Un masque contre le coronavirus n'est pas un baillon

Suite à l’arrestation de son président, Kévin Jean, lors de l’action non violente #DémasquonsMacron, Sciences Citoyennes demande sa libération immédiate ainsi que celle des scientifiques et activistes également gardés à vue.

Hier le Président Macron affirmait sa confiance dans les scientifiques et réclamait à la Nation entière d’en faire autant. Ce matin, trois scientifiques et des activistes étaient interpellé.e.s pour avoir participé à une action non violente, rue de Suresnes à Paris.

Les scientifiques placés en garde à vue sont :

  • l’épidémiologiste (oui, vous avez bien lu) Kévin Jean, Maître de conférences au Conservatoire national des Arts et Métiers (CNAM), président de Sciences Citoyennes,
  • le sociologue Milan Bouchet-Valat, chargé de recherche à l’Institut National d’Etudes Démographiques (INED)
  • l’ astrophysicien Jérôme Guilet, chercheur au Centre d’Etudes Atomiques (CEA Saclay), dans le Département d'Astrophysique de l’IRFU - Institut de Recherche sur les lois Fondamentales de l'Univers.

Ces trois personnes sont parmi les 1 000 scientifiques signataires de l’appel à la désobéissance civile et au développement d’alternatives,  publié par Le Monde, le 20 février 2020, intitulé  « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire ».

De manière tout aussi arbitraire, Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac, Khaled Gaiji, le président des Amis de la Terre, des activistes d’ANV-COP21 et d’autres étaient eux aussi placé.e.s en garde à vue.

L’association Sciences Citoyennes dénonce ce nouveau dérapage étatique.

Les masques contre le coronavirus ne seront pas nos baillons.

Un masque, pas un baillon... Un masque, pas un baillon...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.