Grand Oral: sur le terrain, tout reste à faire

Dix associations tirent la sonnette d'alarme sur l'impréparation des lycéens au Grand Oral du bac. Elles dénoncent cet angle mort des politiques publiques et demandent la mise en place d’une formation uniformisée sur le territoire dès la rentrée de septembre 2021.

Le 21 juin prochain se lancera l’épreuve phare du nouveau baccalauréat : le Grand Oral. Défendue par le gouvernement comme fer de lance de l'égalité des chances, cette épreuve devait apprendre à tous les élèves à porter leur propre parole. Pour la première fois à l’École, les élèves seront évalués sur leur capacité à défendre à l’oral un point de vue original de manière construite et argumentée. Une bonne nouvelle ? Oui mais… 

A DATE, L'ÉCOLE NE PROPOSE PAS DE PRÉPARATION AU GRAND ORAL 

Nous, acteurs associatifs engagés de longue date pour l’apprentissage de l’oral à l’École, tirons la sonnette d’alarme. Avec un constat commun : que cela soit dans les lycées de Bordeaux, de Guéret ou d’Aubervilliers, les élèves ne sont pas préparés au Grand Oral.

A notre échelle et là où nous sommes, nous travaillons sur le terrain pour partager avec les lycéens des clés de réussite : structuration de l’exposé, regard, voix, gestuelle, posture ... De quelques heures à plusieurs mois de formation, pendant le temps scolaire ou en dehors, nous agissons concrètement pour aider les élèves à révéler leur plein potentiel et faire porter leur voix dans la société. Pendant la fermeture des lycées, nous avons poursuivi notre action en mettant en place des outils numériques pour maintenir l'accompagnement des jeunes, via par exemple la plateforme prepagrandoraldubac.fr ou à travers nos réseaux sociaux. Nous continuerons d'agir parce que nous sommes convaincus que si l'oral est un marqueur d'inégalités sociales, il peut aussi devenir un puissant vecteur d'émancipation quand il est maîtrisé par tous.

LES POUVOIRS PUBLICS DOIVENT SE SAISIR DE LA QUESTION

Cette situation pose un grave problème d'égalité des chances entre les candidats à laquelle, à moins de 2 mois de l'échéance, les pouvoirs publics n’apportent pas de réponse. Les professeurs se sentent démunis, sans consigne claire au sujet de l’épreuve et sans outil pour préparer efficacement leurs élèves. Les futurs bacheliers sont inquiets. Les établissements s’organisent en interne avec les moyens qu’ils ont, en naviguant à vue. La demande auprès de nos associations explose. 

Notre vocation est d'accompagner l'École, pas de la remplacer. Acteurs associatifs, bien souvent étudiants et bénévoles, nous ne pouvons assurer seuls, aux côtés des professeurs, un service public de l’oralité. C’est à l’Ecole de donner au corps professoral les outils pour réussir leur mission, et aux élèves les moyens de se préparer à cet examen - qui pourrait dès lors devenir une réelle épreuve d’égalité des chances.

NOUS DEMANDONS LA MISE EN PLACE D’UNE PRÉPARATION AU GRAND ORAL NATIONALISÉE

Pour cette année, il est trop tard. Mais ne laissons pas cet échec faire jurisprudence. Si l'École de la République s’en donne les moyens, le Grand Oral peut devenir cette épreuve d’égalité des chances que nous souhaitons tous. 

Nous demandons la mise en place d’une préparation au Grand Oral harmonisée sur tout le territoire dès la rentrée de septembre 2021. Les solutions sont connues et plurielles: diffusion d’un programme clair et d’outils pédagogiques à disposition de tous les établissements, formation des enseignants, création de cours dédiés en sont des exemples. Ce ne sont pas seulement des candidats au bac que nous devons former, mais de futurs citoyens. La prise de parole, l’argumentation, le débat, doivent irriguer toute la scolarité. Nous préparerons ainsi les élèves non à une simple épreuve du bac, mais à l’épreuve de la vie d’adulte, parsemée d’entretiens professionnels, de prises de parole en réunion, ou encore, pour les plus engagés, de débats et de discours. 

La maîtrise de l’oral, comme toute discipline, n’est pas innée : cela s’apprend et cela se pratique. Pour l’avenir, l'École doit mettre les professeurs et les élèves en capacité de réussir cette épreuve. Ne laissons pas ce Grand Oral devenir une grande occasion manquée.

Signataires:

Association Trouve Ta Voix (Ile-de-France)

Association Haut les Mots - Sciences Po Bordeaux (Nouvelle Aquitaine)

Association Cité des Chances (Ile-de-France)

Association Les Nuanciers (Hauts de France) 

Association ADAO (Association de démocratisation de l'art oratoire) - (Ile-de-France)

Association Toi-Même tu Parles (Ile-de-France et Grand Est)

Association Les Tribuns de Saint-Germain - Sciences Po Saint-Germain-en-Laye (Ile-de-France)

Association Lysias Montpellier - Université de Montpellier (Occitanie)

Association Evry Insolente - Université d’Evry (Ile-de-France)

Association Hauts Parleurs - Sciences Po Paris (Ile-de-France)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.