Association Sciences Citoyennes
Mettre les sciences en démocratie
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 janv. 2021

Collectif de citoyens sur les vaccins: la démocratie de comptoir

Personne ne croit à ce dernier leurre balancé par le président : un collectif de 35 citoyens chargé de « nourrir le pouvoir exécutif et législatif » dans la conduite des vaccinations et de « se prononcer sur la stratégie vaccinale en France ».

Association Sciences Citoyennes
Mettre les sciences en démocratie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Certes le bidule est moins ambitieux que la convention citoyenne pour le climat (CCC) mais il est pour l'instant vide de protocole comme de stratégie. Il est aussi privé de tout effet sur la réalité, délibérément réduit à n'être qu'un outil au service du pouvoir alors que la CCC devait conduire à des traductions politiques « sans filtre »...Ce qui est commun à la CCC et à ce CCV, c'est seulement le tirage au sort d'un groupe représentatif de citoyens. Mais le tirage au sort n'est pas un but en soi, c'est seulement un moyen pour réunir un échantillon de la population pour la simple raison que ce qu'on pourra faire avec cet échantillon on ne peut pas le faire avec la population entière : on pourra l'éclairer sur un thème controversé afin de stimuler son aptitude à produire un avis le plus conforme possible à l'intérêt commun.

Ici, il s'agit seulement de créer un baromètre commode pour jauger les sentiments et ressentiments populaires, une mini population captive, plus pratique que des sondages d'opinions parce que cela permettrait au pouvoir de savoir jusqu'où il va trop loin- trop vite, ou pas assez loin- assez vite, sans vraiment s'interroger sur la direction. Un peu comme si on interrogeait le peuple chaque matin et sans plus jamais s 'engager à le satisfaire. Du coup, les élus et les défenseurs de la démocratie dite « représentative » ont quelques raisons de s'indigner : en quoi, demandent-ils, 35 péquins non mandatés par les urnes feraient-ils mieux que les assemblées élues ? D'autant que ce dernier gadget est lancé à un moment politique sensible qui voit les parlementaires largement écartés des décisions de l'exécutif. Au contraire de la Grèce ancienne le recours au hasard par le tirage au sort n'est plus justifié comme occasion de recueillir le choix des dieux. Les élus du sort demeurent des citoyens ordinaires au XXIe siècle et la constitution de ce collectif d'honnêtes gens que n'ont mandatés ni le ciel ni les urnes a peu de chances de faire émerger des propositions innovantes au service de l'intérêt commun. Il manquera à ce collectif l'éclairage que pourrait apporter des experts aux points de vue contradictoires selon le dosage élaboré par un comité de pilotage pluriel, comme dans une convention de citoyens*. C'est seulement grâce au travail soutenu d'information ouvrant à des discussions riches, contradictoires et argumentées que des citoyens tirés au sort échappent à la démocratie de comptoir et peuvent produire une intelligence collective soucieuse de prendre soin des autres.

Alors se pose la question : pourquoi ce collectif ? Certains pensent que c'est pour tenter de rassurer les Français après tant d'erreurs et de négligences, d'autres qu'il s'agit d'une opération de com' pour dévier les critiques de l'opinion publique, exaspérée et inquiète après une année d'inconséquences du pouvoir. Et si c'était aussi pour ruiner définitivement l'idée de tirage au sort pour faire participer la population aux choix de société, idée déjà bien entamée avec le mépris témoigné aux propositions de la CCC ?

Jacques Testart, président d’honneur de Sciences Citoyennes

*https://sciencescitoyennes.org/convention-de-citoyens/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa