Vallée de la Culture ou Vallée du Béton ? L'ajoint a la culture de Boulogne Billancourt démissionne.

Pour protester lui aussi contre le projet de bétonnage massif de l'Ile Seguin, c'est maintenant Pascal Fournier, l'adjoint a Culture de Boulogne Billancourt qui démissionne de l'équipe de Pierre Christophe Baguet, Maire de Boulogne Billancourt.

Sur l'Ile Seguin, il dit : " Si je n'ose y imaginer 5 tours défiant l'impossible, je crois en revanche au sens de la responsabilité des élus (quel que soit leur bord) et des acteurs du projet, au dialogue et a la concertation.... Il nous faut savoir etre constructifs pour que cette ile que nous voulions dédiée aux arts et a la culture soit le joyau promis d'une vallée de la Culture et d'un Grand Paris où le soleil se lève enfin a l'Ouest".

Ce projet de Vallée de la Culture, c'était celui promis par M. Deveidjan, Président du Conseil Général des Hauts de Seine.

Ironie, c'est bien l'adjoint a la culture de Boulogne Billancourt qui en dénonce la trahison. Combien de temps le Conseil Général des Hauts de Seine va t il pouvoir couvrir ce reniement ? Combien de temps avant que tous soient éclaboussés par la trahison des promesses électorales de Pierre Christophe Baguet, qui avait promis une ile verte aux droits a construire réduits a 110 000m2, et qui veut maintenant bétonner a 337 000m2 sous forme de 5 tours de bureaux de plus de 100m de haut.
Le conseil général soutient le projet en finançant un couteux équipement musical a hauteur de 180 millions d'euros. Va t il continuer a soutenir un projet qui va massacret irrémédiablement un site exceptionnel du Grand Paris ?

Vallée de la Culture, ou Vallée des promoteurs et du Béton ?
Il va falloir choisir, et avoir le courage de prendre ses responsabilités, comme l'a fait avec honneur Thierry Solère, premier ajoint la mairie de Boulogne Billancourt, et Vice-Président du Conseil Général des Hauts de Seine, pour s'opposer au projet, et comme le fait aujourd'hui M. Fournier.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.