DERAPAGE ALGERIEN

Comme c'était prévu, le verrouillage constitutionnel a sauté ,à l'image d'une lettre à la poste dans le pays de l'unanimisme . A croire que tous les chemins ramènent à l'ère révolue de Boumediène .
Nous insistons pour écrire que la réunion des 2 Chambres , le vote intervenu des députés et sénateurs , constitue l'évènement arnaqueur de premier plan , qui ne fait point rougir de honte ses initiateurs.
Il est diplomatique de saluer la victoire de Barack Obama , mais l'important aura été de s'en inspirer pour prévoir de remettre les clefs de la maison louée , au terme de 2 mandats : ni Washington , ni Jefferson , ni Bush , ni Clinton n'ont violé leur Constitution .Et pourtant , ils demeurent actifs sur la scène politique . Même Poutine n'a pu le faire , bien que dôté de pleins pouvoirs : il l' a contourné pour y revenir en 2012 , avec une perspective de mandat plus long .
Rebelote en Algérie où le ridicule ne tue point , au moment où nos députés et sénateurs applaudissent à une auto-augmentation de leurs émoluments .Et pour cause : 500 d'entre eux lèveront la main pour dire OUI à un avenir incertain , même si demain , ils savent bien qu'ils seront "reconduits" à leurs sièges , dans l'ambiance d'une parodie électorale bien connue et huilée depuis 1962 .
Cet été , je discutais avec un élu local à Tizi-Ouzou qui reconnaîtra le trafic des élections nationales , à tous les niveaux , à l'exception moindre des élections communales , selon lui .
Quelle légitimité ont nos députés , quand ils savent qu'ils sont , plus le produit d'une désignation (bourrage des urnes) , que d'une élection démocratique ?
le cadre "magique " du Club des Pins a résonné comme une réunion organique d'un rassemblement ,qui pourrait apparaître , quelque peu de type maffieux ,autour des familles politiques parraines de ces mouvements louches .A cette occasion cela pourrait être la plus opération de corruption généralisée jamais entreprise à ciel ouvert et sous l'oeil des caméras .Quel théâtre où les acteurs bien fringués semblent cadenasser tout espoir vers des changements majeurs en Algérie .
Ensemble , ils pourraient constituer l'essentiel de ce pouvoir visible qui n'arrive pas ou ne veut pas répondre aux questions pertinentes posées par le chômage des jeunes , l'insécurité , les détournements,la malvie ...
En Kabylie , plus qu'ailleurs,cette réalité est très douloureuse , chargée davantage par un phénomène social nouveau : le suicide.
A croire qu'il existe une Algérie officielle siégeant à Alger ,à côté d'une région greffée à elle et malgré elle , et où se reflètent la lutte des clans et où se bousculent les équilibres des pouvoirs: le visible et le non-visible , le virtuel et le réel.
Said Sadi avait raison de s'interroger , depuis Timezrit, sur la stratégie de ghettoisation de son parti , mais, surtout ,sur un anti-kabylisme "permanent" qui fait de la région ,le lieu privilégié pour asseoir une insécurité totale et la sanctuarisation de terroristes ...de toutes couleurs , dignes d'un dérapage algérien.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.