livraisons, mais aussi à Arcachon et Sainte-Maxime où certains pêcheurs ont décidé de livrer les personnes vulnérables … et enfin à Saint-Jean-de-Luz où les bateaux CLOE et AURRERA développent la vente directe en points relais depuis ce week-end ! Les exemples ne manquent pas pour démontrer la résilience des circuits courts, et afin d’encourager les pêcheurs et les consommateurs à s’entraider, nous mettons à jour la liste des bateaux qui continuent à vendre leur poisson en direct pendant le confinement : cette liste est disponible sur chaque page de la carte en cliquant sur le lien « la pêche pendant le confinement ? » : https://associationpleinemer.com/les-circuits-courts-en-periode-de-confinement/

Pour ceux qui habitent trop loin de la côte, vous pouvez mais aussi réécouter l’émission « On va déguster » sur France Inter : vous y découvrirez Poiscaille (https://poiscaille.fr/)  le circuit court de la mer, qui vous permettra de manger du poisson frais en direct des pêcheurs artisans : https://www.franceinter.fr/emissions/on-va-deguster/on-va-deguster-19-avril-2020

De près ou de loin, continuons de soutenir la pêche artisanale et luttons contre les injustices renforcées par la crise !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.