Le Scandale du bétonnage de l'Ile Seguin.

Le 16 juin 2011, Pierre Christophe Baguet, maire UMP de Boulogne Billancourt, entend faire voter par le conseil municipal la révision simplifiée du Plan Local d'Urbanisme impliquant l'Ile Seguin. Ce projet emblématique du Grand Paris, ce site unique de la Vallée de la Culture, voulu par Nicolas Sarkozy et Patrick Deveidjan, est sous la menace d'être défiguré a jamais.

Il faut rappeler qu'en 2008 Pierre Christophe Baguet obtenait l'investiture UMP et se faisait élire  maire de Boulogne Billancourt sur un programme clair : non au bétonnage de l'Ile Seguin, et s'opposait au PLU voté par son prédécesseur et concurrent, Jean Pierre Fourcade.

Il proposait une Ile Verte, avec des droits a construire réduits a 110 000m2, des équipements culturels, un grand jardin, un étang, des guinguettes... Aujourd'hui, trahissant totalement les promesses faites aux élécteurs, il propose des droits a construire portés a 337 000m2, soit 3 fois plus, et une ile bétonnée hérissée de 5 tours de bureaux de plus de 100 m de haut, dont la hauteur dépassera celle des verdoyants coteaux de Meudon qui la bordent. Pour habiller au mieux ce  reniement, PCB s'associe les services de Jean Nouvel, qui dans une interview donnée au JDD en juillet 2010 évoque même des tours pouvant aller jusqu'a 160 m soit 50 étages.

Cette trahison provoque le  déchirement de la majorité municipale, avec la démission de Thierry Solère, UMP, premier adjoint de PCB, et Vice Président du Conseil Général des Hauts de Seine, qui déclare au Parisien : "Je ne serai pas le premier adjoint des tours sur l'Ile Seguin". Ce projet délirant rencontre immédiatement l'hostilité de toutes les associations de défense de l'Environnement de Boulogne Billancourt et des Hauts de Seine. 

 L'Ile  Seguin devait être un projet emblématique. On se souvient de l'avortement du projet de la Fondation Pinault, partie depuis a Venise. Ce devait être un site et un projet d'envergure nationale et internationale. La Vallée de la Culture devient la Vallée du béton et des promoteurs.

Il faut dénoncer sur le plan de la morale politique la plus élémentaire cette trahison radicale des promesses faites. Il faut s'opposer au massacre d'un des plus beaux sites du Grand Paris. Qui pourra/osera enquêter sur les raisons de ce reniement ? Nous, simples citoyens réunis en association, appelons au secours ! Aidez nous a stopper un crime irréparable contre un site unique !

L'Association des Riverains de l'Ile Seguin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.