Mecili: un devoir de justice

Affaire Mécili : oui , et c'est une grande affaire .Un lourd dossier dont certains de ces instigateurs seraient décédés et d'autres vivants : il semblerait que ces derniers mettraient la pression pour refermer un dossier encore sensible , qui met en évidence des acteurs encore influents aujourd'hui, tant du côté algérien, que celui français.

Affaire Mécili : oui , et c'est une grande affaire .Un lourd dossier dont certains de ces instigateurs seraient décédés et d'autres vivants : il semblerait que ces derniers mettraient la pression pour refermer un dossier encore sensible , qui met en évidence des acteurs encore influents aujourd'hui, tant du côté algérien, que celui français.
Dans un cas, comme dans l'autre , Charles Pasqua et Robert Pandraud connaîtraient les tenants et aboutissants de cet assassinat , ainsi que l'ancien président Chadli , au-delà de sa sortie récente de diversion.
Il n'est pas dit non plus, qu'autour de la présidence algérienne actuelle, qu'il y est mécontentement supposé , tant tous ces acteurs ont activé à une époque , que l'hôte d'El-Mouradia , 3° mandat oblige, voudrait , peut-être solder définitivement.
Quant à Hasseni, est-il coupable ou pas ? C'est à la justice française d'en décider et non à Djamal Ould Abbas de le faire par des déclarations tonitruantes , dermiques , loin de toute retenue politique et diplomatique , de surcroît , manifestée en ...France !
Ce n'est pas non plus le rôle , ni la mission de Maitre Ksentini de constater qu'il s'agit là d'un Droit de l'Homme, au singulier , au détriment de ceux qui croupissent , innocents , parmi ses compatriotes , tant en Algérie , qu'en Europe.
Ce double cynisme mal inspiré a le culot, outre mesure, de mettre en balance un devoir de justice et des contrats de coopération bilatérale avec Paris .Il n'ya pas photo dans le comportement d'Ali André Mécili et celui qui fait l'objet d'une enquête : il a été reproché au premier d'avoir mis sur pied l'accord politique stratégique de Londres ; au second d'être le commanditaire d'un assassinat crapuleux .
A la justice française de décider de la transparence à donner à cette affaire et d'ouvrir , partant , la voie à la fin d'impunité territoriale qui a protégé , jusque là, les auteurs de la série de liquidations politiques , pour briser toute vélleité d'opposition véritable .
Ali André Mécili , fils de Kabyles installés à Koléa , mérite bien cette recherche de vérité.Celui-là même , qui m'invita à déjeuner avec lui un dimanche matin à Jézus-Eik ,dans la banlieue de Bruxelles , quelques jours après avoir su que j'avais quitté Alger , au terme de deux mois de sûreté . A cette période , Chadli était président , Lakhal Ayat , responsable des services de sécurité et Mohamed Yala , ministre de l'Intérieur .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.